VIDÉOFORMATION NDC N°86: POURQUOI PRIER LE CHAPELET, LE ROSAIRE?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec le Père Ceslas-Marie, prêtre de la Fraternité Saint Vincent Ferrier du couvent de Chémeré

« Pourquoi prier le Rosaire ? » Priez le Rosaire est-ce bien raisonnable ?

Vous savez que le Christ nous a laissé une boussole très sûre pour nous indiquer le chemin du salut. Cette boussole c’est le Magistère, c’est-à-dire le pape et les évêques qui lui sont unis.
« Qui vous écoute, m’écoute » dit Jésus à ses apôtres dont les évêques sont les successeurs.
À travers la voix du magistère lorsqu’il déclare ou explique le contenu de la Révélation, c’est la voix même de Dieu que nous entendons.

Or c’est un fait qu’aucune autre prière que le Rosaire n’a reçu autant d’approbation et d’exhortations pontificales à être priée.
Depuis Sixte IV qui reconnut en 1478 l’une des premières confréries du Rosaire et qui accorda des indulgences à la prière du Rosaire, jusqu’à nos jours, les papes n’ont cessé d’exhorter le peuple chrétien à prier le Rosaire.

Le grand pape Léon XIII a écrit pas moins de 16 documents sur le Rosaire dont 12 encycliques ! Saint Jean-Paul II, qui a écrit la très belle exhortation apostolique Rosarium Virginis, disait que le Rosaire était sa prière préférée.

Le code de droit canon actuel recommande la prière du chapelet. Assurément la loi de l’Église ne peut pas prescrire sur un point important quelque chose de déraisonnable et d’absurde.

A travers la voix de ses vicaires, le Christ nous fait savoir de façon certaine qu’il veut que nous priions le chapelet.

Mais est-ce là les seules raisons en faveur de la prière du Rosaire ?

Non, l’invitation pressante des papes à prier le Rosaire n’est pas la seule raison que nous avons de le faire.

En effet vous savez que les saints sont aussi pour nous des exemples précieux de ce que nous devons faire.

Les saints sont des images vivantes du Christ. Ils se sont laissés envahir par l’Esprit de Dieu et leur vie nous révèle ce qu’il convient de faire.

Or nous ne pouvons que constater combien les saints ont été attentifs à prier le chapelet.

Saint François de Sales le disait tous les jours avec grande dévotion. Il lui fallait une heure pour le réciter, tant il tenait à bien le dire.
Saint Louis-Marie Grignon de Montfort, grand apôtre du Rosaire, ne cessait d’égrainer son chapelet et promettait le salut à tous ceux qui diraient tous les jours un Rosaire.

Sainte Bernadette Soubirous est devenue la grande sainte que nous connaissons par la prière du Rosaire, seule prière qu’elle arrivait à dire.
Le Padre Pio disait, aux dires de ses biographes, 15 chapelets par jours, soit 5 Rosaires tous les jours !

L’exemple de ces grands amis de Dieu nous est donné pour que nous priions nous aussi le chapelet quotidiennement.

Quid des appels que Notre Dame nous a adressés dans certaines de ses apparitions pour nous demander de prier le chapelet ?

C’est un argument très fort en faveur de la prière du Rosaire.

Si la voix des papes, si l’exemple des saints n’étaient pas suffisamment éloquents pour nous, le ciel lui-même a tenu à venir au secours de notre manque d’intelligence et nous mettre les points sur les i quant à la prière du Rosaire.

À Lourdes, la Vierge apparaît un chapelet autour du bras et le prie avec Bernadette pour nous rappeler combien Dieu veut que nous priions le chapelet.

Mais c’est surtout à Fatima en 1917 que le ciel nous a lancé l’appel le plus fort en faveur de la prière du Rosaire.

Cet appel de Fatima est d’autant plus remarquable que cette apparition est sans doute parmi les 17 grandes apparitions mariales reconnues, la plus importante en raison de son contenu doctrinal, prophétique, et des miracles qui l’ont accompagnée.

Or à Fatima au cours de chacune de ses six apparitions, qui s’échelonnent entre le mois de mai et d’octobre, la Vierge répète à chaque fois une même parole aux voyants : « priez tous les jours le chapelet ».
Lorsque la Sainte Vierge se répète, c’est qu’elle veut attirer notre attention sur l’importance de ce qu’elle dit.

Et d’ailleurs vous savez qu’à Fatima Notre Dame se présente comme Notre Dame du Rosaire. On peut dire que le Rosaire est au cœur de la plus importante apparition mariale.

Pouvait-on imaginer caution plus forte en faveur du Rosaire ?

Pourquoi donc est-il bénéfique de prier le chapelet ? Quelles sont les raisons qui font la valeur de cette prière ?

Le grand désir de Dieu c’est que nous devenions des saints.
Si Dieu nous invite si fortement à prier le chapelet c’est que c’est un moyen hors pair de devenir des saints.

