VIDÉOFORMATION NDC N°40: QU’EST-CE QUE LA PRIÈRE?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec Dom Jean Pateau, 
Père Abbé de l’ abbaye de Notre-Dame de Fontgombault

Qu’est-ce que la prière ?

Nous allons fêter en 2016, le 1700ème anniversaire de la naissance de Saint Martin de Tours. Ce grand saint disait que « La prière est la respiration de l’âme ». Qu’est-ce que la prière ?

« Je L’avise et Il m’avise » répondit simplement un paroissien au saint Curé d’Ars qui l’interrogeait sur ses nombreux et longs temps d’adoration. Il y a deux mouvements comme ceux de la respiration : inspiration, expiration, « Il m’avise, je L’avise ». La prière est un dialogue de l’âme avec Dieu, une respiration de l’âme.

Vous vivez chaque jour la vie monastique bénédictine résumée dans l’expression « ora et labora », « prie et travaille », pouvez-vous nous éclairer sur ce qui distingue la prière, de la méditation ou de l’oraison ?

Soit dit en passant, l’expression Ora et labora qui résume bien la vie bénédictine ne se trouve pas dans la Règle de Saint Benoît. Celui-ci donne comme critère de discernement d’une vocation monastique : si le novice cherche Dieu. Les spirituels proposent traditionnellement trois degrés à la prière mentale que vient couronner la contemplation: La lecture ou lectio divinala méditation ou meditatio, et la prière ou oratio.

Vous avez évoqué les termes de « lectio divina », de méditation, de contemplation, pouvez- vous préciser?

La Lectio divina est le premier degré de la prière, c’est une lecture priée des livres de la Bible. Elle n’a pas pour but l’érudition. Elle s’accompagne d’un appel lancé vers Dieu : « Montrez-moi votre Visage ! ». La méditation se détache de la lettre, elle est plus libre tout en demeurant attachée à un thème. Nous avons déjà parlé de la prière. Saint Thomas enfin a défini la contemplation comme « un simple regard vers Dieu », une vue amoureuse de Dieu.

Saint Alphonse de Liguori nous dit : « Qui prie, se sauve certainement ; qui ne prie pas, se damne certainement ». Pouvez-vous nous aider à comprendre pourquoi la prière est si importante et si nécessaire ?

Nul ne se sauve par lui-même. C’est Dieu qui sauve. Mais que veut dire se sauver ? Se sauver veut dire marcher vers Dieu. Pour tous, cette marche passe par la conversion. Renoncer aux sollicitations du monde est difficile, voire impossible à l’homme abandonné à ses propres forces. Reste donc pour l’homme englué dans sa misère à se tourner vers Dieu et à implorer son aide. C’est là une des formes de prière. Celui qui ne prie pas ne se reconnaît pas en état de mendiant. Il reste avec lui-même, seul !

Le théologien Romano Guardini distingue deux écoles de prière : celle de Jésus, et celle des saints. Qu’en pensez-vous ?

Jésus, le Révélateur du Père, nous apprend à prier. C’est Lui par excellence le grand Priant, celui qui peut dire en vérité « Abba », c’est-à-dire « Père ». Mais Jésus n’est pas le seul priant car il nous invite aussi dans sa prière : « Quand vous priez dites : « Notre Père… » Toute prière enracinée dans la prière du Christ en est comme le prolongement.

Quelles sont les différentes formes de la prière?

La prière peut être individuelle ou communautaire. Jésus accorde une valeur particulière à la prière en commun (Mt 18,19-20), tout en donnant lui-même l’exemple de la prière individuelle. C’est à l’occasion de cette dernière d’ailleurs qu’il donne le texte du Notre Père (Lc 11,1-2).
La prière individuelle peut être mentale ou silencieuse. La prière individuelle gagne toujours à s’ancrer dans la prière liturgique, la grande prière de l’Eglise.

Plus largement la vie entière doit se faire prière et offrandeExiste-t-il différents types de prières ?

La quatrième partie du Catéchisme de l’Eglise Catholique consacrée à la prière en relève plusieurs : la bénédiction est une réponse de l’homme aux dons de Dieu, l’adoration est l’attitude de l’homme qui se reconnaît créature devant son créateur. La prière de demande, la plus spontanée, attend de Dieu les biens nécessaires à la vie, mais également son pardon, et finalement le Royaume. La prière d’intercession, propre d’un cœur miséricordieux à l’égard du prochain, s’étend aussi à la prière pour les dépositaires de l’autorité et aussi pour ceux qui nous ont fait du mal. La prière d’action de grâces naît de tout événement et demande. Enfin la prière de louange chante Dieu pour lui-même.

Il faut mentionner aussi les dévotions qui entrent dans les catégories ci-dessus : chapelets, neuvaines, processions, pèlerinages…
Les prières d’exorcisme, les prières de libération sont des prières de demande plus spécifiques adressées à Dieu pour éloigner de personnes ou d’objets le démon ou sa présence maléfique. Les premières sont réservées aux prêtres munis des pouvoirs reçus de l’évêque du lieu.

Faut-il toujours s’adresser à la Sainte Vierge Marie pour adresser ses demandes à Jésus ?

En soi non, il est tout à fait possible de s’adresser directement au Seigneur dans la prière. Néanmoins, il faut remarquer que Jésus a voulu venir à nous par Marie. Au pied de la Croix, il a remis Marie à la garde de Jean et l’apôtre à Marie (Jn 19,26-27). Marie est pour tous celle qui a donné Jésus. Il est dans l’ordre des choses qu’aujourd’hui encore elle nous le donne. Mettons-nous donc à l’école de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort et allons à Dieu par un chemin sûr, par Marie.

Vous êtes un professionnel de la prière, si je peux m’exprimer ainsi, quels conseils pouvez- vous nous donner pour mieux prier et se mettre en présence de Dieu ?

Je n’oserais pas me présenter comme un professionnel de la prière, plutôt comme un pauvre qui essaie tant bien que mal de prier et qui ne sait pas s’il y arrive quelques fois. Il y a quelques années, je vous aurais donné comme conseil pour débuter la prière de tourner le regard vers Dieu. Aujourd’hui je dirais : faire silence en notre cœur et écouter le Seigneur prononcer notre nom et nous dire son amour. Alors il ne reste plus qu’à Lui répondre et c’est cela la prière. Disons pour finir qu’un des effets de la prière est la joie, joie d’être avec Dieu.


Bibliographie – Pour aller plus loin :

  • –  « La prière chrétienne », 4ème partie – Catéchisme de l’Eglise Catholique – Edition Mame/Plon
  • –  « Dieu ou rien » pages 299 à 309 – Cardinal Robert Sarah –Editions Fayard
  • –  « Traité de la vraie dévotion » – Louis-Marie Grignion de Montfort – Editions Pierre Tequi