CONSÉCRATION À NOTRE DAME DE LA SAINTE ESPÉRANCE

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

« Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez‐nous. »

Très Sainte et Puissante Vierge Marie, Reine du ciel, Reine des martyrs, Reine de tous les Saints, jetez un regard de bonté sur ces nations chrétiennes, dont les pèlerins, pendant trois jours, ont prié, chanté et marché avec vous : ils sont venus des États‐Unis et du Brésil, d’Angleterre et de Hollande, de Belgique et d’Espagne, d’Italie et de Suisse, d’Allemagne, d’Autriche et du Canada, ils sont même venus d’Afrique, des Indes et d’Australie.
Nous vous présentons surtout nos frères persécutés venus du Liban dont l’amitié avec la France remonte aux Croisés, et dont la résistance héroïque force l’admiration du monde.

Comment oublierions‐nous la catholique Pologne, et toutes les nations chrétiennes tombées sous le joug communiste ? C’est pour elles aussi que nous avons marché, vous suppliant, s’il plait à Dieu, de ramener dans les voies de la grâce notre
malheureuse Patrie, la France, fille aînée de l’Église, infidèle à son passé, et oublieuse de sa vocation, responsable au premier chef du malheur des autres. Tant de dureté, tant de refus opposés aux appels de votre Cœur Immaculé, font que
nous craignons d’avoir démérité pour toujours de la Providence de Dieu envers ces grandes familles que sont les nations. Ce sont pourtant elles qui, par notre modeste intermédiaire, réclament de vous miséricorde.


Ô vous, qui êtes la Mère de la Connaissance, faites que nous reconnaissions Jésus‐Christ comme seul et vrai Roi. Vous, qui êtes la Mère de la Crainte et du Bel Amour, gravez dans nos cœurs la crainte de déplaire à Dieu et l’amour de ses Commandements. Ô Marie, qui êtes la Mère de la Sainte Espérance, et qui avez voulu être honorée comme telle, nous vous le demandons, veuillez imprimer dans nos âmes ce mouvement intérieur qui les détachera des vanités du monde et dirigera nos pas vers la patrie céleste.


Nous affirmons solennellement n’avoir d’autre désir, ne poursuivre d’autre fin ici bas, que d’acheminer ceux dont nous avons la garde vers les rivages de l’éternité. Et pour cela, nous livrons et consacrons à vous le Centre Henri et André Charlier, le
Mouvement Chrétienté‐Solidarité et tous les pèlerins de la Résistance Chrétienne ici prosternés en votre présence, ô Notre Dame de la Sainte Espérance, désireux de voir grandir chez tous cette vie intérieure, condition d’un ordre temporel chrétien, ombre du Royaume de Dieu, et prélude des joies éternelles,


Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez‐nous !
Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez‐nous !
Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez‐nous !

AU MESNIL-SAINT-LOUP MODÈLE DE CHRÉTIENTÉ
NOTRE-DAME DE LA SAINTE ESPÉRANCE


Si la Très Sainte Vierge a pris soin au siècle dernier de laisser au monde un message de pénitence et de conversion, ce n’est pas pour rien qu’elle a choisi de le faire sur notre terre, éclairant du même coup la vocation de la France.


Cette vocation, qui demeure à travers les siècles, est de maintenir l’exigence d’une certaine qualité dans l’ordre de l’esprit et l’ordre de la foi.


Le 19 septembre 1846, la Très Sainte Vierge apparaissait en pleurant à deux jeunes
enfants de la Salette : Elle donnait des avertissements. En 1858, à Lourdes, elle demandait explicitement la pénitence !
Entre ces deux dates naissait alors dans un village champenois du diocèse de Troyes, le Mesnil‐Saint‐Loup, une œuvre de chrétienté pour laquelle la Très Sainte Vierge était encore l’instrument de Dieu, celle de la conversion d’une paroisse entière dont l’Abbé André avait été nommé curé le 24 décembre 1849, le lendemain même de son ordination à l’âge de 24 ans. Le zèle de l’Abbé André ayant déjà été remarqué au séminaire de Troyes, on pensait qu’il ne tiendrait que peu de temps au
Mesnil‐Saint‐Loup, paroisse entièrement déchristianisée et laissée à l’abandon depuis des années.

Il y resta cependant jusqu’à sa mort, durant cinquante trois années de ministère et il réussit à convertir la paroisse entière en enseignant à ses fidèles à vivre des vertus chrétiennes nécessaires au salut : la Foi, l’Espérance et la Charité.


Environ deux ans après son arrivée au Mesnil, désirant donner aux âmes un véritable esprit de prière et d’humilité, l’Abbé André décida de partir à Rome pour se donner les moyens de fonder une association catholique universelle. C’est lors de ce voyage
entre le Mesnil‐ Saint‐Loup et Troyes, qu’il fut saisi intérieurement au cours de la récitation du chapelet par le nom de Notre‐Dame de la Sainte Espérance et formula la pensée impérative de demander au Saint Père l’institution d’une fête en l’honneur
de la Très Sainte Vierge sous ce vocable. La demande fut aussitôt acceptée et la fête fixée à la date du 22 octobre de chaque année.


Lorsque l’Abbé André annonça cette nouvelle fête au cours de son sermon de l’Assomption de 1852, vint naturellement à ses lèvres l’invocation :
« Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez‐nous. »

« Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez‐nous. »

Cette formule demeura, et les paroissiens la reprirent aussitôt en pleurant : la grâce de la conversion par Marie, Mère de la Sainte Espérance, opérait déjà. Et toutes les âmes du village furent gagnées peu à peu. La confirmation de 1859 au Mesnil‐Saint‐Loup fut une véritable Pentecôte.

Les progrès religieux de ses paroissiens, que l’Abbé André poussait à la perfection suivant leur état : la mère de famille auprès de ses enfants, le menuisier dans son atelier, chacun s’exerçant à la Foi par la présence de Dieu, l’amenèrent lui‐même, prêtre séculier, à entrer dans la vie monastique. Et le presbytère du Mesnil‐Saint‐Loup fut bientôt transformé en monastère bénédictin. L’Abbé André reçu l’habit monastique sous le nom de Père Emmanuel. Devant l’exemple donné par son curé, l’édification de la paroisse n’en fut que plus accrue.

L’œuvre du Père Emmanuel a été de restaurer la Chrétienté dans les âmes baptisées en faisant revivre les grâces attachées au baptême. Ce faisant, il reformait au Mesnil une société chrétienne, modèle pour la France du cheminement qui doit nous mener du monde moderne à la foi.

C’est ce même cheminement que les frères Charlier, convertis de l’âge adulte, ont suivi au début de ce siècle en France, à l’heure où la décomposition spirituelle commençait déjà à poindre.

C’est en vertu de ce cheminement inverse à celui de leur nation qu’ils ont toujours porté en leur cœur une fidélité particulière à Notre Dame de la Sainte Espérance. Ils reposent aujourd’hui au cimetière du Mesnil‐Saint‐Loup, où Henri Charlier lui‐même vécut avec sa femme durant cinquante ans.

Notre souhait aujourd’hui est que ce pèlerinage 1986 à l’image de la paroisse du Père Emmanuel et des frères Charlier, par la consécration solennelle à Notre Dame de la Sainte Espérance du Centre Charlier, de tous les pèlerins, de la France et de la Chrétienté, devienne un pèlerinage de conversion, et une marche des nations chrétiennes résolues à retrouver leur âme.