Homélie de Mgr Eric Aumonier – Messe d’envoi du 4 juin 2022

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Demandez la grâce de toujours demeurer avec Jésus le Christ pour devenir ce que vous êtes, de vrais fils et filles de Dieu et de vrais témoins joyeux et humbles.

Chers frères et soeurs, chers amis,

Depuis 40 ans, des dizaines de milliers de jeunes et de familles marchent sur les routes de Chartres dans le cadre de votre pèlerinage. Malgré les contraintes sanitaires de ces deux dernières années vous avez mobilisé vos énergies pour que votre démarche spirituelle ne s’interrompe pas : vous pouvez pèleriner vers Chartres ! Par suite de l’incendie de Notre Dame, et à cause des travaux de sécurisation et de restauration le départ ne peut avoir lieu à partir de la cathédrale, mais l’église saint Sulpice nous ouvre ses portes.

Aujourd’hui vous vous mettez en route, en demandant pour vous-même et pour tous la conversion de vie et l’augmentation de la foi dans la persévérance et la joie des enfants de Dieu. Car nous sommes tous et sans cesse des pèlerins. Notre vie elle-même est pèlerinage.

Comme thème de votre démarche vous avez choisi le Sacré Cœur, dont la fête sera célébrée après la Pentecôte. Comment ne pas rappeler les liens particuliers qui existent entre notre pays et le Sacré Cœur ? Il y a 4 siècles, quand la France était meurtrie à la suite des guerres de religion et du jansénisme, Jésus s’est manifesté à Sainte Marguerite Marie ; à la même époque saint Jean Eudes invitait à se confier au Coeur de Jésus et à celui de Marie. Plus tard, à la fin du 19eme siècle, s’élèvera non loin du milieu du martyre de saint Denis à Montmartre la basilique du Sacré Cœur. En notre siècle, Saint Jean Paul II nous visitera plusieurs fois. Il nous montrera que le seul remède au péché, à la haine et au mensonge est la divine miséricorde de Jésus répandue dans les cœurs. Et tout dernièrement, Saint Charles de Foucauld qui voulait pratiquer à la lettre le commandement de l’amour en imitant Jésus, nous a été offert comme une figure de sainteté et comme intercesseur.

Nous sommes à la veille de la Pentecôte. Nous venons d’entendre la promesse faite par les prophètes et par le Seigneur Jésus du don de l’Esprit Saint, le Défenseur. Pendant quarante jours, Jésus ressuscité a ravivé la foi des disciples, et il a ravivé notre foi.

Il a marché marchait à côté de ces disciples qui se rendaient à Emmaüs, et qui n’avaient plus d’espérance. Nous avons la grâce de savoir qu’il marche à côté de nous et nous conduit.

C’est pourquoi sur les routes de Chartres vous l’entendrez qui vous demande à vous aussi : « De quoi discutiez-vous en chemin ? ». Préoccupés par vos examens, vos soucis professionnels, votre santé, ou celle de vos proches, les pandémies, la guerre en Ukraine, peut-être êtes-vous tentés par la résignation ou le découragement devant les si nombreuses contradictions de notre société. Mais le Seigneur marche devant vous et avec vous. Si l’oreille de votre âme s’ouvre dans la prière vous l’entendez parler à votre cœur et à votre intelligence par son Esprit d’amour, de conseil et de force répandu sur toute chair. Il vous fera découvrir   les personnes et toute la création telles qu’il les voit lui-même, dans leur réelle profondeur, dans leur désir spirituel, dans leur vocation Il vous les fera aimer comme il les aime lui-même. Il vous donnera le goût et la force d’agir en ce monde avec sagesse et courage et persévérance. Vous comprenez un peu mieux ses entrailles de miséricorde, et combien de votre cœur lui-même peuvent jaillir des « fleuves d’eau vive ». Vos yeux s’ouvriront, vous reconnaîtrez le Sauveur à la fraction du pain, Lui qui se donne à la messe comme le « pain des voyageurs ».

Demandez la grâce de toujours demeurer avec Jésus le Christ pour devenir ce que vous êtes, de vrais fils et filles de Dieu et de vrais témoins joyeux et humbles.  Demandez-lui de devenir ces « adorateurs en esprit et en vérité » que Dieu cherche.

En communiant ensemble et avec toute l’Eglise au Seigneur qui se donne « jusqu’à l’extrême », vous devenez des personnes « eucharistiques ». Vous trouverez la joie dans l’offrande de votre vie.

Comme les disciples, vous repartirez pour annoncer la Bonne Nouvelle par la charité, animés par le Saint-Esprit qui habite en vos coeurs. Amen.