Quelques pistes pour les méditations du Rosaire

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Samedi : Pistes de méditations en lien avec la vertu de prudence, Notre-Dame de Lourdes et Sainte Bernadette

Mystères Joyeux

1er Mystère : L’Annonciation de Notre-Dame – l’humilité
Prudence de la Sainte Vierge aux paroles de l’Ange Gabriel comparée à la crédule imprudence d’Eve devant l’ange des ténèbres.
A l’Annonciation, les 3 actes de la prudence sont présents : La Vierge Marie réfléchit en entendant la salutation de l’Ange. Elle demande des explications sur la mission annoncée et une fois la volonté de Dieu comprise (jugement), Elle acquiesce par un mot d’humble soumission : fiat (action).
C’est un 25 mars, fête de l’Annonciation, que Notre-Dame révèle à Bernadette son nom : « Je suis l’Immaculée Conception »
Sainte Bernadette : « Il faut beaucoup d’humiliations pour faire un peu d’humilité ».

2ème Mystère : La Visitation de Notre-Dame – la charité envers le prochain
La vraie charité suppose cette grande attention, cette délicatesse qui fait deviner les besoins de l’autre et n’attend pas une demande pour aider mais la devance. L’Ecriture nous dit même qu’elle part en hâte : la charité ne connaît pas de délai. Mais attention toute hâte n’est pas saine, la précipitation est un défaut contre la prudence. Dans nos apostolats, veillons à ne pas omettre le primat de la prière pour ne pas tomber dans l’activisme.
Sainte Bernadette : « Il suffit d’aimer ». Elle fut un modèle de charité dans son emploi de garde malade au couvent.

3ème Mystère : La Nativité de Notre-Seigneur – le renoncement à soi-même et l’esprit de pauvreté
C’est bien le Messie qui vient de naître à Bethléem dans cette pauvre mangeoire d’animaux, avec, pour toute parure, l’or dérisoire de quelques brins de paille. Il nous apprend la vertu de pauvreté qui porte à désirer les biens éternels et tourne notre regard vers l’Essentiel. Ainsi, dans les épreuves, sainte Bernadette disait : « Dieu me reste, Dieu seul suffit ».

4ème Mystère : La Présentation et la Purification – l’obéissance et la pureté
Obéissance et prudence : La prudence de Marie se montre plus héroïque quand Elle est trouvée enceinte. Elle avait des motifs pour devoir s’expliquer mais Elle cherche la volonté de Dieu et rien ne lui indiquait que Dieu lui demandait de parler. Elle se tut, sûre qu’en faisant la volonté de Dieu, Dieu prendrait soin d’Elle. Sa prudence ne fut pas déçue.
Obéissance exemplaire de Bernadette.

5ème Mystère : Le recouvrement de l’Enfant-Jésus – la recherche de Jésus en toutes nos actions
« Ne saviez-vous donc pas qu’il Me faut être aux affaires de Mon Père ». (Luc II, 49) .
Jésus promulgue le sens de toute vie humaine : « Dieu premier servi ». Il nous faut contempler Marie. Elle nous apprend à choisir les moyens appropriés au but à atteindre. C’est le propre de la vertu de prudence.

Mystères douloureux

1ère dizaine : L’Agonie de Notre-Seigneur – le regret de nos péchés
Toute apparition de Marie est un appel à la conversion du cœur. C’est l’appel même de Dieu : « Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous. »
A Lourdes, l’Immaculée se manifeste comme « l’anti-péché » et sa voix sonne comme le tocsin : « pénitence, pénitence, pénitence ». Marie n’est pas venue en théologienne mais en Mère. Elle est là, calme, aimante, prévenante et comme une mère sait le faire, Elle nous dit : « Mon enfant, attention ». A nous d’oser réagir, de mettre Dieu en nos vies.

2ème dizaine : La Flagellation – la mortification du corps
La prudence nous fera fuir les mauvaises fréquentations, les mauvaises lectures, les mauvais plaisirs pour éviter les péchés : « Soyez prudents comme les serpents » (Mt. X, 16)
Soyons résolus à nous confesser régulièrement pour retrouver une nouvelle jeunesse au fond de l’âme.

