La consécration à Notre Dame

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Par la Consécration à Marie, vous imiterez saint Jean, et vous choisirez Marie pour votre Mère


Chers pèlerins,
Ce soir, ceux d’entre vous qui le désirent sont invités à se consacrer à Notre-Dame.


I. Mais qu’est-ce qu’une consécration ?

On consacre un calice, pour qu’il ne puisse plus être utilisé qu’à célébrer la Messe. Un bébé est consacré au Seigneur par les rites du baptême, qui chassent de son âme le péché originel et le libèrent de l’esclavage de Satan.

II. Pourquoi une nouvelle consécration ?

Mais, direz-vous, si notre âme a été consacrée à Dieu par le baptême, pourquoi effectuer une nouvelle consécration ?
Parce que nous sommes rarement fidèles aux promesses de notre baptême. Nous tombons facilement dans les pièges et les traquenards du démon. Les tentations gardent pour nous un attrait certain. Nous ne fuyons pas les occasions, les lieux, les personnes dont nous savons pourtant qu’ils nous entraînent au mal. Nous tolérons les critiques trop faciles sur le prochain, les regards impurs. Nous négligeons nos devoirs de prière, etc…
Ce qui nous manque le plus, c’est donc la ferme volonté de demeurer désormais fidèles à nos promesses. Or, en renouvelant notre consécration, nous raffermissons notre volonté.

III. Mais, pourquoi se consacrer à Marie ?

Nos fautes commises après le baptême, nous ont appris à nous défier de nous-mêmes. Nous sommes faibles. Nous avons péché si souvent que nous n’osons nous présenter directement devant notre Père du ciel. Alors, nous faisons comme le petit enfant qui se blottit dans les jupes de sa mère.
Car Marie est notre Mère et une très bonne mère.
En effet, au moment de mourir, « Jésus, voyant sa mère et, se tenant près d’Elle, le disciple qu’Il aimait, dit à sa Mère: « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple: « Voici ta Mère. » Dès cette heure-là, le disciple l’accueillit comme sienne ». (Jn XIX, 26-27).
Alors, pourquoi nous consacrer à Marie ? Eh bien, tout simplement, pour mieux appartenir à Dieu.

IV. Quels engagements faut-il prendre ?

Chers pèlerins, par la Consécration à Marie, vous imiterez saint Jean, et vous choisirez Marie pour votre Mère. Vous vous mettrez ainsi
à son service, comme un chevalier servant.
Pour sceller cet engagement, vous pourrez à l’avenir décider de réciter chaque jour le Chapelet ou au moins une dizaine.
Excellente résolution !

Autres résolutions souhaitables :

  • Prenez Marie pour modèle et demandez-vous, chaque fois que vous devrez choisir : « Qu’aurait-Elle fait à ma place ? »
  • S’il vous arrive de trouver les épreuves de la vie trop dures, offrez-lui vos épreuves. Présentées à son Fils par ses mains, ces épreuves prendront de la valeur, et vous verrez combien elle saura vous rendre les croix plus légères à porter.
  • Enfin, confiez-lui souvent vos joies et vos peines dans un grand abandon. La devise fameuse ne ment pas : « Un serviteur de Marie ne périt jamais. Sa Mère a soin de lui ».

Maintenant, chers pèlerins, lisons ensemble la consécration à Marie de Saint Maximilien Kolbe, qui sera faite ce soir au bivouac de Gas, afin que ceux qui veulent faire cette consécration ou la renouveler puissent bien s’y préparer (voir livret du pèlerin).
Et après cette lecture, nous garderons le silence, comme nous le faisons à la fin de chaque méditation.

« Voulons-nous devenir riches des biens du ciel ? Allons à Marie, nous trouverons auprès d’elle toutes les grâces que nous pouvons désirer : grâces d’humilité, de pureté, de chasteté, d’amour de Dieu et du prochain, de mépris de la terre et de désir du ciel.»

St Curé d’Ars

Bibliographie

  • « Les Gloires de Marie » de Saint Alphonse de Liguori, éditions Saint Paul, 1989.
  • « Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge » de Saint LouisMarie Grignion de Monfort, éditions du Seuil, 1966.
  • « Le secret admirable du Saint Rosaire » de Saint Louis-Marie Grignion de Monfort, éditions du Seuil, 1966.
  • « Mon idéal, Jésus fils de Marie » du Père E. Neubert, éditions X. Mappus, 1944.
  • « Contempler Marie » de Dom Jean Roy. éditions du Cèdre, 1980.
  • « Marie, Reine et Mère » de Dom Édouard Roux. Abbaye de Fontgombault, 1997.
  • « Appels du message de Fatima » de Sœur Lucia. Éditions du secrétariat des Pastoureaux, 2003.