« Bienheureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car ils verront Dieu »

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Considérons la persécution comme un ascenseur vers le ciel. Cette béatitude nous donne donc plein d’espoir et de courage dans les moments difficiles de notre vie.

Dans cette huitième béatitude vous nous proposez mon Dieu de souffrir toutes les persécutions de ce monde car vous nous promettez en récompense de vous retrouver au ciel.
Il est évident que nous ne sommes plus au temps des premiers chrétiens qui embrassaient le martyre à cause de leur foi. Ils n’ont pas hésité d’ailleurs à payer de leur vie pour établir les fondations de l’Eglise, ils restent donc d’excellents exemples de courage. On dit aussi que le sang des premiers chrétiens, c’est la semence de la chrétienté d’aujourd’hui. A nous donc d’être les nouveaux vecteurs. Et à l’heure actuelle, nous souffrons encore de persécutions qui sont insidieuses parce que plus cachées.

En effet, nous les retrouvons à tous les stades de la vie humaine. Que ce soit au niveau de l’enfant à naître dont la légitimité du droit à la vie n’est même plus respectée et plus encore le monde fait une véritable chasse aux enfants handicapés, trisomiques ou anormaux. On se doit de penser aussi à tous ces enfants soumis aux perversités de certains adultes malades. Ils sont de véritables saints innocents. Puis nous constatons un acharnement contre les familles qui sont pourtant le fondement de
notre société. Il semble flagrant que tout est fait pour les déstabiliser, la contre éducation dispensée dans les écoles, la révolution contre toute autorité quelle qu’elle soit, la laïcisation à outrance dès la petite enfance, sans parler des divorces qui les gagnent de plus en plus.

Tout est fait pour empêcher les parents de mener à bien leur mission de donner la vie et d’éduquer leurs enfants dans la foi. Notre société veut tellement arracher les mères de leur foyer en leur offrant la possibilité de faire carrière pour soi disant les libérer et elle va même jusqu’à leur permettre de tricher avec la vie. Cette même société qui propose aux jeunes de ne plus se marier mais de se pacser, est un despote qui nous tyrannise au jour le jour.
Et au soir de notre vie alors que nous aspirons à un peu de paix, certains iront nous proposer en guise d’extrême-onction : l’euthanasie. Malheureusement, nous sommes obligés de
constater que tous ces faits et bien d’autres encore constituent une véritable persécution. En effet quel est le chrétien qui peut accepter toutes ces propositions contre Dieu ? Il sera alors l’objet de railleries et de mise à l’écart. Et qui plus est le simple fait d’être catholique semble être condamnable car on ne fait plus parti du prêt à penser contemporain.

Mais voici que Vous, mon Dieu, Vous êtes le meilleur exemple pour illustrer cette béatitude.
Que n’avez-vous enduré comme injustices pour sauver le genre humain ? Vous avez subi les plus injustes humiliations physiques et morales avec tellement de patience et surtout, Vous saviez à l’avance tout ce que vous aviez à endurer à cause de nos péchés. Vous étiez comme un agneau que l’on menait à l’abattoir. Vous auriez pu tout arrêter par votre toute puissance, bien au contraire Vous avez bu le calice jusqu’à la lie. Alors si quelquefois nous avons tendance à refuser ou à nous décourager
dans les épreuves, pensons à Dieu et surtout n’oublions pas qu’en récompense, nous jouirons de sa vision éternellement.

Souvenons-nous aussi que Dieu ne nous demande que ce dont nous sommes capables. Une grande sainte qui était très souvent éprouvée disait au Seigneur « Hé! bien si c’est comme ça que vous traitez vos amis, je comprends que vous en ayez si peu. » Et cette sainte jouit aujourd’hui de la vision éternelle de Dieu. N’est-ce pas ce pourquoi Dieu nous a créés. Nous pouvons
croire que le Seigneur nous dit que c’est une chance d’être persécuté à cause de Lui puisqu’il emploie le terme de bienheureux. Alors faisons nôtre cette devise « sursum corda ».

N’oublions pas la Vierge Marie, la « stabat dolorosa » qui se tenait là et qui voyait tout ce que l’on faisait à son propre Fils. Une fois de plus, elle gardait toutes choses dans son cœur. Quelle belle patience, quelle compréhension de la mission de son Fils ! ! ! Les Saints sont aussi de beaux exemples à méditer. Ici nous pourrions aussi parler de la communion des saints. En effet, que ceux qui ne souffrent pas qu’ils prient alors pour les éprouvés. Considérons la persécution comme un ascenseur vers le ciel. Cette béatitude nous donne donc plein d’espoir et de courage dans les moments difficiles de notre vie. Il semble important de noter que le salut humain (salut du genre humain et notre propre salut) est intrinsèquement lié à la souffrance, Jésus-Christ nous en a montré l’exemple. Se mettre à la suite du Christ, c’est tout quitter et c’est accepter d’aller jusqu’au bout. Sommes-nous prêts ?

Réjouissons-nous donc et soyons fiers que Dieu nous ait choisis pour endurer toutes ces persécutions car, au bout du compte, le paradis nous sera assuré, c’est une promesse et II est toujours fidèle dans ses promesses.
N’hésitons pas à demander à Notre-Dame et à son divin Fils la patience dans les épreuves.