3ème dizaine : le Couronnement d’épines – la mortification de l’esprit et du coeur
L’orgueil est à la racine de tout péché. Pour réparer nos péchés d’orgueil, Notre-Dame demande à sainte Bernadette, le 25 février : « Allez boire à la fontaine et vous y laver. Et mangez aussi de l’herbe qui est à côté. » Cette pénitence valut à Bernadette bien des humiliations mais la récompense fut grande puisque l’eau boueuse devint source claire et miraculeuse.

4ème dizaine : Le Portement de croix – la force et la patience dans les épreuves
« Sans Moi, vous ne pouvez rien faire » (Jo XV, 5). La grâce est le moyen que Dieu nous donne pour porter nos croix.
Notre-Dame à Bernadette : « Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre. » Sainte Bernadette est un modèle de patience dans les contrariétés et les souffrances.
« Si tu mets Dieu dans tout ce que tu fais, tu Le retrouveras dans tout ce qui t’arrive ». (Mgr Ghika)

5ème dizaine : la Mort de Jésus sur la Croix – la mort à soi-même
Jésus s’est sacrifié Lui-même. En testament, Il nous donne Sa Mère. Il a donné Sa Vie au moment où Il l’a voulu et parce qu’Il l’a voulu. C’est à chacun de nous qu’Il la donne. Nous sommes libre d’accepter ou de refuser.
Croyons à l’Amour du Christ qui S’est livré pour nous et conformons notre conduite à son enseignement.

Mystère Glorieux

1er Mystère : la Résurrection de Notre-Seigneur – la vertu de foi et la conversion
A la question de sa catéchiste : « Qu’est-ce que Dieu ? » Bernadette répondra : « Dieu est Amour ». Une autre élève récitera d’une traite la formule du catéchisme. Assurément il nous faut apprendre notre catéchisme par cœur, mais surtout apprenons avec le cœur les vérités de notre foi.
« La Foi est la vertu la plus importante car elle est le fondement de toutes les autres vertus » Bx Ch. De Foucauld. Donc La Foi est le fondement de la prudence.

2ème Mystère : l’Ascension de Notre-Seigneur – la vertu d’Espérance et le désir du Ciel
Défauts par excès contre la prudence : La prudence du siècle qui a plus de souci des affaires de ce monde que de celles du salut. La sollicitude exagérée de l’avenir alors que l’Evangile nous dit : « Ne vous inquiétez pas pour votre vie… Cherchez premièrement le royaume de Dieu et le reste vous sera donné par surcroît » (Mt, VI, 25, 33)
Péché par défaut : la négligence : si l’on ne prend pas les moyens d’atteindre notre but : le Ciel. Voir l’éloge du serviteur prudent (Mt XXIV, 25) et des vierges prudentes qui ne se laissent pas surprendre par la venue de l’Epoux (Mt XXV).

3ème Mystère : la Pentecôte – la vertu de Charité et la docilité au Saint-Esprit
L’homme prudent profite des leçons du passé et prévoit les difficultés de l’avenir en même temps qu’il invoque les lumières du Saint-Esprit.
Avoir une conscience mariale laquelle « assurera en elle-même le maximum de gloire divine, parce qu’elle ne s’opposera jamais aux initiatives du Saint-Esprit à qui elle apportera une totale docilité » (Morineau)
Les Pères de l’Eglise pensent que, après l’Ascension, les Apôtres allaient fréquemment recevoir auprès d’Elle conseils et encouragements.

4ème Mystère : l’Assomption de Notre-Dame – la vraie dévotion mariale et la grâce d’une sainte mort
L’une des leçons à retirer de la proclamation du dogme de l’Assomption de la Vierge Marie est une leçon d’espérance. Nous étions pris dans une marée montante de matérialisme, l’Eglise nous a demandé de lever nos yeux vers le ciel et de retrouver le sens spirituel de nos existences terrestres.
A Lourdes, des milliers de pèlerins viennent chaque année et l’on ne compte plus les miracles, guérisons, conversions. La parole du Magistère de l’Eglise est vérifiée :« Elevée au Ciel, Marie n’a pas terminé la mission de salut, mais avec sa multiple intercession, Elle continue à nous obtenir les dons du salut éternel ».

