Consécration de soi-même à Jésus-Christ, la sagesse incarnée par les mains de Marie

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

0 Sagesse éternelle et incarnée! Ô très aimable et adorable Jésus, vrai Dieu et vrai homme,
Fils unique du Père éternel et de Marie toujours vierge!
Je vous adore profondément dans le sein et les splendeurs de votre Père, pendant l’éternité,
et dans le sein virginal de Marie, votre très digne Mère, dans le temps de votre incarnation.
Je vous rends grâces de ce que vous vous êtes anéanti vous-même en prenant la forme d’un
esclave, pour me tirer du cruel esclavage du démon; je vous loue et glorifie de ce que vous avez bien
voulu vous soumettre à Marie votre sainte Mère, en toutes choses, afin de me rendre, par elle, votre
fidèle esclave.
Mais, hélas! Ingrat et infidèle que je suis, je ne vous ai pas gardé les vœux et les promesses
que je vous ai solennellement faits dans mon baptême: je n’ai point rempli mes obligations; je ne mérite
pas d’être appelé votre enfant ni votre esclave, et comme il n’y a rien en moi qui ne mérite vos rebuts
et votre colère, je n’ose plus par moi-même approcher de votre sainte et auguste Majesté.
C’est pourquoi j’ai recours à l’intercession et à la miséricorde de votre très sainte Mère, que
vous m’avez donnée pour médiatrice auprès de vous; et c’est par son moyen que j’espère obtenir de
vous la contrition et le pardon de mes péchés, l’acquisition et la conservation de la Sagesse.
Je vous salue donc, ô Marie immaculée, tabernacle vivant de la Divinité, où la Sagesse éternelle
cachée veut être adorée des anges et des hommes.
Je vous salue, ô Reine du ciel et de la terre, à l’empire de qui tout est soumis: tout ce qui est
au-dessous de Dieu.
Je vous salue, ô refuge assuré des pécheurs, dont la miséricorde n’a manqué à personne.
Exaucez les désirs que j’ai de la divine Sagesse, et recevez pour cela les vœux et les offres que ma
bassesse vous présente.
Moi, N…, pécheur infidèle, je renouvelle et ratifie aujourd’hui, entre vos mains, les vœux de
mon baptême: je renonce pour jamais à Satan, à ses pompes et à ses œuvres, et je me donne tout
entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie, et
afin que je lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici.
Je vous choisis aujourd’hui, en présence de toute la cour céleste, pour ma Mère et Maîtresse.
Je vous livré et consacre, en qualité d’esclave, mon corps et mon âme, mes biens intérieurs et
extérieurs, et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes et futures, vous laissant un
entier et plein droit de disposer de moi et de tout ce qui m’appartient, sans exception, selon votre bon
plaisir, à la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité.
Recevez, ô Vierge bénigne, cette petite offrande de mon esclavage, en l’honneur et union de la
soumission que la Sagesse éternelle a bien voulu avoir à votre maternité, en hommage de la puissance
que vous avez tous deux sur ce petit vermisseau et ce misérable pécheur, et en action de grâce (des
privilèges) dont la Sainte Trinité vous a favorisée.
Je proteste que je veux désormais, comme votre véritable esclave, chercher votre honneur et
vous obéir en toutes choses.
O Mère admirable, présentez-moi à votre cher Fils, en qualité d’esclave éternel, afin que,
m’ayant racheté par vous, il me reçoive par vous.
O Mère de miséricorde, faites-moi la grâce d’obtenir la vraie Sagesse de Dieu et de me
mettre, pour cela, au nombre de ceux que vous aimez, que vous enseignez, que vous conduisez, que vous
nourrissez et protégez comme vos enfants et vos esclaves.
O Vierge fidèle! Rendez-moi en toutes choses un si parfait disciple, imitateur et esclave de la
Sagesse incarnée, Jésus-Christ votre Fils, que j’arrive, par votre intercession, à votre exemple, à la
plénitude de son âge sur la terre et de sa gloire dans les cieux.

Ainsi soit-il.