VIDÉOFORMATION NDC N°67: APPARITIONS ET INTERVENTIONS DE SAINT JOSEPH

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec Anne Bernet, historienne

Apparitions et interventions de saint Joseph Connaît-on des apparitions de saint Joseph ?

Saint Joseph est apparu beaucoup moins que son épouse. Il y a au moins une grande apparition en France, c’est celle de Cotignac en Provence qui présente la particularité d’avoir eu 2 séries d’apparitions :

  • –  Le 10 et 11 août 1519, Jean de La Baume a eu deux apparitions de la Vierge Marie qui lui demande la construction d’une église à Cotignac.
  • –  Le 7 juin 1660, sur le Mont Bessillon, un jeune berger Gaspard Ricard faisait paître ses moutons par une intense chaleur. Épuisé de soif il s’allongea sur le sol brûlant et voici qu’un homme d’imposante stature se tint soudain là près de lui et lui indiqua un rocher en lui disant : « Je suis Joseph, enlève-le et tu boiras »

Existe-t-il d’autres apparitions de saint Joseph ?Oui, il existe hors de France d’autres apparitions de saint Joseph mais totalement silencieuses.

  • L’apparition de Knock Shrine, à la tombée du soir. Le 21 août 1879, la Vierge Marie, saint Joseph saint Jean (l’évangéliste) et Jésus sous la forme d’un agneau sont apparus sur le pignon sud de l’église communale de Knock. Cette apparition totalement silencieuse va durer près de trois heures et sera très largement contemplée par pratiquement toute la population. C’est devenu le le très grand sanctuaire marial d’Irlande Knock Shrine considéré comme le Lourdes irlandais.
  • La dernière apparition de Fatima le 13 octobre 1917 où pendant le grand miracle solaire, saint Joseph apparaît aux enfants. Il faut savoir que les trois petits voyants ne vont pas voir le miracle solaire, la danse du soleil. Ils ne la contempleront pas car ils sont absorbés dans une autre série d’apparitions. Notre-Dame leur avait promis dès le mois de juillet que saint Joseph et l’enfant Jésus viendraient les bénir effectivement pendant la danse du soleil. François, Jacinthe et Lucie voient saint Joseph tenant l’enfant Jésus dans ses bras qui bénit la foule, puis ils voient Notre- Dame des sept douleurs et Notre-Dame du Mont Carmel.
  • Enfin, signalons une apparition non reconnue par l’Église assez troublante : la fameuse histoire de Santa Fe dans l’état du Nouveau Mexique aux Etats-Unis. Un petit couvent n’avait pas les moyens de faire fabriquer l’escalier qui mène à la tribune de leur chapelle (construite en 1873). Les religieuses n’ont pas d’argent, elles prient saint Joseph, comme leur aurait conseillé sainte Thérèse d’Avila : il faut prier saint Joseph dans les grandes nécessités de la vie tout en sachant que saint Joseph exauce toujours. Alors qu’elles sont totalement désespérées, le dernier jour de leur neuvaine, un menuisier se présente avec un âne et leur dit : « mes sœurs, je peux vous faire ce travail si vous souhaitez pour le prix nous nous arrangerons. » Effectivement ce mystérieux artisan va réaliser un escalier d’une splendeur inusitée.

Pourquoi l’escalier de Santa Fé est-il particulier ?

Il a la particularité de n’être pratiquement pas fixé, il est d’une forme extraordinaire et n’a que deux points d’appui, il est pratiquement fixé sur le vide. D’un point de vue purement technique cet escalier ne peut pas tenir. Or il tient depuis maintenant 130 ou 140 ans. Il a 33 marches comme la Santa Scala à Rome, l’âge qu’avait le Christ à sa mort.

3 mystères demeurent dans cette histoire du « Miracle de l’Escalier » de saint Joseph :

  1. Le premier : est l’identité de ce charpentier toujours inconnue.
  2. Le second : tous les architectes, ingénieurs et scientifiques ne comprennent pas comment cetescalier de deux tours complets (2 x 360°) sur 6,71 mètres peut s’équilibrer et tenir sanssupport central.
  3. Et le troisième : d’où provient le bois qui a servi à sa construction ? Il est imputrescible,d’une essence qu’on a du mal à identifier, qui en tout cas n’est pas de la région.

Il est apparu très vite aux sœurs que le mystérieux artisan qui s’en alla sans présenter sa facture ne pouvait être que saint Joseph lui-même qui avait réalisé un travail hors du commun.

Saint Joseph c’est le saint du silence mais d’un silence agissant. Joseph ne parle pas à tort et à travers, il ne bavarde pas. Il est silencieux mais en même temps il est celui qui est prompt à obéir : lève-toi, n’hésite pas, prends l’enfant et sa mère et part. Joseph obéit quelles que soient les difficultés qui s’ouvrent devant lui. Joseph est celui qui obéit, celui qui se tait, en quoi il est le bon serviteur et c’est bien sous ce titre que l’Église l’honore. Il est le serviteur parfait, celui à qui le maître donne tout pouvoir sur ses biens


Bibliographie – Pour aller plus loin :

– « Saint Joseph, époux de Marie » – Editions Traditions Monastiques.