Alors pourquoi la prière du chapelet est-elle un moyen hors pair de sanctification ?

Car en priant le chapelet nous nous mettons à l’école de Marie pour contempler Jésus c’est-à-dire pour Le connaître et L’aimer.

Or il n’y a pas de meilleure école que la Sainte Vierge pour connaître et aimer Jésus.

En effet aucune créature ne connait mieux Jésus que Marie car elle est sa Mère. La sagesse populaire le sait bien qui dit : « je le connais comme si je l’avais fait ».

Et bien lorsque nous prions le Rosaire, Marie nous transmet sa science incomparable du Christ-Jésus pour que nous puissions à notre tour Le connaître et L’aimer de tout notre cœur.

Le Rosaire est donc une prière éminemment contemplative.

Le Rosaire est aussi une surpuissante prière d’intercession, car elle est la prière de Marie elle-même. Lorsque nous prions le chapelet la sainte Vierge présente elle-même nos demandes au bon Dieu.
Or le bon Dieu ne refuse rien à celle qui ne lui a rien refusé ici-bas.
L’histoire de l’Église regorge de faits qui nous montrent la puissance de cette prière.

Quelques exemples de ces grâces obtenues par la prière du Rosaire ?

Déjà vous savez qu’à l’origine de la fête du Rosaire, qui se célèbre le 7 octobre, il y a l’inespérée victoire navale de Lépante, remportée en 1571 par la flotte chrétienne sur l’invincible flotte turque.

Mais en fait l’histoire est ponctuée des victoires obtenues par la prière du Rosaire.

Vienne en 1683, assiégée par 250.000 Turcs, est délivrée aussi grâce à la prière du Rosaire.

Louis XIII était tellement persuadé que la libération de La Rochelle, occupée par l’hérésie protestante, était une victoire du Rosaire, qu’il tint à faire entrer en tête dans la ville libérée les dominicains portant la bannière de Notre Dame du Rosaire.

La paix de 1918 est un fruit de la prière du Rosaire d’après ce que nous a dit ND à Fatima.

Outre ces grandes grâces qui intéressent toute la société, le Rosaire est aussi source de grâce pour les familles, notamment pour obtenir la paix dans les familles.

La famille Burus en fit l’expérience frappante.
En 2001 le torchon brûle entre Monsieur et Madame. Devant l’imminence de la rupture, Régis et Nicole se décident à tenter une dernière chance pour sauver leur couple. Ils vont faire un pèlerinage à Lourdes. Alors qu’ils font le chemin de croix ensemble, ils entendent simultanément dans leur cœur une parole de ND qui leur dit : « je guérirai votre couple. Cela me ferait plaisir que vous priiez le Rosaire ».
Et bien depuis Régis et Nicole prient tous les jours le Rosaire et leur vie s’est complètement transformée.

Le grand pape saint Pie X disait : « la prière du Rosaire est de toutes les prières la plus belle, la plus riche de grâces et celle qui touche le plus le cœur de la Mère de Dieu. Si vous voulez que la paix règne dans vos familles, récitez-y le chapelet en commun »

Enfin la prière du Rosaire a permis des résistances et des survies incroyables de la foi.

A la fin du XVIe siècle éclate au Japon une terrible persécution contre le christianisme. Les prêtres sont tous massacrés, de nombreux fidèles sont martyrisés et le Japon ferme ses frontières pour éviter toute pénétration étrangère. Parallèlement à cela, une police religieuse extrêmement vigilante veille à ce que la mauvaise herbe du christianisme ne puisse survivre.

Durant 250 ans le Japon va ainsi rester en vase clos.
En Occident on se demandait s’il subsistait des chrétiens dans l’île du Soleil Levant.

Et bien quelques temps après la réouverture des frontières, le 17 mars 1865 très précisément, le père Petitjean, des MEP, est abordé par d’étranges visiteurs dans son église de Nagasaki qu’il vient de fonder : ce sont les descendants autochtones des chrétiens du XVIe siècle.
Durant 250 ans les chrétiens du Japon ont vécu dans la clandestinité sans le moindre secours de prêtre.

Et comment croyez-vous que leur foi s’est maintenue dans des conditions aussi dramatiques ? Par la prière du Rosaire.
Alors prions le chapelet car c’est vraiment la chaîne qui nous hisse vers le ciel.


Bibliographie – Pour aller plus loin :

  • –  Sur le site de Notre-Dame de Chrétienté : www.nd-chretiente.com : de nombreux chapelets médités sont à votre disposition dans la rubrique « formation » puis « dossiers de formation doctrinale » puis « articles par thème ».
  • –  « Rosarium virginae » – saint Jean-Paul II – 16 octobre 2002 – Éditions Pierre Téqui
  • –  « Le Rosaire dans l’enseignement des Papes » Editions Solesmes
  • –  « Le secret du Rosaire » – saint Louis-Marie Grignon de Montfort – Éditions Traditions Monastiques