A Dieu, cher Docteur !

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Le Docteur Xavier Dor nous a quittés.

Peut-être son nom ou sa figure évoquent-ils peu de souvenirs pour les plus jeunes parmi nous.
Il est parti à l’éternité « sur la pointe des pieds », sortant par en-haut de notre monde confiné.
Bien des voix et des plumes lui rendent hommage valable. Elles évoquent, mieux que je ne saurais faire, son souvenir et son œuvre.
Pour ma part, je crois pouvoir dire qu’il fut un chevalier souriant dans un monde de brutes. Le rencontrer sur les routes de pèlerinage chaque année était toujours une rencontre forte.

Chevalier souriant.

            L’ADN du chevalier sans armure, casque, épée, monture, c’est la noblesse du cœur. Et la noblesse du cœur n’est pas une prétention, mais une attitude. Elle se manifeste entre autre dans le fait de mettre sa force, « celle du bras, de l’esprit, du cœur », au service des plus petits et des plus faibles que le « droit » élimine.

            Avant que la formule si belle retentisse dans les rues et les réseaux, il a été la « voix des sans-voix ». Le Docteur Dor a appliqué « l’option préférentielle pour les pauvres » en faveur de ces plus petits encore invisibles, que sont les enfants à naître. Comment cela ?

« La prière nous relie au surnaturel. Elle nous unit à Dieu. Elle est force et refuge. Elle est la respiration de l’âme et à ce titre, ne peut cesser sous peine de mort spirituelle. 
L’information est importante car l’avortement doit beaucoup à l’ignorance scientifique sur les débuts de la vie, sur ce qui la précède ( l’hérédité ), et ce qui la suit ( le développement ). Le plus frappant, c’est la continuité de l’être humain depuis la conception jusqu’à l’achèvement de l’individu. La connaissance scientifique renforce la connaissance morale, philosophique, politique, démographique ». 
Ce sont ses mots, ses actes, ses seules « armes ».

Il distinguait (sans les opposer d’ailleurs) deux formes d’engagement pour défendre la vie ; la charité individuelle de ceux qui agissent sur les effets des lois sur l’IVG (comme on recueille les victimes d’un naufrage en cours), et la charité politique ou collective de ceux qui luttaient contre les lois elles-mêmes (comme on se porte vers la voie d’eau du bateau pour la boucher ou la réduire).

Ce « gêneur » était un chevalier souriant. Au bout d’années de procès, d’emprisonnement, de condamnations, d’insultes, d’abandons, … Il avait conservé le sourire de l’espérance. Ce sourire-là avait un prix. Ce sourire n’est pas celui de l’abandon chic des principes… Mais celui de la cohérence. J’en ai été frappé, « irradié » à chaque pèlerinage où il était là.  Incarnation de ce que veut dire ; « Bienheureux les persécutés pour la justice »… Ou encore du « gaudium de veritate », cher à St Paul et St Thomas, la « joie de la verité » même désarmée, effet d’une authentique charité. Motif de confiance, pour toutes les causes belles et grandes qui rejoignent et touchent le règne du Christ. Hier, aujourd’hui, demain ! Par ce regard et ce sourire, son âme de chevalier venait au-devant de vous.

Chevalier souriant dans un monde de brutesSimple hyperbole romantique et subversive ?

Une férocité (remarquable et constante) l’a souvent qualifié de « croisé anti-IVG ». On l’a accusé de violence (je m’interroge encore sur le sens et le contenu du mot). Il a été poursuivi, verbalement, médiatiquement, juridiquement, physiquement parfois… Pour avoir manifesté la malice d’un monde de brutes.

Brutalité d’un mensonge qui est une violence faite à l’intelligence.

Brutalité d’une pratique, comme de la répression de l’objection ou de l’opposition à cette pratique.

Brutalité de l’élimination du semblable par le semblable.

Sainte Mère Teresa, avec la même fermeté souriante, avait déjà prophétisé que cette pratique était «le plus grand destructeur de la paix» entre les hommes.


Il n’est pas de notre compétence de canoniser, et de fabriquer des « santo subito ».
Il est de notre espérance de demander pour lui le repos éternel, par les mérites infinis du Miséricordieux Jésus.
A sa famille et ses proches endeuillés, nous présentons de tout cœur nos condoléances sincères.
Nous devinons aussi ce que le confinement peut ajouter de pénible à la célébration de son enterrement.
Nous invitons à offrir au Tout puissant des messes et des prières pour le repos de son âme.

Miséricordieux Jésus, donnez-lui le repos éternel, et que pour lui brille votre lumière sans déclin !


Abbé Alexis Garnier,
Aumônier Général de Notre Dame de Chrétienté.