La consécration mariale, à notre époque

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Le Règne social de Notre Seigneur n’est possible que par le triomphe du Règne social de Notre Dame

« Demain la Chrétienté ! » par Marie, avec Elle, en Elle et pour Elle.

Le plan de Dieu a prévu la place de la Très Sainte Vierge dans l’histoire de l’humanité. Avec son Fils Jésus, elle est clé de voûte de tout l’édifice spirituel, moral, humain du monde. Le Salut nous est venu par la Très Sainte Vierge : le Règne social de Notre Seigneur n’est possible que par le triomphe du Règne social de Notre Dame. C’est une évidence !

Le 31 octobre 1942, Pie XII, consacrant le monde à la Vierge Immaculée de Fatima affirmait : « comme au cœur de votre Jésus, furent consacrés l’Eglise et le genre humain… aussi, également, à partir d’aujourd’hui, qu’ils vous soient éternellement consacrés à vous et à votre Cœur Immaculé, O Notre Mère et Reine du Monde, afin que votre amour et votre protection hâtent le triomphe du Règne de Dieu ».
La cause de la Très Sainte Vierge et celle de Notre Seigneur est donc unique : le Règne de l’Amour doit triompher ; la Gloire de Dieu doit être exaltée. Tout s’accomplira en Jésus par Marie.
Le 13 mai 1946, le Souverain Pontife adresse une longue et magnifique allocution aux 600 000 pèlerins qui assistent au couronnement de Notre Dame de Fatima. Il leur dit : « En couronnant la statue de Notre Dame… vous vous êtes enrôlés comme croisés pour la conquête ou la reconquête de son Règne qui est le Règne de Dieu. Cela veut dire : vous vous êtes obligés à peiner pour qu’Elle soit aimée, vénérée, servie autour de vous, dans la famille, dans la société, dans le monde ! ».
« Demain, la Chrétienté » ! Impossible d’y songer sans la Vierge au cœur si pur, si généreux et si miséricordieux : ainsi s’explique pour nous tous la nécessité de la Consécration à son immense Amour.
Or, « la Consécration à la Mère de Dieu est un don total de soi, pour toute la vie et l’Eternité, non pas un don simplement pour la forme ou par pur sentiment, mais, un don effectif, réalisé dans l’intensité de la vie chrétienne et mariale » ! (Pie XII).

Pratiquement !

Tenir compte de la Très Sainte Vierge dans nos vies : ne pas négliger son influence sur nous : elle est Mère, Reine et Médiatrice. Avec Elle, surtout, nous trouvons Notre Seigneur « qui est toujours avec Marie, grand, puissant, opérant, et incompréhensible » ! (Vraie dévotion n° 165).
Pour cela « marialiser » d’une manière ou d’une autre toutes nos actions apostoliques, importantes ou pas.
Notre dévotion Mariale doit être le levier de notre apostolat. Elle sera ainsi, en même temps, la vraie garantie de la Paix.

Enfin, travailler au Règne social de la Vierge, toute belle.
« La société moderne, en effet, ne peut s’équilibrer que par la fusion des cœurs et des intelligences dans le cœur maternel de Marie, principe d’union, et cela à tous les échelons de la société » (Pensée chère au Père Jacquier, apôtre mariai du début du siècle).
Notre action est donc de tout regrouper, vie familiale, personnelle, sociale, professionnelle, religieuse même, autour de la Très Sainte Vierge, antagoniste de Satan. Ainsi triomphera son Règne social, et en même temps, le Règne Social de Notre Seigneur sera conforté.

Finalement, « Demain la Chrétienté ! » sera réellement Vérité et Lumière : mais, attention : « Il faut conquérir les âmes pour remettre en ordre la société » !

Simple conclusion : « Lutter, il le faut : la cause de la Vérité l’exige et c’est Marie qui triomphe de Satan » dont nous devons, sans cesse dénoncer, avec raison, l’action malfaisante et perfide. C’est Marie qui donne Jésus aux âmes et qui donne les âmes à Jésus. La consécration à Marie est donc bien un geste actuel, l’acte filial nécessaire, aujourd’hui, si nous voulons servir Notre Dame et par Elle, aller à Jésus en vrai croisé, et, comme Lui, être « un réparateur, un Rédempteur, un Témoin de la Vérité, une pierre angulaire ».

Père Grillot