Pèlerinage de Pentecôte
de Paris à Chartres

ARCHIVE - rendez-vous sur le nouveau site: cliquez ici

Actualité

mercredi 13 février 2019

Ecoute ton Dieu t'appelle

 

Écoute, ton Dieu t'appelle : « viens, suis-moi » !

Lève-toi et ne crains pas de marcher avec Lui :

Il est ton chemin de Vie, la route de ta joie (bis) !

 

1. Accueille le Christ, Il est ton sauveur, la vie que le Père donne en abondance,

Lui la vraie lumière, la vérité qui rend libre : Sa parole vient réveiller ton cœur.

2. Quitte le cortège de l'indifférence, Laisse les sentiers de ton désespoir,

Détourne les yeux des mirages qui séduisent; Tu as soif d'un amour vrai et pur.

3. Cherche son visage, écoute sa voix! Dans l'humble prière découvre sa joie,

Cherche sa présence au milieu de l'église! De lui seul jaillit la plénitude.

4. En toutes les œuvres d'amour et de vie Porte témoignage au feu de l'Esprit,

Proclame à tes frères l'évangile de la paix! Ne crains pas il fait route avec toi.

Heureux, bienheureux qui écoute la Parole de Dieu

Heureux, bienheureux, qui écoute la parole de Dieu. Heureux, bienheureux, qui la garde dans son cœur.

1 - Heureux ceux qui ont une âme de pauvre car le royaume des cieux est à eux. Heureux les doux car ils possèderont la terre.

2 - Heureux les affligés car ils seront consolés Heureux les affamés et assoiffés de justice car ils seront rassasiés.

3 - Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu.

4 - Heureux les artisans de paix car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux les persécutés pour la justice car le royaume des cieux est à eux.

5 - Heureux serez-vous quand on vous insultera et qu’on vous persécutera, Et que l’on dira faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi. Soyez dans la joie, soyez dans l’allégresse, Dans les cieux vous serez comblés ! (bis)

Dieu nous voulons chanter ton nom

 

1 - Dieu nous voulons chanter ton nom,
Toi, par qui tout commence,
Tu es le Dieu puissant et bon
Et ta gloire est immense.

2 - Nous te louons dans ta grandeur,
Ô Toi qui fis les mondes,
Pour qu'à l'éclat de ta splendeur,
La terre au ciel réponde.

3 - Gloire à jamais, louange au Christ
Mort pour sauver les hommes
Et rassembler par son Esprit,
Les pêcheurs que nous sommes.

4 - Viens dans nos cœurs, ô Saint Esprit
Pour nous conduire au Père,
C'est ton Eglise qui conduit
La barque de Saint Pierre.

5 - Lorsque viendra l'Eternité
Au terme de l'histoire,
Nous chanterons la Trinité
Son éternelle Gloire. 

Dieu nous te louons

Dieu, nous te louons,

Seigneur, nous t'acclamons

Dans l'immense cortège de tous les saints!

1 - Par les apôtres qui portèrent ta parole de vérité,

Par les martyrs emplis de force dont la foi n'a pas chancelé.

2 - Par les Pontifes qui gardèrent ton Église dans l'unité,

Et par la grâce de tes Vierges qui révèlent ta sainteté.

3 - Par les Docteurs en qui rayonne la lumière de ton Esprit,

Par les Abbés aux ruches pleines célébrant ton nom jour et nuit.

4 - Avec les Saints de tous les âges, comme autant de frères aînés,

En qui sans trêve se répandent tous les dons de ta charité.

5 - Pour tant de mains pensant les plaies, en mémoire de tes douleurs,

Pour l'amitié donnée aux pauvres, comme étant plus près de ton Cœur.

6 - Pour tant de pas aux plaines longues, à la quête des égarés,

Pour tant de mains lavant les âmes aux fontaines du Sang versé.

7 - Pour tant d'espoir et tant de joie, plus tenaces que nos méfaits,

Pour tant d'élans vers ta justice, tant d'efforts tendus vers ta paix

8 - Pour la prière et pour l'offrande des fidèles unis en toi,

Et pour l'amour de Notre Dame, Notre Mère au pied de ta croix.

Depuis l'aube

 

1 - Depuis l'aube où sur la terre

nous t'avons revu debout

tout renaît dans la lumière

O Jésus, reste avec nous ! (bis)

 

2 - Si parfois sur notre route

nous menace le dégoût

dans la nuit de notre doute

O Jésus, marche avec nous ! (bis)

 

3 - Tu cherchais les misérables,

ton amour allait partout

Viens t'asseoir à notre table

O Jésus , veille avec nous ! (bis)

 

4 - Si ta croix nous semble dure ,

si nos mains craignent les clous,

que ta gloire nous rassure

O Jésus, souffre avec nous ! (bis)

 

5 - Au delà de ton Calvaire,

tu nous donnes rendez-vous.

Dans la joie, près de ton Père, 

O Jésus, accueille-nous. (bis)

 

Coeur sacré de Jésus

1. Coeur Sacré de Jésus, 

Que votre règne arrive

Coeur Sacré de Jésus, 

Je crois en votre amour pour moi, 

Coeur Sacré de Jésus, 

J'ai confiance en vous.

