VIDÉOFORMATION NDC N°15: QU’EST-CE QUE LA SAINTE TRINITÉ?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec le Père Augustin-Marie, 
prêtre de la Fraternité Saint Vincent Ferrier du couvent de Chémeré-le-Roi

Qu’est-ce que la Trinité ? 1. La Trinité, mystère fondamental de la foi chrétienne?

  • –  La grande nouveauté de la Révélation chrétienne consiste en ceci que Dieu se dévoile dans son mystère intime : Dieu nous dit qui Il est. Il le révèle par l’envoi de son Fils Jésus-Christ et par le don de son Esprit Saint.
  • –  La Trinité, c’est à la fois le plus attirant des mystères, qui offre la clef de compréhension de tout l’univers créé, visible et invisible ; et le plus difficile, car il dépasse toutes nos connaissances humaines. C’est un mystère proprement surnaturel.

2. La vie chrétienne authentique nous introduit dans le mystère de la Trinité

  • –  Loin d’être une marotte de théologien, le mystère trinitaire est la source et le terme de la vie chrétienne. Nous y entrons dès le premier geste de la prière : « Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Le mystère de la Trinité consiste à affirmer la trinité des personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit ; dans l’unité de l’essence divine, que nous confessons par le premier mot du signe de croix : « Au Nom ». Ce Nom, c’est Dieu, l’unique essence divine, commune aux trois Personnes.
  • –  Toute la vie liturgique du chrétien est baignée dans cette unité-trinité. Nous avons été baptisés – c’est-à-dire régénérés et rendus participants de la nature divine (2 P 1, 4) – « au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19). Le Saint-Sacrifice de la Messe est offert à toute la Trinité (Recevez, Trinité sainte… : prière de l’Offertoire), distinctement au Père (C’est donc Vous, Père très clément … que nous prions… : début du Canon). À la Messe, la structure trinitaire de la prière est partout présente (Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, etc.). Dans l’Office divin, le chant des psaumes est rythmé par une respiration trinitaire, la doxologie : « Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit ».

3. Comment le mystère trinitaire nous est-il révélé ?

  • –  C’est la Révélation, transmise par la Tradition et l’Écriture sainte, qui nous fait connaître ce mystère.
  • –  C’est d’abord Jésus qui nous révèle la relation spéciale qu’il entretient avec Dieu, qu’il appelle « mon Père ». De plus, quand Jésus nous dit, dans l’évangile de saint Jean, qu’il est « sorti du Père » et qu’il « va au Père », il suggère que son existence transcende les limites de notre temps ; mais aussi qu’il possède une relation spéciale avec celui qui l’a envoyé et vers qui il retourne, le Père. De même pour l’Esprit : Jésus à qui nous attribuons la divinité, au regard de ses paroles et de ses actions, nous dit : « Je vous enverrai un autre Paraclet ».
  • –  Par une lecture intelligente et aimante de l’Évangile, nous découvrons que le mystère de la Sainte Trinité est « la substance du Nouveau Testament » (Léon XIII).
  • –  De Nazareth au Golgotha, la Trinité est là. À l’Annonciation, l’ange expose à la Vierge le plan divin : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi l’enfant (…) sera appelé Fils de Dieu ». Au cœur de ce plan, les Trois sont là : le Saint-Esprit qui vient sur Marie, le Très-Haut qui l’“obombre”, l’enfant qui l’habite et qu’on appelle « Fils de Dieu », car celui qui assume en son sein un corps et une âme semblables aux nôtres est la deuxième personne de la Trinité. Et quand Jésus offre ce corps pour nous sur la Croix, la Trinité est là. Sur la Croix, la sainte âme du Christ fait l’acte d’obéissance et d’amour parfait qui nous mérite le Salut : « Père, en vos mains, je remets mon esprit ». Pour l’évangéliste Jean, l’eau qui sort du côté percé de Jésus, c’est l’Esprit Saint.
  • –  En outre, les paroles explicites de Jésus sur son rapport au Père et au Saint-Esprit sont nombreuses : « Je suis dans le Père et le Père est en moi » ; « Tout ce qu’a le Père est à moi » ; « Ce qui est mien, l’Esprit de vérité vous le donnera ». Entre les Trois, c’est le don amoureux des personnes dans la transparence de la vérité. Et, par la grâce, nous sommes invités à ce jeu des relations éternelles.

4. Le rapport entre le dogme trinitaire et la vie chrétienne

  • –  Le point fondamental, c’est l’unité de Dieu. La Trinité ne divise pas Dieu. Ensuite, c’est l’égalité des Personnes : toutes les trois sont la même et unique essence divine. Elles sont égales en majesté.
  • –  Ce par quoi les Trois se différencient, c’est leurs oppositions relatives. Nous désignons la première par le nom de paternité : car éternellement elle engendre un Fils, et c’est le Père. Nous désignons la deuxième par le nom de filiation : car éternellement elle est engendrée par le Père, et c’est le Fils. Nous désignons la troisième par le nom de procession : car éternellement elle procède du Père et du Fils, et c’est le Saint-Esprit. Car, si les personnes sont égales, il y a entre elles distinction et ordre : le Père est sans principe, le Fils est engendré, le Saint-Esprit procède du Père et du Fils.
  • –  Il faut remarquer ici une chose admirable : notre manière concrète de découvrir le mystère trinitaire, c’est de « remonter » pour ainsi dire l’ordre inverse qui existe dans les relations trinitaires. C’est le Saint-Esprit en effet qui nous donne de confesser que Jésus-Christ est Dieu ; et c’est Jésus qui nous manifeste le mystère de son Père. Comme dit saint Paul, « la preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père ! »Bibliographie – Pour aller plus loin :– Albert-Marie Crignon : « La très sainte Trinité », Sedes Sapientiæ, n° 103 (2008), pp. 29-53. – Gilles Emery : La Trinité, Paris, Cerf (Initiations), 2009.