VIDÉOFORMATION NDC N°12: EVOLUTION ET CRÉATION : QU’EN PENSENT L’EGLISE ET LA SCIENCE?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec le Père Jean-Baptiste, 
Chanoine Régulier de la Mère de Dieu de l’Abbaye de Lagrasse

Evolution et Création : qu’en pensent l’Eglise et la Science ?

Adam et Ève avaient-ils un nombril ?

Sciences (SVT etc) et théologie ont chacune leur lumière et méthode propre et des affirmations ± certaines. Pour éviter tout pugilat, ne pas prendre pour certain ce qui n’est que possible et ne pas opposer le certain en théologie au seulement possible en science et réciproquement !
Ex. : – Théologie : la glaise de Gn 2,7 pourrait être un code génétique d’un animal  »sur-développé ».

– Science : Neandertal (super animal ?) et Sapiens pourraient s’être croisés. CE QUI, POUR LA FOI CATHOLIQUE, EST… CERTAIN

1. Le corps d’Adam a été formé par Dieu à partir d’une matière préexistante par un influx spécial (cf Jean Paul II 29/1/1986). Il est crée immortel, impassible (dons préternaturels)*

2. L’âme spirituelle de l’homme est créée par Dieu directement et ne peut être produite par la matière. Adam et Eve sont surdoués intellectuellement, maîtres de leurs passions (dons préternaturels) et en état de grâce*.

3. Nos 1ers parents ( »Adam et Eve ») ont commis le péché originel et l’ont transmis à tous leurs descendants (Rm 5,12) cf CEC 390

4. Tous les hommes actuels vivants descendent d’un couple d’hommes primitifs, nos 1ers parents « Adam et Eve » (= moralement certain (cf Ac 17,26 ; Pie XII, HG, CEC 400))
* Nos premiers parents sont d’un « autre monde » que les hominidés et … que nous et sont à comprendre à la lumière du Christ, nouvel Adam.

TRÈS PROBABLE

1. Le simple jeu des causes secondes et le concours divin ordinaire ne suffisent pas pour expliquer l’homme : il n’est pas le fruit d’une évolution ordinaire.

2. La Genèse offre des vérités (pas exhaustives), historiques (et non mythiques), en langage populaire (et non scientifique) et parfois symbolique (le fruit défendu…).

II. CE QUI EST ± CERTAIN POUR LES SCIENTIFIQUES aujourd’hui

A. LES FAITS

1. La terre aurait 4 ou 5 milliards d’années.

2. Les premières cellules vivantes auraient 3,5 milliards d’années (l’histoire du monde ramenée sur un an, si la terre est créée le 1er janvier, la vie apparaît le 1er avril, le 1er poisson le 27 nov, les dinosaures le 12 déc, l’homme le 31 déc… : le Christ arrive à « la fin des temps » : Hb 1,2)

3. Il y a une grande homogénéité des vivants : l’homme a 55% de ses gènes en commun avec la mouche et 98,5% de ceux du chimpanzé. Mais l’ADN ne dit pas tout… La complexité d’un vivant n’est pas proportionnelle au nombre de gênes: un arbre a 10 fois plus de gènes que nous…

4. Il a existé avant l’homme des hominidés très supérieurs aux singes (maîtrise du feu etc) et aujourd’hui disparus.

B. LES MÉCANISMES :

Successions ? :

CERTAIN : Il y a eu des changements, des successions dans les espèces animales au cours du temps. Des espèces sont apparues (ex : Toumaï (-7 millions d’a) ; Homo Erectus (-1 million à 300 000) Homo Ergaster (1,8 à 1 million d’a) ; d’autres ont disparu (dinosaures).

POSSIBLE : L’homme actuel semble le fruit d’un croisement entre Homo Sapiens (Est-ce nous ? Apparu vers -100 000 ans – 40 000 ans ± époque des grottes ornées ?) et Neandertal (pas un homme ?) (Nous aurions 4% d’ADN

néandertalien : découverte de mai 2010 à valider)

Evolution? :

PROBABLE : Il y aurait filiation entre les différents hominidés ( »animaux sur-développés » pour Maritain et le Cardinal Journet) voire entre eux et Sapiens ?page1image1739389328

III. CE QUI EST PROBABLEMENT FAUX SCIENTIFIQUEMENT aujourd’hui

1. le fixisme des fondamentalistes protestants : création en 6 jours de 24h etc) : des pans entiers de la science moderne devraient être rejetés… = erreur de méthode / Bible et / sciences
2. le darwinisme (arme de guerre antichrétienne et erreur scientifique) pour qui :