2. Coeur Sacré de Jésus, 

Vous êtes mon refuge, 

Coeur Sacré de Jésus, 

Ayez toujours pitié de moi

Coeur Sacré de Jésus, 

Je me consacre à vous.

3. Coeur Sacré de Jésus, 

Gardez la Sainte Eglise, 

Coeur Sacré de Jésus

Semez partout la paix, la joie, 

Coeur Sacré de Jésus, 

Le monde espère en vous.

4. Coeur Sacré de Jésus, 

Daignez bénir la France, 

Coeur Sacré de Jésus, 

Qu'elle obéisse à votre loi, 

Coeur Sacré de Jésus, 

Elle a recours à vous. 

 

 

Coeur de Jésus, notre chef

Coeur de Jésus,  notre chef, notre frère,
Apprenez-nous à être généreux
Et dédaigneux d’un labeur mercenaire
A vous servir comme on doit servir Dieu
Cœur de Jésus, notre chef, notre frère
Apprenez-nous à être généreux

Apprenez-nous ce qui fait l’âme grande
La noble horreur de la vulgarité
Quant à l’amour, honte à qui vous marchande
Apprenez-nous à donner sans compter
Apprenez-nous ce qui fait l’âme grande
La noble horreur de la vulgarité.

Apprenez-nous, Maître des heures dures
A travailler sans chercher le repos.
A guerroyer sans souci des blessures
Pour soutenir l’honneur de vos drapeaux
Apprenez-nous, Maître des heures dures
A travailler sans chercher le repos.

Apprenez-nous comment on se dépense.
Comment pour vous on s’use de son mieux.
Sans désirer aucune récompense
Que de savoir qu’on fait ce que Dieu veut
Apprenez-nous comment on se dépense
Comment pour vous on s’use de son mieux.

Christus Vincit

 Christus vincit, Christus regnat, 

Christus imperat

Benedicto summo Pontifici et universali Papae, pax, vita et salus perpetua

N...episcopo et omni clero sibi commisso, pax, vita et salus aeterna

Tempora bona veniant, Pax Christi veniat, Regnum Christi veniat. 

 

Chantons victoire

Chantons victoire ! Chantons le Seigneur,
Célébrons la gloire de Jésus vainqueur.


1 - La terre est sauvée, gloire à l'Eternel !
Que l'hymne sacrée monte jusqu'au Ciel.


2 - Beau comme l'aurore, le Divin Agneau,
Le Dieu que j'adore sort de son tombeau.

3 - Brillant de lumière, l'ange est descendu ;
Il roule la pierre du tombeau vaincu.

4 - Le Sauveur du monde, Roi puissant et fort,
De ta nuit profonde est vainqueur, ô mort !

5 - Je veux, ô mon Maître, mon divin époux,
Mourir et renaître pour vivre avec vous ! 

Chartres sonne, Chartres t'appelle

Chartres sonne, Chartres t’appelle !

Gloire, honneur au Christ-Roi !

 

1. Je Vous adore, mon Seigneur et mon Dieu, (bis)

Dieu de lumière, Divine Majesté, (bis)

Vos créatures chantent Votre Splendeur. (bis)

 

2. Je Vous adore, mon Seigneur et mon Dieu, (bis)

Par la souffrance, sur l’arbre de la Croix, (bis)

Jésus, Vous êtes l’Instrument du Salut. (bis)

 

3. Je Vous adore, mon Seigneur et mon Dieu, (bis)

Sauveur du monde, Maître de l’univers, (bis)

Votre puissance soumettra les nations. (bis)

 

4. Je Vous adore, mon Seigneur et mon Dieu, (bis)

Dans la détresse, en Vous je me confie, (bis)

Je m’abandonne à Votre Volonté. (bis)

 

5. Je Vous adore, mon Seigneur et mon Dieu, (bis)

Vous mon Refuge, soyez mon Réconfort, (bis)

En Vous mon âme trouvera le repos. (bis)

 

6. Je Vous adore, Cœur Sacré de Jésus, (bis)

Faites que j’aime tout ce que Vous aimez, (bis)

Et venez prendre possession de mon cœur. (bis)

 

7. O Notre Dame, ranimez notre Foi, (bis)

Dans les épreuves, gardez-nous l’Espérance, (bis)

Vierge Marie, donnez-nous la Charité. (bis)

 

8. En pèlerinage, Saint Louis guide nos pas, (bis)

Devant nos marches, déploie ton étendard, (bis)

Autour de Pierre, forme notre unité. (bis)

 

9. O Sainte Jeanne, apprends-nous à prier, (bis)

Par ton exemple, sanctifie notre ardeur, (bis)

Sainte de France, sauve notre patrie. (bis)

 

10. Michel Archange, éclairez nos chemins, (bis)

Prince des anges, venez nous secourir, (bis)

De par le monde, terrassez le Malin. (bis)

Chant de la promesse des louveteaux

Fidèle à mon baptême
Je ferai de mon mieux
Pour observer la loi de Dieu
Et l’aimer comme il m’aime.

Par Notre-Dame et saint François,
Seigneur Jésus, exaucez moi.

