Pèlerinage de Pentecôte
de Paris à Chartres

Actualité

jeudi 07 février 2019

Chanson de Monsieur de Charette

Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Anc'nis (bis)
Mes amis!
Le Roi va ramener les fleurs de lys.

Prends ton fusil Grégoire 
Prends ta gourde pour boire 
Prends ta Vierge d'ivoire 
Nos Messieurs sont partis 
Pour chasser la perdrix. 

Monsieur d'Charette, a dit à ceux d'Loroux : (bis)
Mes bijoux !
Pour mieux tirer mettez-vous à genoux.
Prends…

Monsieur d'Charrette a dit à ceux d'Montfort : (bis)
Frappez fort !
Le drapeau blanc défend contre la mort.
Prends…

Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Clisson : (bis)
Le canon !
Fait mieux danser que le son du violon.
Prends…

Monsieur d'Charette a dit à ceux d'Conflans : (bis)
Mes enfants !
Ralliez-vous à mon panache blanc.
Prends…

La Catholique

Depuis dix neuf cents ans et plus
La France est la France de Jésus.
Depuis les Francs et les Gaulois
La France a toujours dit : "Je crois".

Hardi contre la clique,
Sans patrie et sans Dieu
Pour la foi catholique
Français debout car Dieu le veut !
Chantons la Catholique
Vive la France et Dieu !

La belle France de Clovis
De Charlemagne et de saint Louis,
De Jeanne d'Arc et de Bayard
Vers Dieu levait son clair regard.

Mais une bande de vautours
Planant sur elle de nos jours
A fait de l'ombre sur la croix
Et réduit la France aux abois.

La France pleure et tend les bras
Malheur à qui ne l'entend pas !
Honte à qui n'ose pas bouger
Lorsque sa Mère est en danger !

Nos fiers ancêtres ont lutté
Pour nous donner la liberté,
Pour conserver pareil trésor
Luttons comme eux jusqu'à la mort.

Sans crainte risquons notre peau
Pour la Croix et pour le Drapeau.
Autour d'eux si nous nous serrons
Par ces deux signes nous vaincrons !

Les partisans blancs

Dans le froid et la famine,
Dans les villes et dans les champs,
A l'appel de Dénikine,
Marchaient les Partisans Blancs.

Sabrant les troupes bolcheviques,
En ralliant les Atamans.
Dans leurs campagnes épiques,
Ils traquaient Trotsky tremblant.

C'est pour la Sainte Russie,
Pour la vieille tradition,
Pour la gloire et la patrie,
Que luttaient ces bataillons.

Votre gloire est immortelle,
Volontaires et Officiers Blancs,
Et votre agonie cruelle,
La honte de l'occident.

L'espérance

Le front penché sur la terre,
J'allais seul et soucieux,
Quand résonna la voix claire
D'un petit oiseau joyeux. Il disait :
"Reprends courage,
L'Espérance est un trésor.
Même le plus noir nuage
A toujours sa frange d'or.(bis)

Lorsque le soir se fait sombre,
J'entends le petit oiseau
Gazouiller là-haut, dans l'ombre,
Sur la branche au bord de l'eau.
Et bientôt son doux ramage,
Me donne un nouvel essor.
Même le plus noir nuage
A toujours sa frange d'or.(bis)

Mais il partit vers le Père,
Et jamais ne le revis.
Je me penchais sur la terre,
Et la contemplais, ravi.
Car il n'est que
l'Espérance pour animer notre coeur,
Qui de nos plus noires souffrances
Sait toujours être vainqueur.(bis)

Couronnée d'étoiles

Nous te saluons,
Ô toi notre Dame Marie,
Vierge Sainte que drape le soleil
Couronnée d'étoiles, la lune est sous tes pas
En toi nous est donnée
L'aurore du Salut

Tu as donné naissance à Jésus le sauveur.
Par toi nous sont ouvertes, les portes du jardin
Guide-nous en chemin, étoile du matin.

mère au pied de la croix,
Soutiens notre espérance et garde notre foi.
Du côté de ton fils, tu as puisé pour nous,
L'eau et le sang versés qui sauvent du péché.

