Marie, femme libérée

A une époque où beaucoup bataillent, revendiquent et clament la révolution sur le rôle de la femme, où l'égalitarisme forcené voudrait que tous soient égaux, comment ne pas regarder avec admiration l'exemple de la Vierge Marie ? Par son "Fiat" lors de l'Annonciation, elle change la face du monde ; consciente des droits qu'elle a ainsi acquis, elle décide de son propre fait d'avancer l'heure de la Rédemption.

Reprenons les faits de ce deuxième dimanche après l’Epiphanie : les Noces de Cana. Marie voit tout, sait tout et aucun souci des hommes ne lui est étranger. « Marie est le ministre de Dieu au département de la bonté. Elle ne condamne pas, elle ne brise pas ; mais elle ranime, elle vivifie tout ce qu'on lui présente. L'amour des mères a des bornes, le sien n'en a pas » (Bossuet).  

Quelle leçon donne Marie aux hommes ? Elle ne s'inquiète pas de la réponse de son Fils qui lui dit que son heure n'est pas encore venue.           Avec une foi inébranlable, elle dit aux serviteurs, c'est-à-dire à l'humanité toute entière, "Faites tout ce qu'Il vous dira". Elle l'avait déjà dit elle-même lors de l'Annonciation en répondant à l'Ange "Je suis la servante du Seigneur, qu'il me soit fait selon votre parole". Jésus le dira aussi pendant la Passion "que votre volonté s'accomplisse". La Vierge Marie joue ainsi ce double rôle d'intercéder en notre faveur et nous tourner vers son Fils. La démonstration à Cana de la toute-puissance de sa prière est particulièrement éloquente. « Rien n'a été dit de si grand, rien ne sera jamais dit de si grand sur la puissance d'intercession de la Vierge, que le récit évangélique du miracle de Cana. C'est l'heure de la puissance de Marie » résume le Cardinal Journet.

Quelles sont les conséquences de l'obéissance des serviteurs ?  L'eau est transformée en vin, les problèmes matériels sont résolus, la fête peut continuer de plus belle : Jésus a par là manifesté sa gloire et ses disciples crurent en Lui. Marie obtient tout ce qui est bon pour nous, ce qui convient au bien de notre corps et surtout au bien de notre âme. C'est la prière d'intercession de Marie qui obtient tout, même lorsqu'elle prend des chemins détournés. En effet, notre volonté est prompte à se rebeller. Or c'est bien parce que les serviteurs ont obéi en remplissant les cruches d'eau que celle-ci s'est transformée en vin. Combien de fois refusons-nous d'accepter la volonté divine parce que nous ne la comprenons pas ? Il ne faut pas alors s'étonner que Dieu ne permette pas certaines choses ; Lui seul sait ce qui est bon pour nous.

Une autre leçon que nous pouvons tirer de cet évènement est ce rôle premier que joue Marie, elle est la première à dire "oui" lors de l'annonciation, la première à s'apercevoir qu'il n'y a plus de vin, la première à prendre ses responsabilités en allant voir Jésus et en Lui faisant confiance, la première enfin à dire à l'humanité le secret de la Vie éternelle "Faites tout ce qu'Il vous dira". Marie est le modèle de la femme libérée : libre de tout péché, elle peut dire "oui" sans qu'aucune contrainte extérieure ne vienne empêcher ce choix ; libre de tout souci personnel, elle peut ne penser qu'aux autres et aller voir son Fils pour intercéder pour les hommes ; libre enfin de toute crainte, et malgré la réponse "Femme, mon heure n'est pas encore venue", elle peut dire aux serviteurs "Faites tout ce qu'Il vous dira" car sa Foi est si grande qu'il n'y a pas de place pour le doute.

« Que Marie soit l'étoile qui éclaire votre route et qu'elle montre le chemin pour aller vers le Père du Ciel. Que Marie soit aussi l'ancre du salut à laquelle vous vous accrocherez toujours plus solidement au temps de l'épreuve » (Saint Padre Pio)