pieta-michelange.jpg Marie est la Mater Dolorosa, cette Mère qui s’unit au Sacrifice de son Fils sur la Croix par amour pour Lui et l’humanité toute entière. Elle est alors l’image de l’acceptation et du renoncement de soi, avec et par Amour. Ainsi, Marie participe à toutes les souffrances de Jésus sur terre. Par cette souffrance vécue tout-au long de son chemin sur terre, elle nous enseigne et nous apprend ce qu’est le dépouillement, et nous fait prendre conscience de la douleur que provoque l’éloignement de NSJC (comme dans ces 3 jours d’attente angoissante de la disparition de Jésus enseignant au Temple).

Puis, dans le cheminement de la Sainte Vierge, il y a le point culminant, la Passion, que Marie suit et vit de toute la douleur de son âme et de son corps, et ce, du Chemin de croix au Calvaire, de la Crucifixion à la mort. Marie reste alors présente, recueille le corps martyrisé de son Fils et le mène à la tombe. Sacrifice ô combien immense pour une mère. Et malgré cette douleur, la Foi reste inébranlable. Ce scandale pour les païens est une nécessité pour la Rédemption, Marie l’accepte, et encore une fois son « fiat » retentit, rayonne et illumine.

L’Eglise est à l’image de Marie, elle vient du Christ tout comme la Vierge est une créature de Dieu, et comme la Vierge, elle est aussi avec le Christ, le servant tout-au long de Sa vie terrestre. Ainsi, Marie est un exemple de la Foi, de l’obéissance et de la Charité, puisque par son acceptation et son renoncement pratiqués dans un amour parfait, elle concoure à la Rédemption opérée par le Christ.

Nous, enfants de Dieu, nous sommes aussi enfants de Marie, tout comme l’est le Christ. Etre enfants de Dieu, c’est donc vivre avec ce bien d’une préciosité infinie que nous a donné Jésus sur la Croix, sa propre Mère. Marie, la Mère de Miséricorde, l’Immaculée Conception, est celle qui nous aide à grandir. C’est notamment la prière du Rosaire qui nous aide à nous unir à Notre Seigneur Jésus Christ

La Sainte Vierge reste en effet notre meilleur intercesseur, notre avocate dans les épreuves que nous traversons. Elle a accepté de s’associer à la souffrance de son Fils pour notre Rédemption, il nous faut donc la prier ardemment, qu’elle nous aide à nous détourner du péché et à nous convertir.

Marie est dès sa conception une créature directement reliée à Dieu, elle accepte de se laisser guider par l’Esprit Saint. Ensuite, c’est l’Annonciation, qui célèbre, dans l’intimité de la prière de cette jeune fille de 15ans, les épousailles avec ce même Esprit Saint qui descend former en Marie le corps physique de Jésus. L’Esprit Saint descend une nouvelle fois sur Marie à la Pentecôte, formant avec les apôtres le corps mystique du Christ, l’Eglise. L’Assomption est l’aboutissement, L’Esprit saint s’est emparé totalement de Marie, son corps est divinisé et emporté dans la gloire.

Toutes ces Grâces données sont reçues par Marie, et à ces dons, Marie répond par le don de sa personne et de son âme, par l’acceptation et la participation au Sacrifice divin qui mène à la Rédemption.

Quand nous prions Marie, elle intercède pour nous auprès de Dieu pour qu’il nous envoie son Esprit. Dans le silence de sa prière, Marie nous est à nouveau un exemple, par le silence de cette prière, nous sommes disposés à recevoir le Don de l’Esprit. Elle nous invite au silence de la prière.

Marie, humble et douce de cœur, est aussi combattante et victorieuse. Nous sommes des pécheurs, nos faiblesses nous entachent, la vie est une bataille, un combat que Marie nous aide à remporter par la lumière qu’elle apporte, pourvu qu’on la prie.

A Eve, en qui nous retrouvons nos questionnements intérieurs, notre tentation de nous détourner de la Vie, répond la docilité, l’humilité, le Fiat de la Vierge. Ce choix d’accepter les projets divins, non sans combats intérieurs, est une victoire. C’est le choix et la victoire de la Vie.

Après le combat pour la Vie, ce combat est aussi celui contre le péché, contre le mal, contre nos faiblesses. Il nous faut, comme Marie, transformer le « Pourquoi » d’Eve en le « Comment » de la Vierge. Ce « Comment » est l’arme de la Victoire, c’est le choix de Dieu.

Marie est aussi la Vierge sainte, vierge dans son âme et sa foi. Elle est aussi vierge en son esprit et en son corps. La virginité de Marie est pourtant féconde de sa maternité divine. A l’image de la Vierge, l’Eglise est Vierge et Mère des membres du Christ qu’elle enfante. Cette fécondité spirituelle, souvent associée uniquement aux vierges consacrées, s’adresse à tous les fidèles, appelés à y participer, notamment par la consécration à la Sainte Vierge. Par cette consécration le fidèle exprime sa volonté d’appartenir totalement à la Sainte Vierge.