1. Tous les vivants ont évolué lentement depuis une matière organique : l’esprit vient de la matière… 2. Le hasard est à l’origine de l’évolution
3. Il y a tri sélectif naturel / environnement favorable ou non

Problèmes : le matérialisme, les chaînons manquants, l’existence des espèces etc… IV. CE QUI EST PROBABLEMENT VRAI

1) Scientifiquement :

L’évolution non darwinienne selon :
-des lois biologiques encore non trouvées : existent-elles ? (cf Jean STAUNE)
-un plan intelligent (Mickaël BEHE : Intelligent Design) ex : L’organisation d’une cellule qui n’est fonctionnelle

que lorsqu’elle est achevée s’oppose à l’aléatoire darwinien. Ex. : la larve de bruche (papillon/petit pois) est une preuve extraordinaire de finalité dans la nature, d’intelligence organisatrice.

2) Philosophiquement :

Dieu aurait laissé agir les causes secondes créées (cf Saint Thomas d’Aquin ou le CEC 308)
Ou des  »raisons séminales » (S. Augustin) sans intervenir directement, hormis dans le cas de la création de l’âme humaine : il existe 40 textes des Pères et de Saint Thomas d’Aquin sur l’Evolution : vision grandiose de la création, manifestant unité, intelligence créatrice, bonté divine etc.

V. LE NŒUD DU PROBLEME : L’HOMME N’EST-IL QU’UN SUPER ANIMAL ?

(= argument principal de Darwin dès 1871. L’éthologie (science du comportement animal) offre une voie assez simple pour résoudre les impasses de l’évolution).

a) Les animaux, surtout les supérieurs, ont une estimative, une mémoire et une imagination qui leur permettent de s’adapter merveilleusement, spontanément, comme sujets (non comme machines déterminées) à leur environnement. Ex. : renard/poulailler, guêpes, macaques sur l’île de Koshima / patates douces. MAIS ce n’est pas strictement de l’intelligence ! Pour Hume, que reprend Darwin, l’intelligence n’est que la faculté de connecter des idées différentes comme ressemblantes ou non, selon un principe d’association fondé sur l’habitude. Or l’imagination peut faire ces connexions.

b) L’homme seul, par son intelligence : 1. forme des concepts (idées universelles) et non des images (idées particulières) ; 2. Saisit un lien véritable entre cause et effet ; 3. a un langage (comme le cri exprimant des passions) et la parole (verbe disant une pensée abstraite). Le singe n’a qu’un langage. Même le bonobo Kanzi : comprenant 1000 mots, il demande mais n’énonce pas. Son langage est injonctif et non déclaratif. Un enfant de 3 ans demande « pourquoi ?» (finalité) et « qu’est-ce que c’est ? » (essence). Un singe, même très savant, ne se pose pas ces questions…

c) La raison humaine seule : 1. définit (ex : homme = animal raisonnable) ; 2. énonce (réunit ou sépare les concepts en signifiant la vérité ou l’erreur) ; 3. argumente en donnant le moyen-terme.

d) L’intelligence humaine seule est en relation avec : 1. l’être (le singe est en relation avec les choses) ; 2. La totalité des choses (le singe est en relation avec son monde propre) ; 3. La vérité (le singe ne se pose pas la question…)

Conclusion: l’homme a dans son corps, ses sens internes, une grande parenté avec l’animal ; dans son intelligence rationnelle, irréductible à la matière, il manifeste une discontinuité radicale (=  »saut ontologique » Bx Jean-Paul II, 1996).

L’HOMME AURAIT-IL UNE DOUBLE ORIGINE, ANIMALE ET DIVINE ?

« Nous ne sommes pas le produit accidentel et dépourvu de sens de l’évolution. Chacun de nous est le fruit d’une pensée de Dieu. Chacun de nous est voulu, chacun est aimé, chacun est nécessaire » Benoît XVI, 24/4/2005page2image1742986096page2image1742986496page2image1742986768

Bibliographie minimale – Pour aller plus loin :

– DOMINIQUE SPISAN – EVA DEJOIE, LES FORMES DE LA VIE ET LA QUESTION DE LEVOLUTION, TRADITIONS MONASTIQUES, 2012.1988. – 334 p. ; 21 cm. ISBN 2-88011-013-0

  • –  FLORENCE EIBL, L’HOMMEUN ANIMAL COMME LES AUTRES ?, MAME EDIFA, 2010.
  • –  ARTICLE DU RP DE BLIGNIÈRES, SEDES SAPIENTIAEN° 106, DÉC. 2008, P. 57-77.
  • –  ARTICLE DE CHRISTOPHE GEFFROY, IN LMYTHE DARWINIEN, (FLORENCE EIBL), LNEF 2009, P. 85-96.