Loyal à la cheftaine
Je mettrai ma fierté
À vivre avec fidélité
Dans la loi des sizaines.

Ô terre de vaillance, 
Mon pays bien-aimé,
Devant mes frères, je promets
de t’aimer, douce France.

Europe, immense chaîne
De frères et de sœurs,
Je te promets d’ouvrir mon cœur
Aux loups des autres plaines

Afin que resplendisse
L’idéal du chrétien,
Je veux offrir à mon prochain
Chaque jour un service.

 

Chant de la promesse

 

- 1 -
Devant tous je m'engage
Sur mon honneur
Et je te fais hommage
De moi, Seigneur !

Je veux t'aimer sans cesse
De plus en plus
Protège ma promesse
Seigneur Jésus !

- 2 - (scouts)
Je jure de te suivre
En fier chrétien
Et tout entier je livre
Mon coeur au Tien.

Je veux t'aimer sans cesse
De plus en plus
Protège ma promesse
Seigneur Jésus !

- 3 - (guides)
Je jure d'être fière
De notre foi 
De vivre à ta lumière
Tout près de Toi.

Je veux t'aimer sans cesse
De plus en plus
Protège ma promesse
Seigneur Jésus !

 

- 4 -
Fidèle à ma patrie
Je le serai
Tous les jours de ma vie
Je servirai.

Je veux t'aimer sans cesse
De plus en plus
Protège ma promesse
Seigneur Jésus !

- 5 -
Je suis de tes apôtres
Et chaque jour
Je veux aider les autres
Pour ton amour.

Je veux t'aimer sans cesse
De plus en plus
Protège ma promesse
Seigneur Jésus !

- 6 -
Ta règle a sur nous-mêmes
Un droit sacré
Je suis faible, tu m'aimes
Je maintiendrai !

Je veux t'aimer sans cesse
De plus en plus
Protège ma promesse
Seigneur Jésus !

Bénis le Seigneur ô mon âme

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
N'oublie aucun de ses bienfaits.
Bénis le Seigneur, ô mon âme
Bénis le Seigneur à jamais.

1 - Ainsi tu me vois, Seigneur,
Comme une nuit d'hiver
Sans étoile et sans vie.
Mais la nuit la plus froide
Peut faire naître le jour,
Des jours de paix, des jours d'amour.

2 - Ainsi tu me vois, Seigneur,
Comme un grain de pollen
Emporté par les vents.
Mais ce grain si futile
Peut faire germer la fleur,
Des fleurs de paix, des fleurs d'amour.

3 - Ainsi tu me vois, Seigneur,
Comme le sol, sec et dur,
Ingrat pour ta tendresse.
Mais ce sol si stérile
Peut devenir chemin,
Chemin de paix, chemin d'amour.

4 - Ainsi je te vois, Seigneur,
Père d'enfant prodigue
Au détour du chemin.
Et mes larmes de joie
Font naître ta parole
Des mots de paix, des mots d'amour.

Avant d'aller dormir sous les étoiles

Avant d’aller dormir, sous les étoiles,
Doux Maître, humblement à genoux,
Tes fils t’ouvrent leur cœur sans voile,
Si nous avons péché, pardonne-nous !

 

Éloigne de ce camp le mal qui passe,
Cherchant dans la nuit son butin.
Sans toi, de toutes ces menaces,
Qui nous protègera, Berger divin ?

 

Protège aussi, Seigneur, ceux qui nous aiment,
Partout garde-les du péril.
Pitié pour les méchants eux-mêmes
Et paix à tous nos morts, ainsi soit-il.

 

Au soir d'amour

1 – Au soir d’Amour, parlant sans parabole

Jésus disait : « Si quelqu’un veut m’aimer

Toute sa vie, qu’il garde ma parole

Mon Père et moi viendrons le visiter.

Et de son cœur faisant notre demeure

Venant à lui, nous l’aimerons toujours !

Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure

En notre Amour !… »

2 – Vivre d’Amour, c’est te garder Toi-Même

Verbe incréé, Parole de mon Dieu,

Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t’aime

L’Esprit d’Amour m’embrase de son feu

C’est en t’aimant que j’attire le Père

Mon faible cœur le garde sans retour.

O Trinité, vous êtes Prisonnière

De mon Amour !…

3 – Vivre d’Amour, c’est vivre de ta vie,

Roi glorieux, délice des élus.

Tu vis pour moi, caché dans une hostie

Je veux pour toi, me cacher, ô Jésus !

A des amants, il faut la solitude

Un cœur à cœur qui dure nuit et jour

Ton seul regard fait ma béatitude

Je vis d’Amour !…

4 – Vivre d’Amour, ce n’est pas sur la terre

Fixer sa tente au sommet du Thabor.

Avec Jésus, c’est gravir le Calvaire,

C’est regarder la Croix comme un trésor !…

Au ciel je dois vivre de jouissance

Alors l’épreuve aura fui pour toujours

Mais exilée je veux dans la souffrance

Vivre d’Amour.