Plus haut que tous les anges, plus haut que les nuées,
Et quelle est notre joie, douce Vierge Marie
De contempler en toi la promesse de vie.

En ton âme en ton corps, tu entres dans les cieux.
Emportée dans la gloire, sainte reine des cieux,
Tu nous accueilleras, un jour auprès de Dieu.

De concert avec les anges

1. De concert avec les anges
Nous voulons Reine des cieux
Célébrer par nos louanges
Vos triomphes dans les cieux.

De Marie qu'on publie
Et la gloire et les grandeurs
Qu'on l'honore, qu'on l'implore
Qu'elle règne sur nos coeurs.

2. Auprès d'elle la nature
Perd sa grâce et sa beauté
Le printemps est sans parure
Le soleil est sans clarté.

3. C'est le lys de la vallée
Son parfum délicieux
Sur la terre désolée
Attira le roi des cieux.

 4. C'est l'auguste sanctuaire
Que le Dieu de majesté
Inonda de sa lumière
Embellit de sa beauté.

5. C'est le Verbe incomparable
C'est la gloire d'Israël
À sa voix sur le coupable
Le pardon descend du ciel.

6. Cette Mère bien-aimée
Qu'ici-bas nous acclamons
Plus terrible qu'une armée
Met en fuite les démons.

7. Pour tout dire, c'est Marie
Dans ce nom, que de douceur!
C'est l'espoir, la paix, la vie
C'est l'aurore du bonheur.

Esprit-Saint, Dieu de Lumière

Refrain:
Esprit-Saint, Dieu de lumière,
Qu'aujourd'hui nous invoquons,
Venez des cieux sur la terre, 
Comblez-nous de tous vos dons;
Venez des cieux sur la terre,
Comblez-nous de tous vos dons.

  1. Enseignez-nous cette Sagesse / qui ne cherche que le Seigneur:
    Que notre étude soit sans cesse / de Lui soumettre notre coeur.
  2. Accordez-nous l'Intelligence / De Vos dogmes, de votre Loi,
    Et nous croirons, sans défaillance, / Tous les mystères de la Foi.
  3. Eclairez-nous, Dieu de Science: / En Vous seul est la vérité.
    L'homme sans Vous n'est qu'ignorance, / Et son savoir que vanité.
  4. De Vos Conseils que la lumière / Toujours brille devant nos yeux;
    Qu'elle nous guide et nous éclaire / Sur le chemin qui mène aux cieux.
  5. Que notre cœur lassé du monde, / Goûte Dieu par la Piété;
    Que notre amour enfin réponde / A son immense charité.
  6. Soutenez-nous de Votre Force / Dans nos luttes de chaque jour,
    Contre le monde qui s'efforce / De nous ravir à votre amour.
  7. Inspirez-nous cette humble Crainte / Qui se mêle au plus ferme espoir,
    Et par amour, non par contrainte, / Gardez notre âme à son devoir.

Lauda Sion salvatorem

La Prière de Saint Thomas d'Aquin « Lauda Sion salvatorem » (Sion, célèbre ton Sauveur) :

Lauda, Sion, Salvatorem, lauda ducem et pastorem, in hymnis et canticis. 
Loue, Sion, ton Sauveur, loue ton chef et ton pasteur par des hymnes et des cantiques. 

Quantum potes, tantum aude, quia major omni laude nec laudare sufficis. 
Autant que tu le peux, tu dois oser, car Il dépasse tes louanges et tu ne pourras jamais trop Le louer. 

Laudis thema specialis, Panis vivus et vitalis hodie proponitur. 
Le sujet particulier de notre louange, le Pain vivant et vivifiant, c’est cela qui nous est proposé aujourd’hui. 

Quem in sacræ mensa cenæ turbæ fratrum duodenæ datum non ambigitur. 
Au repas sacré de la Cène, au groupe des douze frères, Il a été clairement donné. 