5ème Mystère : le Couronnement de Notre-Dame dans le Ciel – la confiance en Marie et la persévérance finale dans la grâce de Dieu
L’importance du chapelet : Marie apparaît à Bernadette avec un chapelet qu’elle égrène…
Demander à La Reine du Ciel, la Vierge très prudente de nous apprendre à réfléchir, à peser davantage toute chose. Elle nous aidera à voir juste, à mieux juger, à oser être bons, à nous dépasser par le don de nous-même. Sursum corda !
Une vie toute centrée sur le Christ n ‘est pas du « tout fait ». Elle exige qu’à tout instant, toujours et en tout, le chrétien se dirige et s’engage convenablement. C’est un peu comme une marche à travers des taillis. Marie conduit toujours à Jésus ceux qui marchent dans sa lumière.
Avoir toujours les yeux tournés vers Marie. Ce regard levé vers la glorification de notre Mère ne peut devenir que de la confiance.

Dimanche : Pistes de méditations en lien avec les vertus de justice et de force, Notre-Dame de Guadalupe et Saint Juan Diego

Mystère Joyeux

1er Mystère : L’Annonciation de Notre-Dame – l’humilité
A l’Annonciation, comme durant toute sa vie, Marie exerce excellemment la vertu de religion (vertu de justice à l’égard de Dieu) en reconnaissant les droits de Dieu sur Elle et en s’y soumettant. Sa vie ne fut qu’un « fiat » perpétuel.
Ce jour de l’Annonciation, Dieu annonce à Marie une mission et quelle mission ! Elle répond simplement : « Fiat », sans affolement, sans frayeur devant l’ampleur de celle-ci. Il faut de la force pour entreprendre des actions ardues. Il faut aussi de la force pour souffrir et ce mystère de l’Annonciation fut en partie douloureux par la prévision de toutes les douleurs que sa qualité de Mère du Rédempteur allait entraîner pour Elle.

2ème Mystère : La Visitation de Notre-Dame – la charité envers le prochain
Justice à l’égard de Dieu par la reconnaissance : Le Magnificat est l’hymne de gratitude de Marie. Marie ne regarde les grandes choses qui ont été faites en Elle que pour mieux louer Celui qui en est l’auteur.
Il existe un message de toute urgence dans l’apparition de Notre-Dame de Guadalupe : celui de la défense de la vie. Le mystère de la Visitation nous donne un indice, si besoin en est, que la vie, et donc l’âme, est donnée dès la conception puisque Jésus, n’a peut-être pas dix jours lors de la Visitation et Il est indiscutablement vivant et pleinement Dieu.
(Pour mémoire, l’image de la Tilma de Juan Diego montre une femme enceinte. Un gynécologue, en posant son stéthoscope sur la ceinture de la Sainte Vierge, entendit le bruit des battements du cœur et constata qu’ils s’élevaient à 115-120 pulsations à la minute, ce qui correspond aux battements cardiaques du Cœur de l’Enfant Jésus, tout comme ceux d’un fœtus dans le sein de sa mère. Enfin, après la décision récente prise par le Conseil municipal de Mexico de légaliser l’avortement, un messe a été célébrée au sanctuaire pour les enfants avortés.
Après cette cérémonie, une lumière intense s’est allumée à la hauteur du ventre de Notre-Dame de Guadalupe. Cette lumière brillante, de la forme d’un embryon, a été observée par tous les pèlerins et attestée par de nombreuses photos.)

3ème Mystère : La Nativité de Notre-Seigneur – le renoncement à soi-même et l’esprit de pauvreté
Joie pour la Vierge de s’anéantir devant Celui qui, dans l’excès de sa condescendance, avait voulu dépendre d’Elle et lui être soumis.
Dès que, dans sa conception sans tache, Elle eut reconnu la singulière bonté de Dieu, Elle dut répondre à cet infini amour par un mouvement d’immense gratitude, croissant toujours puisque les grâces inondèrent son âme avec une plénitude toujours croissante. A partir de l’Incarnation, cette gratitude dut être encore plus importante ?
Notre-Dame à saint J. Diego : «Je suis la parfaite et toujours Vierge Marie, Mère du vrai Dieu.»