5 – Vivre d’Amour, c’est donner sans mesure

Sans réclamer de salaire ici-bas

Ah ! sans compter je donne étant bien sûre

Que lorsqu’on aime, on ne calcule pas !…

Au Cœur Divin, débordant de tendresse

J’ai tout donné… légèrement je cours

Je n’ai plus que ma seule richesse

Vivre d’Amour !…

6 – Vivre d’Amour, c’est bannir toute crainte

Tout souvenir des fautes du passé.

De mes péchés je ne vois nulle empreinte,

En un instant l’amour a tout brûlé…

Flamme divine, ê très douce Fournaise !

En ton foyer je fixe mon séjour

C’est en tes feux que je chante à mon aise :

« Je vis d’Amour !… »

7 – Vivre d’Amour, c’est garder en soi-même

Un grand trésor en un vase mortel

Mon Bien-Aimé, ma faiblesse est extrême

Ah je suis loin d’être un ange du ciel !…

Mais si je tombe à chaque heure qui passe

Me relevant tu viens à mon secours,

Je vis d’Amour !

8 – Vivre d’Amour, c’est naviguer sans cesse

Semant la paix, la joie dans tous les cœurs

Pilote Aimé, la Charité me presse

Car je te vois dans les âmes mes sœurs

La Charité voilà ma seule étoile

A sa clarté je vogue sans détour

J’ai ma devise écrite sur ma voile :

« Vivre d’Amour. »

9 – Vivre d’Amour, lorsque Jésus sommeille

C’est le repos sur les flots orageux

Oh ! ne crains pas, Seigneur, que je t’éveille

J’attends en paix le rivage des cieux…

La Foi bientôt déchirera son voile

Mon Espérance est de te voir un jour

La Charité enfle et pousse ma voile

Je vis d’Amour !

10 – Vivre d’Amour, c’est, ô mon Divin Maître

Te supplier de répandre tes Feux

En l’âme sainte et sacrée de ton Prêtre

Qu’il soit plus pur qu’un séraphin des cieux !…

Ah ! glorifie ton Eglise Immortelle

A mes soupirs, Jésus, ne sois pas sourd

Moi son enfant, je m’immole pour elle

Je vis d’Amour.

11 – Vivre d’Amour, c’est essuyer ta Face

C’est obtenir des pécheurs le pardon

O Dieu d’Amour ! Qu’ils rentrent dans ta grâce

Et qu’à jamais ils bénissent ton Nom…

Jusqu’à mon cœur retentit le blasphème

Pour l’effacer, je veux chanter toujours :

« Ton Nom Sacré, je l’adore et je l’Aime

Je vis d’Amour !… »

12 – Vivre d’Amour, c’est imiter Marie,

Baignant de pleurs, de parfums précieux,

Tes divins pieds, qu’elle baise ravie

Les essuyant avec ses longs cheveux…

Puis se levant, elle brise le vase

Ton Doux Visage elle embaume à son tour.

Moi, le parfum dont j’embaume la Face

C’est mon Amour !…

13 – Vivre d’Amour, quelle étrange folie ! »

Me dit le monde, « Ah ! cessez de chanter,

« Ne perdez pas vos parfums, votre vie,

« Utilement sachez les employer !… »

T’aimer, Jésus, quelle perte féconde !…

Tous mes parfums sont à toi sans retour,

Je veux chanter en sortant de ce monde :

« Je meurs d’Amour ! »

14 – Mourir d’Amour, c’est un bien doux martyre

Et c’est celui que je voudrais souffrir.

O Chérubins ! accordez votre lyre,

Car je le sens, mon exil va finir !…

Flamme d’Amour, consume-moi sans trêve

Vie d’un instant, ton fardeau m’est bien lourd !

Divin Jésus, réalise mon rêve :

Mourir d’Amour !…

15 – Mourir d’Amour, voilà mon espérance

Quand je verrais se briser mes liens

Mon Dieu sera ma Grande Récompense

Je ne veux point posséder d’autres biens

De son Amour je veux être embrassé

Je veux Le voir, m’unir à Lui toujours

Voilà mon Ciel… voilà ma destinée :

Vivre d’Amour !!!…

A Dieu le Père et à Notre Seigneur Jésus-Christ

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.
Seigneur, mon âme t’adore :
Par les clartés de l’aurore,
Béni soit Dieu, Créateur du soleil qui luit !

Béni soit Dieu par la plaine, les bois, les monts
Et par les douces rosées,
Par la chaleur des journées
Et la fraîcheur qui remplit le soir nos vallons !

Béni soit Dieu par la houle, la mer, le vent,
Et par les eaux souterraines
Qui vont jaillir aux fontaines.
Béni soit Dieu par la source au filet d’argent !

Béni soit Dieu par l’aiglon qui s’envole aux cieux,
L’oiseau caché sous la feuille
Et dont la voix se recueille
Avant de dire au Seigneur un merci joyeux !

Béni soit Dieu par le cœur de tous les humains :
Le cœur des hommes qui peinent,
Les cœurs meurtris, ceux qui traînent,
Béni soit Dieu par l’effort et le cœur des Saints !

