LES SAINTS DE FRANCE

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

La vraie histoire de France est celle de ses saints.

L’histoire de France aurait pu faire l’économie de beaucoup de généraux, de rois et de ministres : elle n’aurait pas pu se passer de ses saints.


Au bout du compte, ce sont ceux qui ont le mieux tenu la ligne, la voie qui monte du verger de Jehanne ou du pré de Bernadette vers ce monde que le Christ tiendra entre ses mains, dans la vérité, la charité et la lumière. Malgré les manquements, parfois, de ses Français, la France a tâché de marcher vers la grande amitié que Dieu attend des hommes. Plus qu’une autre peut-être, ou du moins plus clairement, elle a eu le sens humain. Sa vraie histoire n’est-elle pas de ce qu’elle a fait pour que le
Règne arrive ?


Parce qu’ils savent qu’une seule chose est nécessaire, et qu’ils ne veulent savoir que cela, les saints sont les plus simples des êtres. Et cependant les plus étonnants. Quelle galerie que celle des saints de France. Il y a ceux qui ont changé les pentes de leur âge, renouvelé l’air, fait rebondir la flamme et monter la lumière : saint Martin, Charlemagne, saint Louis, Jehanne d’Arc, saint Vincent de Paul, ceux enfin qui ont marqué dans l’histoire.


Il en est aussi que l’histoire a ignorés. Ils sont morts inconnus, on n’a su qu’après coup… Et il s’est trouvé que telle petite bergère, telle petite moniale a apporté un message qui est de portée immense. A ne voir les choses qu’humainement, cette sainte, qui n’a rien été qu’une sainte en fin finale, a plus d’importance dans les chroniques que tel chef de guerre ou que tel homme d’Etat.


Obscurément, on sentait bien qu’il le fallait. Qu’une revanche sur la superficielle notoriété était due à la vérité profonde. Que ce qui importe vraiment vient silencieusement et se lève dans les âmes pour n’apparaître que peu à peu. Que la véritable histoire est histoire cachée.


Au fond, il s’agit toujours du Règne et de savoir s’il arrivera. Du moins pour des Français. Et même, peut-on supposer, pour ceux qui ne veulent croire qu’au matérialisme historique.

La vraie histoire de France est celle de ses saints.


Henri Pourrat