4ème Mystère : La Présentation et la Purification – l’obéissance et la pureté
Dans quels sentiments de religion profonde Marie s’acquitte des ordonnances du culte traditionnel et quelle gloire Elle rend par là au Très-Haut !
Ce Dieu, Marie Le possède mieux que ne le possède le Temple de Jérusalem, mais Elle accepte en toute simplicité des prescriptions de l’ancienne Loi, même celles dont Elle eût eu de bonnes raisons de se dispenser.
Obéissance de saint Juan Diego lorsque Notre-Dame l’envoie en mission auprès de son évêque : « C’est avec joie, très chère Dame, que je m’en vais faire ce que Vous demandez. »

5ème Mystère : Le recouvrement de l’Enfant-Jésus – la recherche de Jésus en toutes nos actions
Dieu nous demande d’être « des adorateurs en esprit et en vérité ». Pour cela nous devons être, comme Marie, recueillis et attentifs, pour écouter et accueillir la parole de Dieu : « Marie conservait toutes ces choses en elle-même, les repassant dans son cœur ». (Luc, II, 51 : Evangile du recouvrement de l’Enfant-Jésus au temple)
« La soumission aux ordres du bon Dieu est pour nous ce qu’étaient les cheveux de Samson : le principe de sa force, si fatale aux ennemis… Le sûr, l’unique moyen de plaire à Dieu, c’est de demeurer soumis à sa volonté dans toutes les circonstances de la vie. Alors (…) nous opérons notre sanctification. » S. curé d’Ars.

Mystères Douloureux

1ère dizaine : L’Agonie de Notre-Seigneur – le regret de nos péchés
Marie n’avait rien, personnellement, à réparer et cependant Elle est la « grande réparatrice ». C’est que sa cause était commune avec celle des hommes, et surtout avec celle de son Fils. Elle demande pardon pour tous nos péchés, se faisant, pour ainsi dire, caution pour tous les coupables. Elle imite en cela Jésus venu comme réparateur de la gloire de Dieu.
Mêmes dispositions de cœur entre Jésus et Marie : Jésus dit « Les oblations , les holocaustes et les sacrifices pour le péché ne vous ont pas été agréables. Voici que Je viens, ô Père pour faire votre volonté. » Et Marie : « Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole. ».

2ème dizaine : La Flagellation – la mortification du corps
C’est en la grâce de Dieu que nous trouvons la force : « Sans Moi, vous ne pouvez rien faire » (Jo XV, 5).
O Jésus, Vous savez combien nous sommes amoureux de nos aises et lamentablement lâches pour réparer nos fautes. Vous avez voulu expier à notre place et nous obtenir par vos indicibles souffrances, la force de pratiquer sans cesse les vertus qui révèlent si bien la sainteté de votre Eglise.

3ème dizaine : le Couronnement d’épines – la mortification de l’esprit et du cœur
Par ses cruelles humiliations, Jésus nous a obtenu la force de vaincre notre orgueil.
Pourquoi nous enorgueillir puisque, comme le dit l’Esprit-Saint par Saint Paul : « Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? ». Disons plutôt comme le psalmiste : « Que rendrai-je au Seigneur pour tant de bienfaits ? »
Dans son Magnificat, Marie ne s’enorgueillit pas à regarder sa propre élévation puisque, de Dieu, Elle a tout reçu. Elle est tout occupée, au contraire à pratiquer les actes de la justice envers Dieu par l’adoration, la reconnaissance, la réparation et la demande, le culte extérieur.