Comment se passe la formation de nos chefs de chapitres

« On ne peut donner que ce que l’on a reçu »… Bien conscient du rôle majeur des chefs de chapitre, Notre-Dame de Chrétienté organise tous les ans des récollections de formation pour ses chefs de chapitre dans les différentes régions NDC : moment de développement de la logique du thème du pèlerinage et de l’articulation des trois journées autour de ce thème, moment d’amitié entre chefs de chapitre, religieux et bénévoles de l’association, courte bouffée d’oxygène spirituel aussi, car l’Essentiel y a bien la première place… 

Voici en bref la récollection 2019 des chefs de chapitre d’Ile de France qui précède celle de chacune des régions !

9h15 – l’Abbé , siffle la fin de la récré… Messe célébrée par l’Abbé Damaggio (FSSP) dans la chapelle de l’Immaculée Conception à Versailles. Fermement agrippé à ses béquilles, l’Abbé de Massia (FSSP) souligne dans son sermon l’importance de la prière des chefs, source de tout apostolat. Cette journée de récollection, c’est la précieuse première partie du « contemplare et contemplata aliis tradere »…

Un café pour la vaillance des troupes – l’organisateur de la journée, Hugues Moreau responsable des chapitres d’Ile-de-France, connaît la nature humaine… - puis, le directeur des pèlerins, donne quelques chiffres sur l’évolution du nombre de pèlerins, leur origine (mondiale, oui oui !), les perspectives pour les années à venir. Occasion pour la cinquantaine de chefs présents de découvrir l’ampleur du chapitre des « anges gardiens », pèlerins non marcheurs qui se réunissent en groupe locaux. Des groupes se forment dans des abbayes, des paroisses, des maisons de retraite…et jusqu’à des prisons ! 

La suite devient très studieuse. Présentation de la Doctrine sociale de l’Église par l’Abbé de Massia avec un développement sur la dignité de l’homme. C’est une plaidoirie pour l’homme, « la plus digne des créatures visibles », considéré dans le plan de la grâce tel que Dieu l’a révélé par son Église : « l’homme est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu ». Je suis image de Dieu par mon âme et ses facultés d’intelligence et de volonté ; je suis à la ressemblance de Dieu par la grâce, qui me rend « participant de la nature divine » - Deo gratias !

L’Abbé Garnier (FSSP), Aumônier Général de Notre-Dame de Chrétienté, poursuit l’étude avec une analyse du bien commun, notion largement galvaudée. Il faut commencer par savoir de quel « tout » l’on parle, auquel convient ledit bien commun, en fonction de la finalité du « tout ». Le « tout » compris comme somme de ses parties conduit à l’individualisme et aux sociétés constituées par un agrégat de minorités ! Le « tout »compris comme un corps – le « tout moral » – est une meilleure voie pour la recherche du bien commun : unité fondamentale et subsistance propre de chaque partie…

Le déjeuner donne naissance à des discussions plus approfondies et aux retours d’expériences de la part des chefs aguerris par un ou deux pèlerinages ! La parole est ensuite donnée au Père Chalufour, Aumônier de la région Paris Nord. Qu’est-ce que la loi ? Comment s’opèrent les changements de la loi ? Qui ordonne ? Une conversion est nécessaire dans notre rapport à la loi pour passer d’une loi négative (« Tu ne commettras pas d’adultère ») à une loi positive (« Heureux les cœurs purs »), autrement plus ardue – sans le soutien du Bon Dieu. « Reçois tous les jours Celui dont tu as besoin tous les jours »…

Hervé Rolland, Directeur Général de Notre-Dame de Chrétienté, tient l’ensemble des chefs de chapitre suspendus à ses lèvres au sujet de la responsabilité sociale des entreprises. Le programme de toute organisation devrait être le Beau, le Vrai, le Bien. Chaque individu trouve son harmonie entre « une partie réservoir » – où s’accroissent les vertus théologales (Foi, Espérance, Charité) – et « une partie canal » où il met en pratique les vertus cardinales (prudence, force, tempérance, justice). Plus on prie, meilleur on est professionnellement – à mettre en pratique ! …

Un chef de chapitre

mardi 12 février 2019

La zizanie

Connaissez-vous Tullius Detritus?

Ce personnage fictif de l'époque romaine possède un pouvoir particulier. Un pouvoir redoutable. Dès qu'il arrive en un lieu... c'est le désordre. Disputes, contentions, discordes, divisions, guerres, injustices jaillissent sur son passage. Mis en prison, condamné aux bêtes fauves pour trouble public... il reste finalement en prison... Oui, les lions eux-mêmes se sont entre dévorés à son entrée dans l'arène! Ensuite, ses geôliers se divisent... Puis l'entourage de César qui l'a convoqué, puis l'équipage du bateau qui le conduit en Gaule... Et même un célèbre village gaulois manque de succomber à cet envahisseur... Bref,... il sème la zizanie.

Zizania, cela désigne l'ivraie, la mauvaise herbe.

La mauvaise herbe, c'est le mal.

Le champ, c'est l'Eglise, et plus largement encore le monde créé. Et aussi notre communauté paroissiale, nos familles, nos écoles, unités scoutes, etc...

Le bon grain, ce sont les dons de nature et de grâce dispensés largement par Dieu aux hommes.