Sit laus plena, sit sonora ; Sit jucunda, sit decora ; mentis jubilatio. 
Que notre louange soit pleine, qu’elle soit sonore ; qu’elle soit joyeuse, qu’elle soit belle la jubilation de nos cœurs. 

Dies enim solemnis agitur in qua mensæ prima recolitur hujus institutio. 
C’est en effet la journée solennelle où nous fêtons de ce banquet divin la première institution. 

In hac mensa novi Regis, novum Pascha novæ legis, phase vetus terminat. 
A cette table du nouveau Roi, la nouvelle Pâque de la nouvelle loi met fin à la Pâque ancienne. 

Vetustatem novitas, umbram fugat veritas, noctem lux eliminat. 
L’ordre ancien cède la place au nouveau, la vérité chasse l’ombre, la lumière dissipe la nuit. 

Quod in cena Christus gessit, faciendum hoc expressit, in sui memoriam. 
Ce que le Christ a fait à la Cène, Il a ordonné de le refaire en mémoire de Lui. 

Docti sacris institutis, panem, vinum in salutis consecramus hostiam. 
Instruits par ces commandements sacrés, nous consacrons le pain et le vin en victime de salut. 

Dogma datur christianis, quod in carnem transit panis et vinum in sanguinem. 
C’est un dogme pour les chrétiens que le pain se change en son Corps et le vin en son Sang. 

Quod non capis, quod non vides, animosa firmat fides, præter rerum ordinem. 
Ce que tu ne comprends pas, ce que tu ne vois pas, la foi vive l’affirme, hors de l’ordre naturel des choses. 

Sub diversis speciebus, signis tantum et non rebus, latent res eximiæ. 
Sous des espèces différentes, signes seulement et non réalités, se cachent des choses sublimes. 

Caro cibus, sanguis potus, manet tamen Christus totus, sub utraque specie. 
Sa chair est nourriture, son Sang est breuvage, pourtant le Christ tout entier demeure sous l’une ou l’autre espèce. 

A sumente non concisus, non confractus, non divisus, integer accipitur. 
Par celui qui le reçoit, il n’est ni coupé ni brisé, ni divisé : Il est reçu tout entier. 

Sumit unus, sumunt mille, quantum isti, tantum ille nec sumptus consumitur. 
Qu’un seul le reçoive ou mille, celui-là reçoit autant que ceux-ci et l’on s’en nourrit sans le détruire. 

Sumunt boni, sumunt mali, sorte tamen inæquali : vitæ vel interitus. 
Les bons le reçoivent, les méchants aussi, mais pour un sort bien inégal : pour la vie ou pour la mort. 

Mors est malis, vita bonis, vide paris sumptionis quam sit dispar exitus. 
Mort pour les méchants, vie pour les bons, vois comme d’une même communion l’effet peut être différent. 

Fracto demum sacramento, ne vacilles, sed memento tantum esse sub fragmento quantum toto tegitur. 
Quand le Sacrement est rompu ne te laisses pas ébranler, mais souviens-toi qu’il y a autant sous chaque fragment que dans le tout. 

Nulla rei fit scissura signi tantum fit fractura ; qua nec status, nec statura signati minuitur. 
La réalité n’est pas divisée, le signe seulement est fractionné ; mais ni l’état ni la taille de ce qui est signifié n’est diminué. 

Ecce panis angelorum factus cibus viatorum, vere Panis filiorum non mittendis canibus. 
Voici le pain des anges devenu l’aliment de ceux qui sont en chemin, vrai Pain des enfants à ne pas jeter aux chiens. 

In figuris præsignatur, cum Isaac immolatur, Agnus paschæ deputatur datur manna patribus. 
D’avance il est annoncé en figures, lorsqu’Isaac est immolé, l’Agneau pascal, sacrifié la manne, donnée à nos pères. 

