VIDÉOFORMATION NDC N°50: LA CATHÉDRALE DE CHARTRES ET LE VOILE DE LA TRÈS SAINTE VIERGE

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec Mgr Michel Pansard, 
évêque du diocèse de Chartres

La cathédrale de Chartres et le voile de la Très Sainte Vierge

 A quand remonte la cathédrale que nous voyons aujourd’hui?

La cathédrale gothique a été construite au 13ème siècle mais cette cathédrale gothique est la cinquième ou sixième cathédrale au même endroit. La cathédrale gothique a été bâtie à la place de la cathédrale romane du 11ème siècle qui avait la même surface au sol. L’église basse ou la crypte de la cathédrale romane a été construite dans les années 1024 par l’évêque Fulbert. On peut percevoir dans la crypte Saint Lubin l’empilement des différentes cathédrales. La cathédrale mérovingienne précédant la cathédrale romane ne devait occuper que la surface du chœur de l’actuelle cathédrale.

Depuis les origines, du fait d’incendies, de destructions, d’invasions ou des besoins d’agrandissement, ce sont ainsi 5 ou 6 cathédrales successives qui ont été construites.

Est-il possible de dater l’arrivée du christianisme à Chartres?

Le christianisme arrive ici au IVème siècle. Chartres, autrefois appelée Autricum, une cité des Carnutes, est au carrefour de 2 voies romaines, son évangélisation est contemporaine de saint Martin de Tours.
La première communauté chrétienne avec son évêque a du commencer à construire une première église qui, avec le temps, s’est avérée trop petite puis, au fil des époques, certains ont voulu changer de style pour ainsi passer du roman au gothique.

Cela fait apparaître que l’Église est vivante et qu’elle ne cesse de grandir, pas simplement avec les pierres de Berchères mais aussi avec ces pierres vivantes que nous sommes tous puisqu’une cathédrale est toujours une image de l’Église.

Comment le voile de la Très Sainte Vierge est-il parvenu à Chartres ?

Cette relique a été donnée en 876 par le petit-fils de Charlemagne : Charles le Chauve. Charlemagne avait reçu cette relique avec d’autres reliques en remerciement de l’aide qu’il a apportée à Constantinople. Il les dépose à Aix-la-Chapelle et son petit-fils Charles le Chauve donne cette relique à Chartres. Depuis cette relique n’a jamais quitté la cathédrale de Chartres sauf une fois pendant la dernière guerre où elle avait été mise à l’abri à Lourdes.

Pourquoi Charles le Chauve a-t-il choisi de donner cette relique à Chartres ?

Parce que pour un roi ou pour un empereur la question de sa descendance et donc de la succession est importante. Charles le Chauve avait plusieurs enfants mais il les voit mourir les uns après les autres. C’est certainement un des éléments qui intervient dans le don de cette relique.

Pourquoi Chartres ? Ce n’était pas à ce moment-là le lieu le plus réputé, le plus renommé. L’existence d’une dévotion mariale à Chartres, en particulier à la Vierge qui enfante, en est vraisemblablement l’explication.

Depuis ce don fait à la cathédrale, cette relique est devenue d’une grande vénération.page1image2616041648

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur cette relique exceptionnelle ?

C’est une relique que l’on appelle de contact (que nous portons en procession le 15 août) puisque, le tombeau de la Vierge Marie est vide et qu’à sa mort elle a été entraînée corps et dans la gloire de son Fils.
C’est un voile qui faisait à peu près 5 m de long comme un voile antique, qui passe au-dessus de la tête, sur l’épaule et sur le bras. Pendant des siècles cette relique a été désignée comme la tunique ou la chemise de la Vierge, on savait que c’était un vêtement de la mère du Seigneur mais on ne la voyait pas comme nous la voyons aujourd’hui. Elle était enroulée dans un tube enveloppé d’un tissu qui venait de Byzance qu’on appelle le tissu de l’impératrice Irène et mise dans un coffre en bois recouvert d’or et de pierres précieuses déposé dans le pourtour du choeur. Lors de la révolution française, le reliquaire est pillé, le voile découpé. Il reste aujourd’hui un morceau de 2 mètres dans la monstrance dans la chapelle du voile.

La tradition chartraine dit que la sainte Vierge Marie aurait porté ce vêtement lors de l’Annonciation ou la Nativité. C’est un signe de la présence de Marie pour nous. C’est aussi le linge que l’enfant Jésus a touché. Cette relique nous rappelle à la fois la maternité de Marie, sa tendresse maternelle et la proximité de son Fils Jésus, homme véritable, Dieu véritable.

Chartres est un lieu de pèlerinage depuis très longtemps. Est-ce dû à la présence du voile de la sainte Vierge Marie ?

L’arrivée de la relique a sans doute aussi développé des pèlerinages mais au Moyen Âge, les éléments historiques que nous avons ne font pas de Chartres un lieu de grand pèlerinage comme Compostelle ou comme Rome ou Le Puy. Une grande période de pèlerinages à Chartres se déroule surtout au cours du 19e siècle et début du 20eme avec la dévotion mariale qui se manifeste à cette époque.

Les pèlerins venaient avec quels types de demandes ?

Il est très difficile de savoir ce qui se passe au fond des cœurs mais on sait, grâce à un certain nombre de récits, qu’il y a principalement deux types de demandes ou de prières d’intercession faites à la Vierge Marie:

– avoir un enfant ou que l’enfantement se passe bien. Un certain nombre de rois et de reines de France, ainsi que de nombreux humbles fidèles, sont venus pour cela à Chartres demander d’avoir une descendance. Une tradition de consacrer les nouveaux nés à Notre Dame de Chartres s’y est développée.

– bénéficier d’une protection pour ceux qui allaient avoir à combattre. Ceux qui allaient guerroyer se faisaient faire une chemise et la déposaient sous le reliquaire du voile de la Vierge avant qu’ils ne la revêtent pour être protégés.


Bibliographie – Pour aller plus loin :

– « Chartres, la Grâce d’une Cathédrale » – Sous la direction de Mgr Michel Pansard – Editions Place Victoires/NuéeBleue

– « Notre-Dame de Chartres et de France : le voile de la Vierge et autres merveilles » Hervé Pinoteau – Editions F.-X. de Guilbert