Si vous êtes tenté de cynisme, d'amertume ou de découragement, je vous invite à relire le début et la fin de la parabole du bon grain et de l'ivraie. Si, au contraire vous êtes un « optimiste de 4 sous », comme le Pangloss de Voltaire, tenté d'illusions, d'irénisme, je vous invite à relire le milieu de la parabole.

« D'où vient l'ivraie ? » Pourquoi le mal ? D’où vient cette obscurité, ce bruit envahissant du mal ? Dans l’histoire de l’Eglise et de l’humanité, et jusque dans notre propre cœur, parfois ?

« C'est mon ennemi qui a fait cela ». Dieu répond, si toutefois on veut bien l’écouter. Notre époque a mis Dieu en procès au nom du mal.

Si le mal existe, alors pas de Dieu, ou bien un dieu impuissant à l'empêcher.

Si le mal existe, alors pas de Dieu, ou un dieu indifférent, voire mauvais.

Terrible accusation. Terrible tentation aussi qui peut traverser même le cœur de l'âme fidèle ; « j'ai dit ; est-ce donc en vain que j'ai gardé mon cœur dans la justice, et lavé mes mains parmi les innocents! Seigneur, jusqu'où souffriras-tu ce que tu vois? »

Or que veut Dieu ?

Que le mal arrive? Non.

Que le mal n'arrive pas? Non plus.

Dieu ne veut et ne cause le mal, ni directement, ni indirectement.

Il veut permettre que le mal arrive.

Il le permet en laissant exister et agir celui qui cause le mal ; le démon, et ceux qui le servent. La liberté créée est donnée en vue du bien. Pourtant, désormais, elle peut pencher des deux côtés. Les maux les plus durs qui ravagent le champ du Seigneur, son Eglise, mais aussi les familles, les communautés sont les péchés contre l'unité. En particulier l'unité de foi et de charité... hérésies, schismes, scandales.

« Laissez… » Dieu ne vous demande pas d’appeler le bien mal, et le mal bien. C'est la théorie proposée par le bouddhisme et le New Age. Dieu n'approuve pas le mal. Il n'approuve pas non plus la complicité au mal ; le silence coupable, le consentement, l'entrainement au mal. Jésus a même prié pour que vous en soyez préservés… Il nous a appris à demander humblement et fortement ; délivrez-nous du mal. Dieu demande parfois que l’on supporte le mal. Mais seulement si on ne peut empêcher sans causer le pire.

« Au temps de la moisson... » : C'est une vérité de notre foi. L'injustice peut durer un certain temps, mais elle n'entre pas dans l'éternité. Dieu ne laisse pas le péché impuni, mais il patiente envers le pécheur. Ses plus grands saints, parfois furent grands pécheurs. Saint Augustin sema bien de l’ivraie avant que de semer du bon grain.

Dieu permet le mal, mais aussi Il le limite et le contient. Il peut tirer d’un mal un bien meilleur et supérieur. La condamnation injuste d’un innocent a ainsi été occasion du salut de toute l’humanité. Une mise à mort atroce a été occasion de résurrection et de vie. De la mort d’un martyr vient la conversion d’un bourreau. Sur une vie d’égarement vient une conversion plus profonde, un amour plus ardent pour Dieu et le prochain. Sur l’hérésie, l’erreur, le relativisme et la confusion ambiante, Dieu peut susciter un goût plus sublime pour les vérités de foi dans les âmes. Un amour prononcé, éprouvé, pour la Vérité. Enfin ceux qui servent le mal demeurent pour éprouver les justes. Ils sont instruments de salut et de sanctification.

« Laissez croître ensemble… » C'est le résumé de toute l'histoire, cela. L'extension du mystère d'iniquité, de péché – mais aussi l'extension du mystère de bonté, de piété divine. Il faut se garder de l'un et servir l'autre. Alors lorsque le mal dure ou grandit, lorsque notre âme chavire, et bien reprenons les psaumes 35 à 37 ;

« Mon âme, n'envie pas le bonheur des méchants,

Ne jalouse pas ceux qui font l'injustice !

Mets ta confiance dans le Seigneur, fais le bien !

Reste en paix dans la terre du Seigneur,

Attache-toi à la justice, place ton bonheur en Dieu»

 

Abbé Alexis Garnier - 10 février 2019

Lundi 11 février 2019

Comment tendre vers la paix sociale?

 La paix est un grand bien, que tous les hommes désirent. Et pourtant rien n'est plus difficile à obtenir et à préserver qu'une vraie paix. Quand on regarde l'histoire, on voit que le monde est rempli de violences, de crimes, de guerres... et ceci depuis Caïn et Abel jusqu'à aujourd'hui. Il est même probable qu'il en sera ainsi, hélas, jusqu'à la fin du monde !

La paix n'est d'ailleurs pas simplement l'absence de guerre. Il y a des sociétés qui ne sont pas en conflit ouvert avec d'autres nations ou en état de guerre civile, mais dans lesquelles une violence sournoise agresse les hommes, surtout les pauvres, les petits, les faibles. C'est le cas de notre société occidentale, où la vie du corps et de l'âme des petits n'est pas respectée : violence de l'avortement légalisé, qui tue des centaines de milliers d'êtres humains ; violence des agressions visuelles, par la pornographie, par des publicités qui attentent à la pudeur, par une « éducation sexuelle » dévoyée ; violence des « structures de péché », dans l'ordre économique et social, qui poussent les hommes au mensonge, à l'injustice, à l'égoïsme, etc.

