Appel de Chartres n°238 par Bernard Antony

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Chers pèlerins de Notre-Dame de Chrétienté de l’an 2020

Avant de devenir, par-delà les peuples et les époques, une réalité historique de civilisation diversement façonnée selon les différentes circonstances d’accueil de la foi catholique et les vicissitudes de l’histoire, la Chrétienté a toujours été le produit d’un souffle de foi incessant et donc aussi d’espérance et de charité, toujours recommencé.


Avant même les grands pèlerinages des peuples d’Europe vers la Terre Sainte ou Saint-Jacques de Compostelle, le pèlerinage que vous allez effectuer de Notre-Dame de Paris vers Notre-Dame de Chartres, au cœur même de notre patrie, a constitué depuis des siècles un acte de ferveur personnelle ou collective.

Pour la deuxième année dans l’histoire de notre pèlerinage, il ne sera pas commencé sous les voûtes de Notre-Dame de Paris, notre cathédrale nationale si tragiquement blessée à l’image de notre France si défigurée. 

Vous n’en aurez que plus d’ardeur, plus de ferveur, à accomplir, trois jours durant, cette marche de prières, même spirituellement en ces temps de confinement mais non sans joie pour tous au fond des cœurs.

Vous inscrirez vos pas dans ceux de Charlemagne qui l’effectua vers le sanctuaire antérieur à celui d’aujourd’hui, et puis vers notre cathédrale dans ceux du roi Saint-Louis qui, de Nogent le Roi s’y rendit pieds nus pour offrir avec sa mère Blanche de Castille les magnifiques vitraux de la rose nord du transept.

Vous les inscrirez dans ceux de bien de princes et de rois mais aussi des plus humbles gens de toutes conditions ; dans les pas encore de notre immense poète national Charles Péguy, et encore dans ceux d’Henri et André Charlier ; et selon l’appel magnifique, en 1986, de Dom Gérard.

Vous y implorerez Notre-Dame pour le pardon des péchés personnels mais aussi de ceux de tout un peuple par trop déconstruit dans l’acceptation des lois iniques de la nouvelle barbarie, tragiquement oublieux des promesses de son baptême, comme le lui rappela le pape saint Jean-Paul II, si attaché au salut spirituel et politique de nos patries d’Europe.

Vous le savez, de nouvelles incertitudes et angoisses ont surgi sur l’avenir humain de notre Église catholique ébranlée par le retour de vieilles remises en cause. 

Accomplir le pèlerinage de Chartres, ce n’est pas faire le choix d’une préférence pour le passé, c’est faire celui d’un présent et d’un avenir à la lumière de l’éternité du Christ. 

C’est celui de la radicalité de l’amour évangélique en réponse à toutes les radicalisations de la haine.

Aussi est-ce le chemin du plus absolu des anticonformismes que vous avez choisi face aux dérisions de toutes les vieillesses idéologiques.

Que votre route vers Chartres, par tous temps, soit belle et lumineuse de prière, en vous et autour de vous, dans la piété filiale pour les pères fondateurs de notre France et de notre Chrétienté à rebâtir sans cesse dans l’éternelle jeunesse de ses recommencements.  

Notre-Dame de la Sainte Espérance, convertissez-nous

Bernard Antony

Président de Chrétienté-Solidarité