MARIE, MODÈLE D’HUMILITÉ

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

la France, fille aînée de l’Eglise, doit aider chacun de ses enfants à vivre cette humilité


Ce pèlerinage tout entier se trouve sous le regard de Notre-Dame. Mais cette dernière journée de notre marche est tout spécialement placée sous son patronage : les circonstances l’exigent. En effet, c’est une euphémisme que d’affirmer que notre pays s’est éloigné de la Divine Providence. Les illusions engendrées par la douteuse « neutralité » ont produit leurs effets pervers :
au nom de la liberté, les institutions ne peuvent plus admettre la fidélité à la Loi de Dieu. Et ceux qui prétendent affirmer cette fidélité, sont d’abord cantonnés dans leurs églises pour éviter la contagion. Peu à peu, il sont interdits de parole. Demain, ce sera l’asile psychiatrique, si ce n’est, avec la Grâce de Dieu, le martyre, c’est tout un peuple qui, par le biais d’institution impies, ne sait plus que Dieu existe.

Devant cet état de fait, quelles solutions ? Il y en a de politiques, de toutes sortes. Mais, fondamentalement, la nature ne peut produire ses meilleurs fruits que si la Grâce la met en contact avec la Sagesse Eternelle. Ce contact exige, avant même d’agir, la grande vertu d’Humilité : être conscients que nous ne pouvons rien faire de bon si nous ne nous souvenons d’abord que nous sommes créatures de Dieu. C’est pourquoi cet état demande la reconnaissance de nos fautes, c’est-à-dire de toutes les occasions où nous avons refusé la Grâce : que ce soit personnellement, ou que ce soit par le biais de la Cité dans son ensemble. Chacun possède sa propre Tour de Babel ! La reconnaissance de la faiblesse humaine appelle l’aide de la Grâce de Dieu : le publicain de la parabole comme l’Enfant Prodigue n’affirme rien d’autre.

Mais la carcasse humaine rechigne : elle n’aime pas reconnaître sa juste place, d’autant qu’elle n’en voit pas le bénéfice immédiat. C’est pourquoi Dieu l’invite à tourner ses regards vers Notre-Dame : par la grâce de l’Immaculée Conception, la Sainte Vierge n’avait à reconnaître aucune faute. Par contre, elle possède le côté divinement positif de l’humilité : l’Immaculée Conception est toute tournée vers la Maternité Divine.

Cette maternité passe par le glaive des douleurs, passage divin et mystérieux vers l’Assomption, participation donnée par Dieu à la Résurrection. En fait, Notre-Dame s’est laissée faire : c’est le secret d’une véritable liberté, qui, ne pouvant se justifier par elle-même, trouve son rayonnement dans la finalité que Seule la Providence Divine possède.

C’est pourquoi la France, fille aînée de l’Eglise, doit aider chacun de ses enfants à vivre cette humilité, fondement de notre liberté : elle doit aider, et non pas seulement permettre. Comme certains après la mort du Christ, nous devons nous en retourner en nous frappant la poitrine : alors la France des saints volera au secours de la France des pécheurs : du geste nait le désir d’une fidélité plus grande à notre vocation de créature à l’image de Dieu. Apportant à la France notre amour filial, nous lui demanderons avec force de justifier notre fidélité par sa fidélité première aux promesses de son baptême.


Abbé Denis Coiffet
Fraternité Saint-Pierre