Soumission à un père spirituel

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Un esprit que Dieu attire vers la contemplation apprend vite la valeur de l’obéissance : les épreuves et l’angoisse que lui causent chaque jour son égoïsme, ses maladresses, son incompétence et son orgueil lui inspireront un grand désir d’être conduit, conseillé et dirigé par quelqu’un d’autre. (…)
Sa volonté propre est source de tant de souffrances et de tant d’aveuglement que ce n’est pas uniquement pour chercher la lumière ou des conseils qu’il s’adresse à un autre, mais parce qu’il en arrive à avoir la passion de l’obéissance pour elle-même et pour renoncer à sa volonté et à ses lumières personnelles

THOMAS MERTON
NOUVELLES SEMENCES DE CONTEMPLATION

A chacun de ceux qui cherchent ainsi votre intimité, daignez, Seigneur et Maître, envoyer quelqu’un de qualifié par le même attrait : un Dom Godefroid Belorgey, un Père Dehau, un abbé Huvelin, un Dom Augustin Baker, un Dom Richard Beaucousin. Ayez compassion de ceux qui, s’ils ne sont pas aidés, abandonneront petit à petit, non sans déception, non sans tristesse, les valeurs d’intimité qu’ils avaient désirées.

PERE JEROME KIEFER
ABBAYE DE SEPTFONS – 1969–L’ART D’ETRE DISCIPLE.

L’absence de docilité prouve l’absence d’un vrai désir de savoir. Prétendre chercher le vrai, le bien, en se passant d’un enseignement magistral, est aux antipodes d’une recherche sincère. Voyez les hommes qui ont émergé : bien loin de commencer par contester, ils ont d’abord cherché un maître. Parfois vainement, et alors, par la suite, dans leur réussite même, il leur a manqué quelque chose. Parfois le maître leur fut donné ; alors ils ont fait l’économie de beaucoup de temps perdu, d’illusions et d’erreurs.

PERE JEROME KIEFER
ABBAYE DE SEPTFONS – 1969–L’ART D’ETRE DISCIPLE.

Rendre fidèlement compte de tout à mon directeur et ne rien entreprendre d’important sans m’être entendue avec lui. Tâcher de lui dévoiler clairement les plus secrètes profondeurs de mon âme en me souvenant que c’est à Dieu seul que j’ai affaire, et que ce n’est qu’un homme qui tient sa place ; et prière quotidienne pour qu’il reçoive la lumière.

SAINTE FAUSTINE KOWALSKA
PETIT JOURNAL.