4ème dizaine : Le Portement de croix – la force et la patience dans les épreuves
Il faut la force pour souffrir. O Jésus, force des martyrs, accordez-nous la grâce de sanctifier nos épreuves, et comme Simon de Cyrène, de soutenir nos frères en leurs difficultés.
Notre-Dame à Saint Juan Diego : « Mon cher petit, écoutez ce que Je vais vous dire et laissez-le pénétrer dans votre cœur. Ne laissez jamais quoi que ce soit vous décourager, vous déprimer. Que rien n’altère votre cœur ni votre comportement. Ne redoutez, non plus, ni la maladie, ni les contrariétés, ni l’inquiétude, ni la douleur. Ne suis-je pas votre Mère ? N’êtes-vous pas sous ma protection ? (…) Que vous faut-il de plus ? »

5ème dizaine : la Mort de Jésus sur la croix – la mort à soi-même
Au pied de la croix, en voyant son Fils expirer au milieu d’indicibles tortures, Marie pouvait-elle ne pas songer que c’était pour Elle tout d’abord et pouvait-Elle ne pas Lui témoigner la reconnaissance la plus ardente pour un tel amour ?
Le sacrifice eucharistique prolonge le sacrifice de la croix. Chaque fois Marie y assista comme elle assista au sacrifice de la croix, dans les mêmes dispositions, en vue de la même gloire de Dieu et du même salut des hommes.
L’acte suprême de la vertu de force, c’est le martyre. Marie est la Reine des Martyrs. Son martyre l’emporta immensément sur celui de tous les autres témoins du Christ, et par la durée, et par l’intensité. C’est que ce fut un martyre d’amour. Celui-là seul pourra mesurer l’intensité de la force dont fit preuve la Reine des Martyrs qui pourra mesurer l’intensité de son amour pour Jésus, pour le Père et pour ses enfants d’adoption.

Mystères Glorieux

1er Mystère : la Résurrection de Notre Seigneur – la vertu de foi et la conversion
« Heureux les affamés et assoiffés de justice car ils seront rassasiés. Heureux les persécutés pour la justice car le Royaume des Cieux est à eux. » (Mt. V, 6, 10)
Marie se voyait Fille bien-aimée de Dieu, gardée par une sollicitude de tous les instants. Elle ne pouvait voir en Dieu qu’un Père infiniment plus aimant que tout père terrestre.

2ème Mystère : L’Ascension de Notre-Seigneur – la vertu d’Espérance et le désir du Ciel
« Cherchez premièrement le Royaume de Dieu et sa justice ». (Mt. VI, 33)
« Si votre justice ne surpasse celle des scribes et des Pharisiens, vous n’entrerez certainement pas dans le Royaume des Cieux. » (Mt. V, 20).
La prière de demande fait partie de la vertu de religion. C’est en Marie qu’elle fut la plus parfaite. En effet, Dieu n’appela jamais personne à une sainteté et à une mission aussi sublimes que celles de la Vierge. Personne n’eut, comme Elle, le sentiment de son absolue incapacité de faire le moindre bien par ses propres forces, et, en même temps, celui d’une invincible confiance dans la toute-puissante bonté de Dieu. Aussi Marie vivait-Elle selon le précepte : « Il faut toujours prier et ne jamais se lasser. »

3ème Mystère : la Pentecôte – la vertu de Charité et la docilité au Saint-Esprit
« Lorsque le Saint-Esprit descendra sur vous, vous recevrez une force nouvelle, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’à l’extrémité de la terre. » (Actes I, 8)
Alors que les Apôtres annoncent la Bonne Nouvelle et gouvernent l’Eglise, Marie continue à contempler en silence les mystères divins. « Elle a choisi la meilleure part qui ne lui sera pas ôtée. » Son union à Dieu est parfaite. Elle est l’épouse fidèle et docile du Saint-Esprit. Par ailleurs, par ses conseils et par sa puissante intercession, Elle fortifie l’œuvre des Apôtres. Ainsi, alors que Saint Jacques, en Espagne avait un apostolat difficile et commençait à se décourager, Notre-Dame lui apparut près de Saragosse sur une grande colonne (Notre-Dame del Pilar).

