VIDÉOFORMATION NDC N°68: VIRIL ET CHRÉTIEN, EST-CE POSSIBLE?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec le Père Michel, 
Chanoine Régulier de la Mère de Dieu et sous-prieur de l’abbaye de Lagrasse

« Viril et chrétien, est-ce encore possible ? »

Saint Joseph est souvent cité comme modèle pour les pères de famille donc des hommes. Ma 1ère question est simple est-ce qu’on devient un homme ou est-ce qu’on est un homme ?

Au fondement de la vérité de notre être, il y a quelque chose de reçu et non de choisi. Je ne suis pas un ange, pas un pur esprit, je dois tenir compte de ce que je trouve dans mon corps pour devenir pleinement épanoui.
Dieu nous donne d’être ce que nous sommes : homme ou femme. 
Mais il me laisse aussi ma part, il veut que je devienne ce qu’Il m’a donné d’être.

Qu’est-ce que cela veut dire être un homme ?

L’homme est un serviteur, un protecteur et un père.
Regardons ce que nous trouvons dans notre nature corporelle, psychologique d’homme, de garçon :

  • D’abord, une certaine force. Pour que ma force musculaire devienne une vraie qualité, une vertu,une excellence, je dois en faire l’occasion d’être un vrai service.
  • Mais l’homme trouve aussi en lui une tendance à la domination, il aime bien maîtriser et celapeut devenir l’occasion d’une paresse dominatrice. Je dois en faire une vraie générosité pour devenir le protecteur du plus faible : l’homme courtois, l’homme qui met en valeur et qui respecte la femme et l’enfant.
  • L’homme trouve enfin en lui le sens du challenge, de la compétition. Il doit le transformer pour faire grandir en lui le sens de l’autorité. Étymologiquement : c’est la qualité de celui qui fait grandir les autres. L’homme est pleinement homme quand il devient père, qu’il conforte les plus faibles, les faire grandir, en fait d’autres hommes.

En quoi consiste le rôle de l’époux ou des maris vis-à-vis de leur épouse ?

Répondons avec saint Paul : « Maris aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Église. » Comment le Christ a aimé l’Église ? En se donnant jusqu’à la mort sur la Croix. Vous voulez être un époux heureux ? Aimez votre épouse jusqu’à la mort sur la Croix, c’est un beau programme !
S’il commence par sourire, se faire aimant, se faire le serviteur de son épouse, il sera heureux. Alors concrètement ? Il lui racontera sa journée parce qu’il sait qu’elle a besoin de communier avec lui. Ce qu’il a senti, ses joies, ses peines, ses peurs, ses tristesses, il va rentrer en communion avec elle. C’est le petit héroïsme du quotidien qui fait qu’en aimant l’autre tel qu’il a besoin d’être aimé, on est heureux parce que vraiment on se donne.Une recette : Tous les soirs demandez à votre épouse : que puis-je faire demain pour te rendre heureuse ?

Finalement si on se résume, c’est quoi être épanoui et heureux comme époux ?

Soyons concret : un époux heureux est un époux qui prie.
Un époux heureux est un époux qui offre toute sa virilité à son épouse et qui, du coup, reçoit de son épouse ce qu’elle est : sa féminité.
Depuis le péché originel, il y a une blessure dans le cœur de l’homme, c’est la peur de ne pas être à la hauteur. Il peut la cacher en sur-jouant le caïd mais au fond de lui il se dit : vais-je y arriver ? Pour vaincre sa peur, il a besoin de la femme. Il a besoin du regard d’une femme qui l’admire, qui lui fasse confiance, qui se repose sur lui.
Dans le cœur de la femme il y a aussi une blessure, la peur d’être seule, la peur de ne pas être comprise. L’homme qui veut être épanoui comme époux doit pouvoir dire à son épouse : je te comprends, je te rejoins, tu n’es pas seule tu peux t’appuyer sur moi.

Je vais t’apporter de la stabilité, de la protection. Je suis le roc sur lequel tu peux t’appuyer. En retour, sa femme peut l’ouvrir à la profondeur, la douceur, la spiritualité.

On vient de parler de l’époux, comment devenir un époux épanoui et heureux ? Vous avez parlé aussi de la virilité. Pourquoi cette qualité est importante chez l’époux ?

La première charité à faire à une épouse est de lui offrir un homme viril. Attention ! Viril ne veut pas dire brutal. La virilité est une force morale stable qui apporte protection, sécurité à une épouse qui en a besoin. Dieu nous a donné des qualités viriles pour que nous soyons des saints virils. C’est peut-être pour cela que aujourd’hui la virilité est particulièrement attaquée. Le démon est furieux quand un homme et une femme s’apportent ce qu’ils sont dans la charité. Finalement, une femme ne peut être vraiment femme que si elle est confortée par le regard d’un homme. Un homme ne peut être vraiment homme que s’il est admiré par le regard d’une femme. Ils ont besoin l’un de l’autre. Nous avons besoin les uns des autres. Dieu nous a fait ainsi. Il a fait que nous ayons besoin de la charité les uns des autres.

En quoi Saint-Joseph constitue un modèle de sainteté pour les pères de famille ?

On pourrait croire que le modèle de sainteté masculine est une virilité un peu agressive et caricaturale. On confond souvent virilité et testostérone. La virilité ne consiste pas en une question de masse musculaire, de voix grave ou de barbe fournie. La virilité c’est d’abord une force morale. Un homme peut être parfaitement viril en étant poète intuitif et sensible.

Saint Joseph nous montre ce qu’est la virilité. Quelles sont ses qualités ?

  •  Une disponibilité pour le service. Saint Joseph, c’est l’homme à qui on dit : prends chez toi Marie ton épouse, il le fait. Il ne discute pas. C’est l’homme à qui on dit : prends l’enfant et sa mère et part en Égypte et il le fait. C’est l’homme d’action, serviteur
  •  Dans la Sainte Famille (Jésus Marie Joseph) qui est le chef ? C’est saint Joseph. Eh bien c’est le moins saint des trois. Saint-Joseph apprend aux hommes que, s’ils ont une autorité à exercer, s’ils sont chefs, ce n’est pas parce qu’ils sont meilleurs, c’est même le contraire. Saint-Joseph est le chef de la Sainte-Famille parce que c’est le moins saint des trois et qu’il met tout ce qu’il est simplement au service de la sainteté de l’Immaculée Conception et de la sainteté du Verbe fait chair.
  • Saint-Joseph est un homme dont nous ne connaissons aucune parole, c’est le silencieux. Dans l’Évangile, il n’y a aucune parole de lui ! Saint Joseph est l’homme de la foi qui ne discute pas. C’est l’homme de la foi silencieuse, qui fait confiance à la volonté de Dieu. Saint Joseph dit : « oui », il accepte, il assume. Il apprend aux hommes le sens de l’adoration, de la confiance silencieuse en Dieu.

Finalement un homme développe sa virilité d’abord en se mettant à genoux devant le Saint- Sacrement et en disant : oui, mon Dieu, vous me faites confiance, je vais agir, je vais servir, je vais protéger, je vais commander, non pas parce que je suis meilleur mais parce que vous me le demandez et que je vous fais confiance.


Bibliographie – Pour aller plus loin :

  • –  J Elredge, Indomptable, le secret de l’âme masculine, Farel éditeurs
  • –  J B Stenson, Le rôle décisif du père, Le Laurier
  • –  J Chouvet, On ne naît pas père, on le devient, Editions Emmanuel
  • –  G Courtois, L’éducation de la volonté, Le Laurier
  • –  C Delsol et M Steffens, Le nouvel âge des pères, Cerf