Bone pastor, Panis vere, Jesu, nostri miserere, Tu nos pasce, nos tuere, Tu nos bona fac videre in terra viventium. 
Ô bon Pasteur, notre vrai Pain, Jésus, aie pitié de nous, nourris-nous, protège-nous, fais-nous voir le bonheur dans la terre des vivants. 

Tu qui cuncta scis et vales, qui nos pascis hic mortales tuos ibi commensales, Coheredes et sociales Fac sanctorum civium. Amen. Alleluia. 
Toi qui sais tout et qui peux tout, Toi qui sur terre nous nourris, fais que, là-haut, invités à ta table, nous soyons les cohéritiers et les compagnons des saints de la cité céleste. Amen. Alléluia. 
 

Ave Verum Corpus

Ave verum Corpus natum de Maria Virgine
Vere passum, immolatum in Cruce pro homine,
Cuius latus perforatum fluxit aqua et sanguine,
Esto nobis praegustatum mortis in examine.
O Iesu dulcis, O Iesu pie, O Iesu, fili Mariae.

Je Vous salue, vrai Corps né de la Vierge Marie,  
Qui avez vraiment souffert et avez été immolé sur la Croix pour l'homme,
Vous dont le côté transpercé a laissé couler du sang et de l'eau.
Puissions-nous Vous recevoir dans l'heure de la mort.  
Ô doux, ô bon, ô Jésus fils de Marie. Ainsi soit-il.

mercredi 06 février 2019

Veni creator spiritus

 
 
Veni, creator, Spiritus,
Mentes tuorum visita,
Imple superna gratia
Quae tu creasti pectora.

Qui diceris Paraclitus,
Altissimi donum Dei.
Fons vivus, ignis, caritas
Et spiritalis unctio.

Tu septiformis munere,
Digitus paternae dexterae.
Tu rite promissum Patris,
Sermone ditans guttura.

Accende lumen sensibus
Infunde amorem cordibus,
Infirma nostri corporis
Virtute firmans perpeti.

Hostem repellas longius
Pacemque dones protinus;
Ductore sic te praevio
Vitemus omne noxium.

Per te sciamus da Patrem,
Noscamus atque Filium;
Teque utriusque Spiritum
Credamus omni tempore.

Deo Patri sit gloria,
Et Filio, qui a mortuis
Surrexit, ac Paraclito
In saeculorum saecula.
Amen.
  Viens, Esprit Créateur,
visite l'âme de tes fidèles,
emplis de la grâce d'En-Haut
les cœurs que tu as créés.

Toi qu'on nomme le Conseiller,
don du Dieu très-Haut,
source vive, feu, charité,
invisible consécration.

Tu es l'Esprit aux sept dons,
le doigt de la main du Père,
L'Esprit de vérité promis par le Père,
c'est toi qui inspires nos paroles.

Allume en nous ta lumière,
emplis d'amour nos cœurs,
affermis toujours de ta force
la faiblesse de notre corps.

Repousse l'ennemi loin de nous,
donne-nous ta paix sans retard,
pour que,sous ta conduite et ton conseil,
nous évitions tout mal et toute erreur.

Fais-nous connaître le Père,
révèle-nous le Fils,
et toi, leur commun Esprit,
fais-nous toujours croire en toi.

Gloire soit à Dieu le Père,
au Fils ressuscité des morts,
à l'Esprit Saint Consolateur,
maintenant et dans tous les siècles.
Amen.

Ave Maris Stella

   

Ave maris stella,
Dei mater alma
Atque semper virgo
Felix caeli porta

Sumens illud ave
Gabrielis ore
Funda nos in pace
Mutans Evae nomen

Solve vincla reis
Profer lumen caecis
Mala nostra pelle
Bona cuncta posce

Monstra te esse matrem
Sumat per te preces
Qui pro nobis natus
Tulit esse tuus

Virgo singularis
Inter omnes mitis
Nos culpis solutos
Mites fac et castos

Vitam praesta puram
Iter para tutum
Ut videntes Jesum
Semper collaetemur

Sit laus Deo Patri
Summo Christo decus
Spiritui sancto
Tribus honor unus

Amen

Salut, étoile de la mer
Mère nourricière de Dieu
Et toujours vierge,
Bienheureuse porte du ciel