La vraie paix est « la tranquillité de l'ordre » (S. Augustin). Elle suppose que la société soit fondée sur la justice. « Le fruit de la justice sera la paix " (Is 32, 17). Il faut donc que les principes de la loi naturelle soient reconnus par tous ; que les droits de chacun soient garantis et que les intérêts particuliers soient subordonnés au bien commun. La recherche par tous du bien commun produit d'ailleurs une multitude de bienfaits qui rejaillissent sur tous et chacun. Au contraire, l'égoïsme ne fait qu'engendrer des conflits et détruit la société : « Si chacun pense uniquement à ses propres intérêts, le monde ne peut qu'aller à sa ruine », disait Benoît XVI dans son message de Noël en 2008.

La recherche de la justice ne suffit pas, si elle n'a pas pour compagne la charité : l'amour désintéressé; le pardon qui répare les blessures et arrête la spirale de la vengeance et de la violence ; la bonté qui soigne toutes les misères imprévues et qui est à l'origine de tant d'œuvres extraordinaires de bienfaisance - pensons à saint Vincent de Paul, à la bienheureuse Mère Teresa et à tant d'autres bienfaiteurs de l'humanité... Mais comment établir de façon solide cet ordre social fondé sur la justice et la charité ? Comment soutenir cet édifice ? Une maison doit être construite sur le roc pour résister aux tempêtes (cf. Mt 7,25). Le roc, le fondement de tout l'ordre social, c'est Dieu et sa Loi. « Si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent » (Ps 126, 1). Une société qui rejette Dieu ne pourra jamais établir un ordre juste et une paix durable. « Il n'y a pas de paix pour les impies » (Is 48, 22).

Lorsque la société refuse de reconnaître Dieu et l'ordre qu'il a inscrit dans les choses, que l'on nomme l'ordre naturel, alors elle se construit sur le sable du relativisme. Les principes qui gouvernent les nations ne sont plus que le fruit d'un contrat, d'un accord d'une majorité instable qui ne repose plus sur la vérité objective, mais sur des opinions ou intérêts fluctuants. Tout peut être remis en cause. La « majorité » peut s'arroger n'importe quel droit, y compris celui de décider de la vie ou de la mort (avortement, euthanasie...). Inversement, lorsqu'un peuple, dans sa grande majorité, cherche Dieu, prend pour principes de sa conduite les commandements de Dieu, alors on peut voir s'épanouir une véritable paix. Frédéric Le Play, sociologue au XIXe siècle, a montré que les sociétés les plus prospères et les plus heureuses étaient celles où l'on respectait le Décalogue.

Bien sûr, même dans une société qui cherche Dieu, tout n'est pas parfait, car les hommes restent des hommes pécheurs. C'est pourquoi la grâce du Christ est absolument nécessaire pour guérir et vivifier sans cesse les hommes et le tissu social. Ainsi peut s'établir une société où le Christ règne, une « chrétienté », dans laquelle les hommes connaissent paix et bonheur, autant qu'il est possible sur cette terre. La société française du XIIIe siècle, par exemple, a connu cette prospérité et a pu être appelée le siècle d'or, le siècle des cathédrales ou le siècle de saint Louis : elle le doit en bonne part à son chef, un roi juste et saint, qui voulait servir Dieu avant toutes choses. Réciproquement, le saint roi est le fruit d'une chrétienté qui l'a formé. Y aurait-il eu un Saint Louis sans sa mère, Blanche de Castille, sans St Dominique, St François, St Thomas d'Aquin, ses contemporains ?

La paix reste toujours fragile et menacée, à cause des conséquences du péché originel, de la faiblesse humaine et de la tendance au relâchement. A chaque époque, ce sont les saints qui tirent les hommes vers le haut, qui réparent le tissu social, qui instaurent un ordre juste dans lequel les hommes peuvent vivre dans une certaine paix et tendre ainsi plus facilement vers leur fin surnaturelle, le bonheur du Ciel. Un des principaux paradoxes de l'Evangile est que, pour parvenir au bonheur, il faut passer par la Croix : « Qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perdra sa vie à cause de moi et de l'Evangile la sauvera » (Mc 8, 35). Celui qui veut capter le bonheur de façon égoïste, s'enferme sur lui-même et n'aboutit qu'au malheur. Au contraire, celui qui se donne généreusement à Dieu et aux autres trouve la vraie joie qui vient de la charité. « Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir », disait Jésus (parole rapportée par saint Paul, Ac 20, 35). « Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6, 33).