4ème Mystère : L’Assomption de Notre-Dame – la vraie dévotion mariale et la grâce d’une sainte mort
Les années qui suivirent la Résurrection de Notre-Seigneur furent sans aucun doute pour Marie des années d’action de grâce. Sans cesse Elle dut répéter son cantique « Mon âme glorifie le Seigneur, car Il a fait en moi de grandes choses et son Nom est saint », jusqu’à ce que, prenant son essor vers le Ciel, Elle allât, auprès de la Sainte Trinité, entonner l’éternel Magnificat.
Les Saints sont devenus tels pour avoir exploité avec une généreuse fidélité, tous les dons mis par Dieu à leur disposition, réalisant par toute leur vie, comme Saint Paul, cette merveilleuse affirmation : « Je puis tout en Celui qui me fortifie. » (Ph. 4, 13).

5ème Mystère : le Couronnement de Notre-Dame dans le Ciel – la confiance en Marie et la persévérance finale dans la grâce de Dieu
D’antiques représentations de la Sainte Vierge nous la montrent dans l’attitude d’une « orante ». Orante, Elle le fut depuis son Immaculée Conception jusqu’à la fin de sa vie. Elle le restera au Ciel, aussi longtemps qu’Elle verra, sur terre, ses enfants à secourir.
Notre-Dame à saint Juan Diego : « J’ai un immense désir que l’on construise en mon honneur, un temple dans lequel je manifesterai mon amour, ma compassion et ma protection. Je suis votre Mère pleine de pitié et d’amour pour vous et tous ceux qui m’aiment, me font confiance et recourent à moi. J’écouterai leurs plaintes et je soulagerai leur affliction et leurs souffrances ».

Lundi : Pistes de méditations en lien avec la pureté et la tempérance, Notre-Dame de Fatima et les enfants de Fatima

Mystère Joyeux

1er Mystère : L’Annonciation de Notre-Dame – l’humilité
« Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous ». Marie est la Toute-Sainte, la Toute Pure, l’Immaculée Conception.
Les petits bergers, en esprit d’humilité et par souci du recueillement évitaient les curieux.
Un jour qu’ils ne pouvaient pas fuir, des personnes leur demandèrent s’ils connaissaient les voyants et s’ils savaient où ils habitaient. Ils répondirent oui et leur expliquèrent le chemin puis allèrent se cacher. Une autre fois, ils montèrent aux arbres pour fuir un interrogatoire.

2ème Mystère : La Visitation de Notre-Dame – la charité envers le prochain
Notre-Dame, depuis son Fiat de l’Annonciation, comme un ciboire très pur, porte Jésus. Devant Ste Elisabeth, toute la personne de Marie rayonne Jésus vivant. Elle devient alors comme un ostensoir. Leçon pour nous car nous devons nous aussi faire aimer Dieu par nos regards, nos conseils, nos enseignements, notre comportement. Cela est impossible sans les vertus de pureté et de tempérance.

3ème Mystère : La Nativité de Notre-Seigneur – le renoncement à soi-même et l’esprit de pauvreté
Etre pauvre en esprit permet d’accueillir les choses de la foi avec grande simplicité et pureté. La virginité de Marie, loin d’être un manque, un vide, offre au Verbe de Dieu un milieu tout à fait transparent où celui-ci peut féconder : « Et le Verbe s’est fait chair ».
La pauvreté, c’est la confiance dans l’humilité par amour. Elle est « notre âme accueillante pour recevoir Dieu ». Plus nous serons pauvres, plus nous serons aptes à faire naître le Christ en nos âmes.

4ème Mystère : La Présentation et la Purification – l’obéissance et la pureté
En se soumettant aux traditions, la Sainte Vierge nous invite à avoir le souci de garder la pureté morale, l’obéissance aux lois de Dieu, de l’Eglise.
Elle s’y soumet aussi par humilité, fuyant la singularité, l’originalité. Marie reste humble, effacée, réservée, recueillie, n’indiquant rien sur sa glorieuse maternité. En Elle se réalise le dicton « Le bien ne fait pas de bruit. Le bruit ne fait pas de bien ».

5ème Mystère : Le recouvrement de l’Enfant-Jésus – la recherche de Jésus en toutes nos actions
Jésus caché : épisode de la procession de la Fête Dieu durant laquelle Jacinthe ne jeta pas de fleurs faute de n’avoir pas vu l’Enfant-Jésus annoncé. « Jésus caché » sera l’expression des petits bergers pour désigner Notre-Seigneur dans le Très-Saint-Sacrement. Invitation à renouveler notre dévotion en Jésus réellement présent : Corps, Ame, Sang et Divinité, derrière le voile de l’hostie. Invitation à rechercher aussi Jésus dans toutes nos actions.