En recevant cet ave
De la bouche de Gabriel
Et en changeant le nom d’Eve
Établis-nous dans la paix

Enlève leurs liens aux coupables
Donne la lumière aux aveugles
Chasse nos maux
Réclamez-(nous) tous (ces) biens

Montre-toi notre mère
Qu’il accueille par toi nos prières
Celui qui, né pour nous,
Voulut être ton fils

Vierge sans égale,
Douce entre tous,
Quand nous serons libérés de nos fautes
Rends-nous doux et chastes

Accorde-nous une vie innocente
Rends sûr notre chemin
Pour que, voyant Jésus,
Nous nous réjouissions éternellement

Louange à Dieu le Père,
Gloire au Christ Roi
Et à l’Esprit saint,
À la Trinité entière un seul hommage

Amen

Notre Dame des éclaireurs

 

1. Le soir étend sur la terre
Son grand manteau de velours
Et le camp calme et solitaire
Se recueille en ton amour

Ô Vierge de lumière,
Etoile de nos coeurs,
Entend notre prière,
Notre-Dame des éclaireurs.

2. O douce Dame aux étoiles
Jette un regard sur ce camp
Où tes fils, sous leurs frêles toiles
Vont dormir en t'invoquant

3. O toi plus blanche que neige
Ravie au Mont virginal
Ta beauté, Vierge, nous protège
Contre la laideur du mal.

4. Que tes bontés maternelles
Veillent sur ceux qui sont tiens
Place ici comme sentinelles
Les bons anges nos gardiens

5. Comme les tentes légères
Que l'on roule pour partir
Garde-nous, âmes passagères
Toujours prêtes à mourir

6. Fais-nous quitter l'existence
Joyeux et pleins d'abandon,
Comme un scout, après les vacances,
S'en retourne à la maison. 

Notre Dame du Oui

Notre Dame, qui par votre oui
Avez changé la face du monde,
Prenez en pitié
Ceux qui veulent dire oui pour toujours.
Vous savez à quel prix ce mot s’achète et se tient,
Obtenez-nous de ne pas reculer
Devant ce qu’il exige de nous.
Apprenez-nous à le dire, comme vous,
Dans l’humilité, la pureté, la simplicité
Et l’abandon à la volonté du Père.
Faites que tout au long de notre vie
Les oui que nous dirons après celui-là,
Ne soient pas autre chose
Qu’un moyen d’adhérer
Encore plus parfaitement à la volonté de Dieu
Pour notre salut et celui du monde entier.
Amen.

La première en chemin

La première en chemin, Marie tu nous entraînes
A risquer notre "oui" aux imprévus de Dieu.
Et voici qu'est semée en l'argile incertaine
De notre humanité, Jésus-Christ, Fils de Dieu.
Marche avec nous, Marie,
Sur nos chemins de foi,
Ils sont chemin vers Dieu (bis).

La première en chemin, en hâte tu t'élances,
Prophète de Celui qui a pris corps en toi.
La parole a surgi, tu es sa résonance
Et tu franchis des monts pour en porter la voix.
Marche avec nous, Marie,
Aux chemins de l'annonce,
Ils sont chemin vers Dieu (bis).

La première en chemin, pour suivre au Golgotha
Le fils de ton amour que tous ont condamné,
Tu te tiens là, debout, au plus près de la Croix
Pour recueillir la vie de son cœur transpercé.
Marche avec nous, Marie,
Sur nos chemins de croix,
Ils sont chemin vers Dieu (bis).

La première en chemin avec l'Eglise en marche
Dès les commencements, tu appelles l'Esprit!
En ce monde aujourd'hui, assure notre marche;
Que grandisse le corps de ton fils Jésus-Christ
Marche avec nous, Marie,
Aux chemins de ce monde,
Ils sont chemin vers Dieu (bis).

