VIDÉOFORMATION NDC N°93: QU’EST-CE QU’UN ANGE?

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Entretien avec le TRP Serge-Thomas Bonino, Dominicain, Secrétaire Général de la Commission Théologique Internationale, Président de l’Université Pontificale Saint Thomas d’Aquin

Qu’est-ce qu’un ange ?

C’est d’abord un être réel, non pas simplement un symbole, non pas une image, mais c’est un sujet qui exerce l’existence, un sujet qui a des opérations, des activités : des activités de connaissance, des activités d’amour. Ce sujet est une créature, c’est-à-dire qu’il dépend quant à son existence, de Dieu. Les anges n’existent que dans la dépendance de Dieu. L’ange est une créature immatérielle c’est-à-dire qui n’a pas en elle-même la matière, la corporéité, tout ce qui est si caractéristique de l’être humain.

Comment connaissons-nous l’existence des anges ?

Avant toute chose, par la Révélation, c’est-à-dire la Bible. La parole de Dieu nous présente à plusieurs reprises des personnages angéliques qui exercent un certain nombre d’actions et jouent un rôle dans l’histoire du salut. L’Église, en lisant l’écriture avec l’autorité qui est la sienne, en est venue à affirmer l’existence de ces créatures spirituelles qui sont des réalités qui interviennent dans l’histoire des hommes, dans leur relation avec Dieu.

Les anciens pensaient que l’existence des anges était absolument nécessaire pour expliquer la marche du cosmos. Les anges meuvent les étoiles, les anges expliquent les mouvements qui se produisent dans les cieux. Aujourd’hui on est un peu revenu sur cette idée, mais en philosophie, lorsqu’on réfléchit sur le sens de la Création, le fait que Dieu ait voulu appeler le plus d’êtres possibles à manifester sa gloire, à rayonner sa bonté, on se dit qu’il y a de fortes probabilités, au simple plan rationnel, que la Création ne se limite pas au monde matériel, au monde corporel. Elle est beaucoup plus vaste, beaucoup plus large, elle inclut tout ce monde merveilleux des anges.

Quelle est l’apparence et la localisation des anges ?

Un être spirituel, par définition, n’est pas localisé. Il ne peut pas être enfermé dans l’espace. Mais on dit d’ordinaire en théologie, que les êtres spirituels sont présents là où ils agissent. Par conséquent, là où l’ange agit, il est présent. Si l’ange gardien agit sur son protégé, par exemple pour lui faire concevoir une bonne pensée, il est présent auprès de son protégé.

Les apparences, par définition, sont liées à la corporéité. Seul un être corporel peut se manifester aux yeux de chair. Cela dit, comment expliquer les apparitions angéliques ?

On peut :
– soit parler de modification dans le psychisme de la personne qui voit : il n’y a pas de réalité extérieure qui se manifeste, mais l’ange agit dans notre esprit pour nous faire concevoir certaines choses, pour nous faire voir certaines choses.
– soit, et on ne peut pas l’exclure, l’ange se façonne une sorte de corps qui n’est pas un corps vivant mais une réalité matérielle qui est comme le sacrement de sa présence.

Est-il simpliste de dire que les bons anges se situent dans le ciel et les mauvais anges dans les tréfonds de la terre ?

Le ciel désigne le monde de Dieu. Les anges qui voient sans cesse la face du Père sont aux Cieux, même s’ils agissent aussi sur la terre.

L’enfer renvoie une représentation ancienne où on considérait que ce qui se trouve sous la terre est le monde du mal. Les démons sont éloignés de Dieu, ils sont en quelque sorte enchaînés, emprisonnés dans ce monde souterrain, dans cet enfer.

Combien existe-t-il d’anges ?

C’est évidemment difficile à déterminer. L’Écriture Sainte nous parle de myriades de myriades.

« Puis je vis, et j’entendis autour du trône, autour des animaux et des vieillards, la voix d’une multitude d’anges, et leur nombre était des myriades et des milliers de milliers. » Apocalypse 5,11

Quelle est la proportion des anges mauvais par rapport aux anges bons ?

Il y a un texte de l’Apocalypse auquel il est souvent fait référence :

« On vit un grand dragon rouge ayant sept têtes et dix cornes, sept diadèmes ; de sa queue il entraînait le tiers des étoiles du ciel, et il les jeta sur la terre. » Apocalypse 12,3

Les Pères de l’Église ont dit que c’est peut-être une allusion à la proportion d’anges mauvais c’est-à-dire un tiers par rapport à la totalité des anges. Mais jamais l’Église ne s’est engagée de manière ferme sur cette question. On dit simplement que l’exemple de la révolte de Satan a eu un effet négatif, et a provoqué chez d’autres anges cette chute. Saint Thomas, qui est d’un naturel assez optimiste, dit que la proportion des anges bons est infiniment supérieure à celle des anges mauvais.

La tradition nous apprend qu’il existe des ordres et 9 chœurs d’anges. Pouvez-vous nous éclairer ?

La première chose à comprendre c’est que chaque ange est absolument unique. Chaque ange est une espèce à lui tout seul nous dit saint Thomas d’Aquin. Qu’est-ce que ça veut dire ? Ça veut dire que, par exemple, la différence entre l’ange Gabriel et l’ange Raphaël ressemble à la différence entre les chiens et les chats et non à la différence entre deux individus de la même espèce C’est une différence d’espèces, donc chaque ange est absolument unique.

L’Écriture Sainte énumère un certain nombre de créatures angéliques : les chérubins, les séraphins, les trônes, les puissances. La théologie postérieure a essayé de mettre un peu d’ordre entre ces catégories et a reconstitué un système en trois hiérarchies, neuf ordres, sous l’influence d’une philosophie néoplatonicienne christianisée. On trouve essentiellement ces informations dans les œuvres de Denis l’Aréopagite, spécialement son ouvrage qui s’appelle la Hiérarchie Céleste, qui contient une description du monde angélique.


Bibliographie – Pour aller plus loin :

– Catéchisme des Anges – Dom Gérard – Éditions sainte Madeleine
– Catéchisme de l’Église Catholique (n°328 à 335) – Éditions Mame/Plon – Petit catéchisme sur les anges – Dom Vonier – Éditions Bénédictines.