l’esprit de chrétienté

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

C’est l’art d’aider les hommes à se découvrir eux-mêmes selon ce qu’ils ont de meilleur, et d’apporter le joyau de leur patrimoine humain et culturel à Dieu.

Pèlerinage de Chrétienté : oui ! Mais qu’est-ce que la Chrétienté ? A cela, laissons répondre un moine bénédictin, grand ami du Centre Henri et André Charlier:
« Si la Chrétienté est l’état d’une civilisation pénétrée par le christianisme, l’esprit de Chrétienté c’est évidemment la Foi, l’imprégnation de la Foi, le regard de la Foi pénétrant et éclairant toute la réalité terrestre. Mais c’est aussi cette intelligence du coeur, cette bonté instinctive qui faisait dire à Blanc de St. Bonnet : « La gloire de la Charité, c’est de deviner – deviner parmi les êtres, quelquefois découragés, ceux qui seront aptes à travailler pour le Royaume ».

L’esprit de Chrétienté c’est l’esprit catholique qui est le contraire de l’esprit de secte, de l’esprit de parti. Certains confondent catholicisme et esprit de chapelle, le mot catholique signifie universel. Le catholicisme est donc la plénitude de l’Evangile s’emparant de l’homme et de l’univers pour lui faire chanter la gloire de Dieu ; c’est une grande liturgie, un art de tout faire monter vers Dieu, la science, la philosophie, la vie sociale, l’ordre politique. C’est l’art d’aider les hommes à se découvrir eux-mêmes selon ce qu’ils ont de meilleur, et d’apporter le joyau de leur patrimoine humain et culturel à Dieu.
La Chrétienté, c’est la germination et le fleurissement de l’Evangile sur un morceau de terre. Charles PEGUY disait : « Il faut qu’une sainteté monte de la terre ». Il ne voulait pas du tout dire que c’était la terre qui pouvait produire la sainteté ; il voulait que la sainteté prenne racine, qu’elle se marie avec la terre, et qu’elle monte de la terre en portant du fruit. Il ne voulait pas la laisser dans les livres, dans les sacristies ou les groupuscules. Il fallait qu’elle monte, qu’elle soulève la terre.
Evidemment; il pensait à cette terre de France qui a produit tant de fruits de sainteté, d’une sainteté liée à la race et à la vie des hommes.
Le principe essentiel de la Chrétienté existe toujours : c’est la bonté de Dieu. Le cri de Saint Bruno : « O Bonitus » retentit tout au long de l’histoire des siècles comme un aveu splendide, car la Chrétienté, c’est le reflet social très imparfait, mais un reflet quand même, de la bonté de Dieu.
A nous, par la grâce du Saint Esprit versé dans nos âmes de retrouver cet esprit de Chrétienté.

« Il faut que FRANCE, il faut que CHRETIENTE continue » Charles PEGUY.
« Quand vous aurez quelque humeur ou chagrin, songez au Christ crucifié et taisez-vous ». St. Jean de la Croix