Mystères Douloureux

1ère dizaine : L’Agonie de Notre-Seigneur – le regret de nos péchés
Notre-Dame à Fatima : « Vous avez-vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. (…) Si on ne cesse d’offenser Dieu (…) Il va punir le monde de ses crimes, par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père ».
« Priez et faites pénitence », « Beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifient et prient pour elles. »
Lucie demande à Marie de guérir des malades. Marie répond : « quelques uns oui, d’autres non. Il faut qu’ils se corrigent et qu’ils demandent pardon pour leurs péchés. »

2ème dizaine : La Flagellation – la mortification du corps
Jésus paie de Sa chair lacérée par les fouets, les jouissances trompeuses des péchés de la chair. (cf Passion de M. Gibson).
La tempérance consiste à gouverner notre corps, dans le respect et la dignité, comme le Temple du Saint-Esprit : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit » (Co. VII, 9).
A l’exemple des enfants de Fatima qui se mortifièrent par bien des sacrifices (privation de belles grappes de raisin. Jacinthe mangea en revanche des olives vertes, disant : « Je les mange à cause de leur amertume, pour convertir les pécheurs ». Ils portèrent un morceau de corde à la ceinture pour se faire souffrir et ils disaient : « Je veux souffrir pour la conversion des pécheurs »), cherchons la modestie dans les vêtements, nos regards et auditions (TV, publicité, Internet, musiques), la tempérance dans le manger, le boire, les cigarettes…
A Fatima, Notre-Dame met en garde contre les modes indécentes qui conduisent les âmes en enfer.

3ème dizaine : le Couronnement d’épines – la mortification de l’esprit et du cœur
Le 13 août 1917, les enfants furent en prison. Jacinthe prit une médaille et demanda à un prisonnier de la suspendre à un clou et, à genoux devant cette médaille, sans respect humain, ils se mirent à prier. …Les prisonniers en firent autant.
Les enfants eurent à souffrir bien des moqueries, mépris, insultes.

4ème dizaine : Le Portement de croix – la force et la patience dans les épreuves
« Vous aurez beaucoup à souffrir mais la grâce de Dieu sera votre réconfort. »
L’ange du Portugal aux enfants : « Surtout, acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra. » Et les souffrances furent nombreuses : en plus des moqueries, mépris, insultes, il y eut le doute et la défiance de presque tous, les châtiments, persécution, emprisonnement, puis la maladie dont François souffrit pendant six mois, et Jacinthe 1 an et demi.

5ème dizaine : la Mort de Jésus sur la croix – la mort à soi-même
Notre-Dame aux trois enfants « Sacrifiez-vous pour les pécheurs, et dites souvent, spécialement lorsque vous ferez un sacrifice : O Jésus, c’est par amour pour Vous, pour la conversion des pécheurs, et en réparation des péchés commis contre le Cœur Immaculé de Marie ».
Les enfants ne reculèrent pas devant la pression de l’Administrateur menaçant de les jeter dans une chaudière d’huile bouillante. Lucie dira : « J’eus l’impression que l’Administrateur était l’instrument dont Dieu se servait pour nous faire souffrir, pour son amour et pour la conversion des pécheurs. »

Mystères Glorieux

1er Mystère : la Résurrection de Notre-Seigneur – la vertu de Foi et la conversion
« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu » (Mt, V, 8). Foi en la résurrection du Christ et de la nôtre.
Nécessité d’ancrer notre foi dans les pratiques chrétiennes, dans les sacrifices, de garder notre liberté pour Dieu, d’adopter une règle de vie pour échapper à la médiocrité.
Prières enseignées par l’Ange aux enfants de Fatima :
1) « Mon Dieu, je crois, j’adore, j’espère et je Vous aime. Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n’adorent pas, qui n’espèrent pas et qui ne vous aiment pas. »
2) « Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément et Vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité de Jésus-Christ, présent dans tous les tabernacles de la terre… »
Miracle du soleil du 13 octobre 1917 « pour que tout le monde croie ».

