Appel de Chartres n° 240 : Rendez-vous à Sainte Odile le 11 juin 19h30 pour la messe d’action de grâce !

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Chers amis pèlerins,

Nous venons de clore la trente-huitième édition de ce pèlerinage exceptionnel. Entre le coronavirus, l’interdiction des messes publiques, les changements de dernière minute, … rien n’aura été épargné à l’organisation de Notre-Dame de chrétienté qui aura dû s’adapter jusque dans les derniers jours.


Je remercie tous nos amis cadres de Notre-Dame de chrétienté, leur dévouement, leur efficacité auront été fantastiques.

Le pèlerinage a bien eu lieu avec des centaines d’initiatives locales, une ferveur intacte et un entêtement courageux à pèleriner. Comme chaque année, nous vous donnerons les chiffres (les vrais cela va de soi !) après la messe d’action de grâce à Sainte Odile le 11 juin (toutes les informations dans www.nd-chretiente.com).

En voyant tous ces petits groupes marcher dans Paris samedi, en regardant toutes ces photos de France et d’ailleurs, j’étais admiratif et plein de confiance pour notre avenir. NDC (le « pèlerinage de Chartres » pour faire simple) a près de 40 années. Nos fondateurs voulaient recréer une chrétienté, au moins une réaction chrétienne en France, à l’appel de Jean-Paul II dans une Eglise et une civilisation en crise. Ils voyaient les effets de la déchristianisation et voulaient susciter un élan au sein de la jeunesse. Quand j’observe nos pèlerins, en majorité jeunes, je constate que cette relève a bien lieu, elle est porteuse d’espoir pour demain.

Il est inouï que le culte public ait été interdit en France à l’occasion de cette pandémie. Il faudra réfléchir et tirer toutes les leçons de ce qui s’est passé, du stupéfiant affaiblissement de l’Eglise en France. Nous n’oublions pas les propos courageux de certains évêques que nous remercions une nouvelle fois. En s’associant à une requête en référé-liberté déposée devant le Conseil d’Etat, NDC a voulu apporter son soutien aux communautés qui marchent régulièrement sur les routes de Chartres. Notre démarche a été à la fois respectueuse de la hiérarchie en place et déterminée car il s’agissait de l’honneur de Dieu.


Toute cette histoire me fait penser à la fable de Jean de La Fontaine « Le lion amoureux ». Lue par Fabrice Luchini, c’est exceptionnel. Le pauvre lion amoureux est un peu comme l’Eglise qui a voulu, lors d’un fameux et récent Concile, abandonner tous ses privilèges : plus de constitution chrétienne, plus d’avantages, … Elle ne demandait qu’à être « une église libre dans un état libre » avec la grande efficacité que nous observons. Le sort de l’Eglise catholique ressemble à celui du pauvre lion amoureux qui accepte pour séduire sa belle de faire rogner ses dents et limer ses griffes :

Le lion consent à cela,
Tant son âme était aveuglée !
Sans dents ni griffes le voilà,
Comme place démantelée.
On lâcha sur lui quelques chiens :
Il fit fort peu de résistance.


Des questions demeurent : Pourquoi étions-nous si peu nombreux ? Pourquoi les associations diocésaines ou d’autres communautés en dehors de la sphère traditionnelle n’ont-elles pas entamé la même démarche ? Défendre la liberté du culte publique est un objectif partagé par tous les catholiques, me semble-t-il ?

Je ne crois pas du tout que, comme a écrit Jean-Pierre Denis dans la Vie, nous (les traditionalistes) soyons « non représentatifs » de l’Eglise. Cette expression est assez méchante mais l’histoire nous a appris à avoir l’estomac solide. Plus que méchante, c’est surtout très faux car nous sommes de plus en plus représentatifs. 

Les « catholiques observants » (comprendre les derniers catholiques pratiquants) au sens de Yann Raison du Cleuziou dans son livre « Aux origines de la Manif pour tous », doivent apprendre à agir ensemble sur certains sujets, celui de la liberté du culte en était un. Les catholiques forment désormais une minorité en France et, ce qui est plus douloureux, une ancienne majorité. Apprenons pour demain à travailler réunis, « représentatifs et non représentatifs » !

Je tiens à remercier chaleureusement les célébrants et autorités qui nous ont soutenus en 2020 :

Le chanoine Fournier, aumônier militaire, à Saint Sulpice en remerciant le Père Lacroix pour son accueil ainsi que Monseigneur Aupetit.

Monseigneur Rougé qui a accueilli la « toute petite colonne » de pèlerins à l’entrée de son diocèse le samedi matin.

Le Très Révérend Père Louis-Marie de Blignières, supérieur de la Fraternité Saint Vincent Ferrier, qui a célébré la Messe de Chémeré-le-roi le dimanche de Pentecôte.

L’abbé Barrero, supérieur de l’Institut du Bon Pasteur, pour le Salut du Saint Sacrement du séminaire de Courtalain le dimanche soir.

Monseigneur Descourtieux (Congrégation pour la doctrine de la Foi) qui a célébré de la chapelle Sainte Pétronille dans la basilique Saint Pierre à Rome la messe du lundi de Pentecôte.

Le recteur de la cathédrale de Chartres, le Père Blondeau, pour son accueil toujours aussi généreux et amical ainsi que Monseigneur Christory.

Vous imaginez bien que toutes ces retransmissions ont nécessité des trésors d’ingéniosité et beaucoup de travail. Une immense merci à tous ceux qui ont œuvré dans la discrétion avec bien évidemment, et je termine ainsi, un grand mot de gratitude pour l’abbé Garnier, notre aumônier général.



Nos Saints Anges, protégez-nous dans les combats

Sainte Jeanne d’Arc, protégez la France

Sainte Geneviève, protégez la France

Notre-Dame de la Sainte Espérance, convertissez-nous ! 



Jean de Tauriers

Nous vous attendons nombreux avec vos bannières
le jeudi 11 Juin 2020 à 19h30

Pour une messe d’action de grâce à l’occasion de la fête du Très saint Sacrement

Paroisse Ste Odile – 2 av Stéphane Mallarmé – 75 017 PARIS

Suivie d’un cocktail dinatoire

Pour vous inscrire, c’est ici