Cette loi vaut aussi bien pour nos vies personnelles que pour la société entière. La vraie civilisation ne peut se construire que sur la recherche de Dieu et l'amour de Dieu par-dessus toutes choses. Comme l'a dit saint Augustin : « Deux amours ont donc bâti deux cités : l'amour de soi- même jusqu'au mépris de Dieu, celle de la terre, et l'amour de Dieu jusqu'au mépris de soi-même, celle du ciel. » (La Cité de Dieu, 14, 28.) Benoît XVI l'a rappelé : « Chercher Dieu et se laisser trouver par Lui : cela n'est pas moins nécessaire aujourd'hui que par le passé. Ce qui a fondé la culture de l'Europe, la recherche de Dieu et la disponibilité à l'écouter, demeure aujourd'hui encore le fondement de toute culture véritable. » (Discours au collège des Bernardins, 12 septembre 2008).

Cherchons donc à accomplir la volonté de Dieu en toutes choses, à bien remplir nos devoirs envers Dieu d'abord, et envers notre prochain comme envers nous-mêmes. Ainsi nous travaillerons efficacement à restaurer un ordre social et politique meilleur, fondé sur les principes de l'ordre naturel et de l'Evangile. Alors pourra s'établir, autant qu'il est possible ici-bas, « la paix du Christ dans le règne du Christ » (Pie XI).

Fraternité Saint-Vincent-Ferrier

Dimanche 10 février 2019

Vous êtes le sel de la terre...

Quel est ce sel mystérieux qui nous donne le goût de la Sagesse divine et qui nous fraie la route de la vie éternelle ?

Au début du IXème siècle, un Archevêque de Sens, ami de Charlemagne, nous donne la clé de ce mystère du sel : "On reçoit du sel dans le sacrement du baptême. Ce sel nous fait percevoir le goût de cette nourriture qu'est la Sagesse. Il nous empêche de perdre le goût de la saveur du Christ. Car, si nous perdons ce goût, nous devenons à la fois insipides et sots. D'ailleurs, si par notre nature, nous sommes sots et niais, par la grâce du Christ nous avons de plus en plus de saveur en tout".

Les Grecs, comme les Latins, considèrent que l'homme sage est tout à la fois celui qui a du goût (il est savoureux et il aime les choses savoureuses) et qui est sensé. Pour eux, le sot est un fade. L'Evangile et Saint Paul pensent de même. Celui qui a le sel de la Sagesse est lui-même savoureux et il donne sa saveur aux autres : "Vous êtes le sel de la terre".

Mais, si le sel s'évente, s'il perd sa force et sa saveur, il n'a plus aucune utilité. Mesurons toute la portée de ces paroles du Seigneur. Le sel évanescent c'est l'image du chrétien qui, par degré, devient à la fois fade et sot - sot parce que fade. Il ne devient pas fou à proprement parler. Il y a eu des fous de génie qui ont eu quelque chose de sublime. Non, celui qui ne sait plus goûter le Christ, l'Eglise, les Saints devient fade et sot. La véritable traduction des phrases passionnées de saint Paul serait : "le langage de la Croix est ineptie et fadaise pour ceux qui vont à la perdition... N'est-il pas vrai que Dieu a frappé d'ineptie et de fadaise la sagesse du monde...Un Christ crucifié : ineptie et fadaise pour les païens".

Voilà les "malins", comme les appelait Bernanos à la suite de Péguy, qui ne voient, dans la folie d'amour de la Croix, qu'une religion inepte et sans saveur. Que faire pour échapper, nous aussi avec tous les Saints, à cette "Sagesse" du monde ? Ouvrir nos cœurs à la force du Saint-Esprit. Le Don de Sagesse est le Don le plus haut ; c'est celui de l'union forte, stable, permanente, joyeuse et heureuse à Dieu. Cette union est une union d'amour. On goûte Dieu grâce à l'amour répandu dans nos cœurs par son Saint-Esprit, et on le fait goûter aux autres.

Comme le connaisseur qui goûte les vins et dont l'expérience est telle qu'il distingue les moindres nuances de saveur, ainsi le Saint, uni à Dieu, goûte toute la saveur de Dieu et des œuvres de Dieu : la Création et la Rédemption. Quel saint plus savoureux, par exemple, que Saint François de Sales, et quelle saveur il a su donner à ses écrits ! D'où vient cette saveur ? De son immense charité, de l'onction du Saint Esprit..

Le Don de Sagesse a un autre effet, si important actuellement : il nous permet de juger tout, hommes et événements, à la lumière de Dieu, et d'adopter sur l'histoire humaine et sur l'histoire de l'Eglise le point de vue de Dieu. On connaît le titre d'un opuscule resté célèbre : "Pagaïe dans l'Eglise ou Mystère de la Croix". Les vitraux n'ont toute leur vérité et toute leur splendeur qu'à l'intérieur de l'église et par temps de grand soleil. Ainsi du Don de Sagesse : il nous mène au cœur de la vie de l'Eglise et il nous dit que l'Eglise c'est surtout "Jésus-Christ répandu et communiqué" ; il nous mène au cœur de l'histoire humaine, et il nous montre que la vie sociale n'est heureuse que si elle se met à l'école de l'Evangile et de l'Eglise.

Que tous puissent recevoir, grâce au Saint Esprit, le sel de la Sagesse de Dieu, le sel de la Sagesse de l'Eglise, le sel de la Sagesse des Saints. Trône de la Sagesse, O Notre-Dame, obtenez-nous d'être des sages selon Dieu.

Un moine Abbaye de Fontgombault