3ème commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur »

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Vous nous avez faits pour Vous, Seigneur, et notre coeur est toujours dans l’agitation tant qu’il ne se repose en Vous.

Saint Augustin

« Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabbat ; tu travailleras et feras tous tes ouvrages pendant six jours : mais le septième jour est le Sabbat du Seigneur ton Dieu. Tu ne feras aucune oeuvre servile en ce jour… ; car le Seigneur a fait en six jours le ciel et la terre et tout ce qu’ils renferment, et II s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du Sabbat » (Exode XX, 8/11).
Après l’Adoration du Seul Vrai Dieu, qui est l’honneur que nous Lui rendons par l’esprit et par le coeur, après le respect de Son Saint Nom, qui est l’honneur rendu à Dieu par nos paroles et la profession de notre Foi, le troisième commandement nous rappelle qu’il faut honorer Dieu par nos actes : Dieu Premier Servi et cela par le culte extérieur que nous Lui rendons, particulièrement les jours qu’il nous a fixés à cet effet.

Sabbat veut dire cessation d’activités ou repos : la nature demande à l’homme de reposer son corps par le sommeil et la réfection des fonctions vitales, mais aussi de reposer son esprit après un effort intellectuel.
De même, notre âme cherche le repos selon cette parole de St Augustin : « Vous nous avez faits pour Vous, Seigneur, et notre coeur est toujours dans l’agitation tant qu’il ne se repose en Vous. » (Confessions, Livre I, Ch. I) L’âme en effet ne peut se nourrir que de Dieu. C’est pourquoi, dans ses commandements, Dieu nous a appelé à ce repos : « Souviens-toi de sanctifier le jour du Sabbat« .

Si les Israélites sanctifiaient le Sabbat en souvenir du jour où Dieu s’est reposé de l’oeuvre de la Création et en souvenir de la sortie d’Egypte (Deut. V-15), L’Eglise commande aux fidèles de sanctifier le Dimanche comme le jour de Notre Seigneur
Jésus Christ en souvenir du jour de la Résurrection par laquelle II a recréé le monde en nous délivrant du péché.

Ce commandement de l’Eglise est exprimé dans le Code de Droit Canon (C. 1247) : « Les Dimanches et les autres jours de fête de précepte, les fidèles sont tenus, par obligation, de participer à la Sainte Messe ; de plus, ils s’abstiendront de ces travaux et oeuvres qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur ou la détente convenable de l’esprit ou du corps« .

Il faut donc, le Dimanche, rendre à Dieu l’honneur de l’Adoration, de la Louange et de la Prière par l’offrande du Saint Sacrifice de la Messe par lequel nous retrempons nos âmes dans la Grâce et l’Amour de Dieu, surtout si nous recevons la Sainte Communion (préparée par la confession).

La Messe dominicale doit donc tenir la première place dans l’observation de ce commandement : arriver à l’heure, montrer à Dieu par son attitude intérieure et par une participation extérieure que nous savons répondre à Son Amour par des actes.
Ne nous contentons pas de remplir ce précepte parce qu’il le faut ! Aimons notre Messe dominicale et soyons généreux : le Dimanche est l’occasion privilégiée de méditer la Parole de Dieu par la lecture de la Sainte Ecriture, de lire un ouvrage de Spiritualité ou de Doctrine, de prier seul ou en famille, de réciter son chapelet avec plus de recueillement…
Il faut aussi, le Dimanche, éviter tout ce qui empêche ce repos en Dieu, se garder de tout travail manuel pénible. Le Dimanche est le jour du repos familial et l’occasion de se réunir pour une saine détente et pour la prière.

En conclusion, le sens propre et précis de ce troisième commandement est que l’homme interrompe, au jour demandé par Dieu, ses affaires ordinaires et les travaux manuels pour s’appliquer d’esprit et de corps à honorer Dieu et à Lui rendre tous les hommages qu’il réclame.

Bibliographie
. Catéchisme du Concile de Trente, Troisième Partie, chapitre 4. . Les Commandements, St Thomas d’Aquin. En Français, aux N.E.L., collection Docteur Commun