Magnificat

Magníficat ánima méa Dóminum,
Et exultávit spíritus méus in Déo salutári méo!
Quia respéxit humilitátem ancíllæ súæ,
ecce enim ex hoc beátam me dícent ómnes generatiónes.
Quia fécit míhi mágna qui pótens est : et sánctum nómen éjus!
Et misericórdia éjus a progénie in progénies timéntibus éum.
Fécit poténtiam in bráchio súo : dispérsit supérbos ménte córdis súi.
Depósuit poténtes de séde, et exaltávit húmiles.
Esuriéntes implévit bónis : et dívites dimísit inánes.
Suscépit Israël púerum súum, recordátus misericórdiæ súæ.
Sicut locútus est ad pátres nóstros, Abraham et sémini éjus in saécula.
Glória Pátri et Fílio, et Spirítui Sáncto,
Sicut érat in princípio, et nunc, et sémper,
et in saécula sæculórum. Amen.

Les saints et les anges - Ave Maria de Fatima

 

- 1 -
Les saints et les anges
En choeurs glorieux
Chantent vos louanges
Ô Reine des cieux.
Ave, ave, ave Maria.  (bis)

- 2 -
Devant votre image
Voyez vos enfants
Agréez l'hommage
De nos coeurs aimants.
Ave, ave, ave Maria.  (bis)

- 3 -
Soyez le refuge
Des pauvres pécheurs
Ô Mère du Juge
Qui voyez nos coeurs.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 4 -
Ô puissante Reine
Dans la chrétienté
Remplacez la haine
Par la charité.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 5 - 
Avec vous, ô Mère,
Nous voulons prier
Pour sauver nos frères
Et les sanctifier.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 6 - 
À l'heure dernière
Fermez-nous les yeux
À votre prière
S'ouvriront les cieux.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

  - 7-
Écoutez, ô Mère
Qui nous aimez tant
Cette humble prière
Que font vos enfants.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 8 -
Au salut du monde
Pour mieux travailler
Qu'une foi profonde
Nous aide à prier.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 9 -
Voyez la misère
De tous les humains
Pitié, douce Mère,
Tendez-leur la main.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 10 -
L'enfer se déchaîne
Nous saurons lutter
Nous vaincrons la haine
Par la charité.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

- 11 -
Donnez à l'enfance
Paix et réconfort
Qu'aux jours de souffrance
Les coeurs restent forts.
Ave, ave, ave Maria. (bis)

 

 

 

Je mets ma confiance

Je mets ma confiance,
Vierge, en votre secours,
Servez-moi de défense,
Prenez soin de mes jours ;
Et quand ma dernière heure
Viendra fixer mon sort,
Obtenez que je meure
De la plus sainte mort.

Sainte Vierge Marie,
Asile des pécheurs,
Prenez part, je vous prie,
A mes justes frayeurs :
Vous êtes mon refuge,
Votre Fils est mon Roi,
Mais Il sera mon Juge,
Intercédez pour moi.

Ah ! Soyez-moi propice
Avant que de mourir,
Apaisez Sa justice,
Je crains de la subir ;
Mère pleine de zèle,
Protégez votre enfant,
Je vous serai fidèle
Jusqu’au dernier instant.

A dessein de vous plaire,
O Reine de mon coeur !
Je promets de rien faire
Qui blesse votre honneur :
Je veux que, par hommage,
Ceux qui me sont sujets,
En tous lieux, à tout âge,
Prennent vos intérêts.

Voyez couler mes larmes,
Mère du bel Amour ;
Finissez mes alarmes
Dans ce mortel séjour :
Venez rompre ma chaîne,
Pour m’approcher de vous,
Aimable Souveraine,
Que mon sort serait doux !

Vous êtes, Vierge Mère,
Après Dieu, mon support ;
Je sais qu’Il est mon Père,
Mais vous êtes mon fort :
Faites que dans la gloire,
Parmi les bienheureux,
Je chante la victoire
Du Monarque des cieux.