Tu honoreras ton père et ta mère

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Quand nous faisons attention à ce que nous sommes devenus aujourd’hui, nous ne pouvons faire abstraction du rôle qu’a eu notre famille et plus précisément nos parents. Certains leur attribueront blessures et échecs, d’autres au contraire leurs succès et bonheur.
Quoi qu’il en soit, le rôle des parents est déterminant sur le présent et l’avenir de l’enfant. Dans chaque vie qui naît, il y a à la base une volonté divine, une pensée personnelle de Dieu, sur l’âme qui va naître au monde.
Et qui Dieu choisi-t-Il pour participer à cet acte créateur ? Les époux, bien sûr!
Ainsi dans le mariage s’accomplit un des actes les plus extraordinaires qui soient, celui de donner la vie.
Nos parents nous ont été donnés par volonté divine et de ce fait leur incombe la lourde tâche de veiller à l’éducation harmonieuse de leurs enfants. On peut ainsi comprendre naturellement ce quatrième commandement « tu honoreras ton père et ta mère  » qui, si on y regarde de plus près, ressemble à « tu adoreras Dieu seul et tu L’aimeras plus que tout « . Nous sommes le fruit de l’amour de Dieu ET de nos parents, et de la même manière que nous aimons Dieu, nous devons aimer nos parents de manière  »divine ».

On pourrait rétorquer à juste titre que Dieu est parfait et que nos parents ne le sont pas, mais alors dans ce cas là, comment exercer la charité dans sa famille ? Nos parents sont à prendre tels que Dieu nous les a donnés, les aimer et les honorer en
toutes les situations est pour nous aussi une manière d’avancer dans la charité et dans l’amour de notre prochain. Nous somme sûrs de faire la volonté de Dieu en aimant et respectant nos parents, car Dieu Lui-même les a choisis pour nous, et quelque soit la situation dans laquelle nous sommes, il faut y voir une manifestation de la providence qui veut par nos parents nous indiquer
un chemin sûr vers le Ciel.

Ce commandement d’amour des enfants envers leurs parents implique aussi de ces derniers un comportement sans faille. La famille est une institution naturelle mais dont l’objectif est surnaturel. Pour des parents, une seule idée doit les obséder : ai-je donné à mon enfant tout ce qui était en ma possession pour qu’il puisse se sauver librement ?
Car la tentation de beaucoup est de vouloir sauver leurs enfants malgré eux ! Et là les conséquences peuvent être terribles : perte de la Foi, dégoût de la religion, Dieu dégradées…

Il n’y a qu’un seul remède pour remédier à tout cela, c’est une charité ardente vécue en famille. La famille doit être un foyer de charité et de pardon, et cet élan, ce sont les parents qui le donnent en étant des modèles d’amour, de pardon et de prière.
Sainte Monique n’a jamais cessé de prier pour son fils, même aux moments les plus désespérés de sa vie, et nous connaissons la suite, Saint Augustin devient l’un des plus grands saints que la terre ait porté. Beaucoup de parents constatent aussi avec amertume que leurs grands enfants n’écoutent plus rien et refusent souvent toute forme d’autorité. Et pourtant n’y a-t-il pas un examen de conscience à faire ici ?

Devant leurs enfants, beaucoup de parents passent leur temps à critiquer systématiquement les hommes politiques, à se plaindre dès qu’ils subissent un contrôle de police en route ou qu’ils se prennent une amende alors qu’il sont pour un Etat fort, à dire du mal d’un professeur (même à juste raison) alors qu’ils refusent tout manque de respect à la maison, à dire du mal de leur évêque ou de leur curé alors qu’ils se disent catholiques.
Comment vouloir qu’un enfant de 18 ans nous obéisse alors qu’il a passé sa vie à entendre que toute autorité pouvait être bafouée? Honorer son père et sa mère, c’est aussi reconnaître la légitimité des autorités dont nous dépendons et de qui nous relevons. Toute correction ne peut se faire que dans la charité et il n’y a rien de pire dans le cœur d’un enfant qu’un beau discours sur la charité sans son application concrète au quotidien. Tout ceci est bien exigeant, mais parents et enfants ont leurs faiblesses. C’est ici que le pardon réciproque, aussi exigeant soit-il à donner, vient cicatriser les plaies et donner un nouveau départ aux relations familiales.
Enfants, pensez à remercier vos parents pour ce que vous êtes, à prier pour eux et leur offrir des sacrifices. Parents, soyez des modèles de charité de prière et de tendresse pour ainsi amener à Dieu tous les vôtres.

Que la Sainte famille, soit pour nous tous un modèle de vie et demandons-lui les grâces qui nous permettront de vivre chrétiennement ce don de la famille.

image : @Sanctuaire Louis et Zélie Martin d’Alençon