Les sacrements : citations pour aller plus loin

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Les sacrements de l’Église tiennent spécialement leur vertu de la Passion du Christ : c’est la réception des sacrements qui nous met en communication avec la vertu de la Passion du Christ. L’eau et le sang jaillis du côté du Christ en Croix symbolisent cette vérité, l’eau se rapportant au baptême et le sang à l’Eucharistie, car ce sont là les sacrements les plus importants.
SAINT THOMAS D’AQUIN
SOMME THÉOLOGIQUE III Q. 62A. 5 AD 1

Le fruit de tous les sacrements appartient à tous. Car les sacrements, et surtout le baptême qui est comme la porte par laquelle les hommes entrent dans l’Église, sont autant de liens sacrés qui les unissent tous et les attachent à Jésus-Christ. La communion des saints, c’est la communion des sacrements […]. Le nom de communion peut s’appliquer à chacun d’entre eux, car chacun
d’eux nous unit à Dieu.
CATECHISME DU CONCILE DE TRENTE 1, 10, 24

Qu’entend-on par le mot sacrement ?
Par le mot sacrement on entend un signe sensible et efficace de la grâce, parce que tous les sacrements signifient, par le moyen de choses sensibles, la grâce divine qu’ils produisent dans notre âme.
Pourquoi appelez-vous les sacrements signes sensibles et efficaces de la grâce ? J’appelle les sacrements signes sensibles et efficaces de la grâce, parce que tous les sacrements signifient, par le moyen de choses sensibles, la grâce divine qu’ils produisent dans notre âme.
CATECHISME DE SAINT PIE X

Les sacrements ont pour fin de sanctifier les hommes, d’édifier le Corps du Christ, enfin de rendre le culte à Dieu ; mais, à titre de signes, ils ont aussi un rôle d’enseignement. Non seulement ils supposent la foi, mais encore, par les paroles et par les choses, ils la nourrissent, ils la fortifient, ils l’expriment ; c’est pourquoi ils sont dits sacrements de la foi. Certes, ils confèrent la grâce, mais, en outre, leur célébration dispose au mieux les fidèles à recevoir fructueusement cette grâce, à rendre à Dieu le culte voulu, et à exercer la charité.
Il est donc de la plus grande importance que les fidèles comprennent facilement les signes des sacrements et fréquentent de la façon la plus assidue les sacrements qui nourrissent la vie chrétienne.
CONCILE VATICAN II
CONSTITUTION SUR LA SAINTE LITURGIE, N° 59

Les grands moyens voulus par Dieu pour nous communiquer sa vie « dans le Christ » sont les sacrements. Avec raison, la tradition chrétienne a toujours aimé les considérer comme les canaux de la grâce jaillissant du côté transpercé de Jésus. Par eux, ce sont tous les bienfaits de la rédemption, acquis globalement sur la croix, qui s’écoulent jusqu’à nous.
PERE PHILIPON O.P.
LES SACREMENTS DANS LA VIE CHRETIENNE

Dieu Notre Seigneur est infini ; son amour est inépuisable, sa clémence et sa pitié à notre égard n’ont pas de limites. Il nous concède sa grâce de bien d’autres manières, et pourtant il a institué, expressément et librement — lui seul pouvait le faire —, ces sept signes efficaces pour que, d’une manière permanente, simple et à la portée de tous, nous puissions participer aux
mérites de la Rédemption.
SAINT JOSEMARIA ESCRIVA DE BALAGUER
QUAND LE CHRIST PASSE

C’est par les sacrements que toute vraie justice commence ou s’augmente, ou se répare si
elle a été perdue.
CONCILE DE TRENTE
PROLOGUE DE LA VIIIEME SESSION


L’homme se sert des actes de son esprit, de sa volonté, de ses sens, pour inventer le mal ; Dieu prend les actes mêmes de l’homme pour en tirer le bien : ainsi dans la pénitence nos actes personnels, la contrition, la confession, la satisfaction, deviennent la matière d’un rite surnaturel ; dans le mariage, l’amour humain est sanctifié, et le contrat par lequel les deux époux se donnent et s’acceptent mutuellement est élevé à la dignité d’un sacrement auguste, qui représente l’ineffable et indissoluble union du Christ et de l’Eglise. (…) Dans le sacrement de la pénitence, il s’accomplit des merveilles plus grandes, en un sens,
que la résurrection d’un mort ou même que la création du ciel et de la terre ; car donner la grâce à une âme par l’absolution est plus parfait que rendre la vie à un cadavre, et la réalité surnaturelle produite par le rite divin est supérieure à tout l’ensemble des réalités surnaturelles de la création.
Tels sont les prodiges qui se renouvellent, tous les jours, au sein de l’Eglise catholique, par les missions, les retraites, les divers exercices dont la clôture se résume dans la réception des sacrements : en un mot, chaque fois qu’un prêtre est à l’autel, au saint tribunal, aux fonts baptismaux, au chevet d’un mourrant…
PÈRE EDOUARD HUGON O.P.
LES SACREMENTS DANS LA VIE SPIRITUELLE


Dans le Baptême, il [le Seigneur] nous prend comme par la main, il nous conduit sur le chemin qui passe à travers la Mer Rouge de ce temps et il nous introduit dans la vie sans fin, celle qui est vraie et juste. Tenons serrée sa main! Quoiqu’il arrive ou quel que soit ce que nous rencontrons, n’abandonnons pas sa main! Nous marchons alors sur le chemin qui conduit à la vie.
BENOÎT XVI
HOMÉLIE DE LA VEILLÉE PASCALE, 22 MARS 2008