2ème Mystère : l’Ascension de Notre-Seigneur – la vertu d’Espérance et le désir du Ciel
Par la vertu d’Espérance, nous désirons aller au Ciel. La Sainte Vierge en donne le moyen : la dévotion au Cœur Immaculé avec la pratique des premiers samedis, la Communion réparatrice, le chapelet quotidien.
Notre-Dame à Lucie : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira à Dieu »
Jacinthe en faisant ses adieux à Lucie : « Le moment venu, dis à tout le monde que Dieu nous accorde ses grâces par le moyen du Cœur Immaculé de Marie, que c’est à Elle qu’il faut les demander. »

3ème Mystère : la Pentecôte – la vertu de Charité et la docilité au Saint-Esprit, naissance de l’Eglise
La maternité divine de Marie se prolonge dans la maternité de l’Eglise et Marie demeure à tout jamais notre lumière par l’éclat de ses vertus.
Elle prépare les apôtres des derniers temps, qui, selon Saint Louis-Marie Grignion de Monfort « seront de vrais disciples de Jésus-Christ marchant sur les traces de sa pauvreté, humilité, mépris du monde et charité, enseignant la voie étroite de Dieu dans la pure vérité (…)
Ils porteront sur leurs épaules l’étendard ensanglanté de la Croix, le crucifix dans la mains droite, le chapelet dans la gauche, les sacrés noms de Jésus et de Marie sur leur cœur, et la modestie et mortification de Jésus-Christ dans toute leur conduite. Voilà de grands hommes qui viendront, mais que Marie fera par ordre du Très-Haut, pour étendre son empire sur celui des impies, idolâtres et mahométans. » (Traité de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge, n°59)

4ème Mystère : l’Assomption de Notre-Dame – la vraie dévotion mariale et la grâce d’une sainte mort
Marie, « tout vous appelle au Ciel. (…) L’amour entraîne, en un unique élan, votre corps virginal avec votre âme immaculée. (…) C’est enfin la fusion de vos deux Cœurs en une seule et même flamme, c’est Vous en Lui et Lui en Vous : le Très Sacré et Très Unique Cœur de Jésus et de Marie ! » (Mgr Wladimir-Marie de Saint-Jean, CRMD)
En face du matérialisme moderne et de la corruption des mœurs, le mystère de l’Assomption manifeste le but sublime auquel sont destinés nos âmes et nos corps, affermissant notre foi en notre propre résurrection.
La dévotion au Cœur Immaculé de Marie demandée à Fatima et sanctionnée d’une façon éclatante par le Souverain Pontife Pie XII en consacrant le monde entier à ce Cœur tout pur, comment serait-elle possible sans la présence du corps et de l’âme de Marie au Ciel ?

5ème Mystère : le Couronnement de Notre-Dame dans le Ciel – la confiance en Marie et la persévérance finale dans la grâce de Dieu
Marie est Mère dans toute la plénitude du mot. C’est précisément par sa présence corporelle que la Vierge possède ce pouvoir de pacification et de purification qui n’appartient qu’à Elle. Il nous suffit de regarder ce visage si recueilli, si paisible, si divinement pur pour que l’image de cette pureté fasse évanouir toute image impure, calme nos troubles et nous remplisse de confiance et de force.
Dans ce formidable combat du diable contre les enfants de Marie (promotion de l’avortement, de l’homosexualité, de l’euthanasie, perte du sens de la famille…), nécessité de nous mettre sous sa protection. Elle est l’Immaculée Conception, modèle de toutes les vertus. Elle est notre Mère et notre Reine.
« A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. »
Reine du Rosaire, priez pour nous !

Chanoinesses Régulières de la Mère de Dieu

Bibliographie
Marie dans le Dogme, E. Neubert
La Doctrine Chrétienne, l’abbé A. Boulenger
Méditations mariales, Frère M. Colin.
Lucie raconte Fatima, traduction du P. Simonin
Lettre à nos Amis, n° 495, CRMD