Vocation des personnes, vocation des nations

Partager sur print
Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
logo-ndc-bleu-512px

Vocation des personnes

Je souffre d’avoir l’âme assez élevée pour comprendre ce qu’il me faudrait être et de ne pas avoir le caractère assez ferme et trempé pour réaliser la conception que j’ai eue de la vie que je dois mener.

Maréchal Lyautey

L’amour commence à la maison.

Si le monde aujourd’hui connaît un tel désordre et une telle souffrance, cela me semble dû à une carence de l’amour au foyer et dans la vie de famille. Nous n’avons pas de temps pour nos propres enfants, nous n’avons pas de temps l’un pour l’autre : nous n’avons pas le temps de nous savourer mutuellement.
Si nous pouvions seulement faire passer dans notre vie celle que Jésus, Marie et Joseph vivaient à Nazareth, si nous pouvions faire de nos maisons un autre Nazareth, je crois que dans le monde régneraient la paix et la joie.

Imitation du Christ.

Le travail pour le travail, tel est le danger qui toujours nous menace. C’est là que le respect et l’amour et la piété interviennent, pour que nous adressions notre travail à Dieu, au Christ ; et voilà pourquoi nous essayons de le faire aussi bellement qu’il est possible.
Les Chrétiens sont comme de la lumière pour les autres… pour ceux du monde . Si nous sommes chrétiens nous devons ressembler au Christ.

Mère Térésa

« Je pensais que j’étais née pour la gloire et cherchais le moyen d’y parvenir. Le bon Dieu (…) me fit comprendre que ma gloire à moi ne paraîtrait pas aux yeux des mortels, qu’elle consisterait à devenir une grande Sainte !!! Ce désir pourrait sembler téméraire si l’on considère combien j’étais faible et imparfaite et combien je le suis encore après sept années passées en religion, cependant je sens toujours la même confiance audacieuse de devenir une grande Sainte, car je ne compte pas sur mes mérites, n’en ayant aucun, mais j’espère en Celui qui est la Vertu, la Sainteté même ».

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus
Histoire d’une âme

Que la vie est quelque chose de sérieux : chaque minute nous est donnée pour nous « enraciner » plus en Dieu, selon l’expression de Saint Paul, pour que la ressemblance avec notre divin Modèle soit plus frappante, l’union plus intime.

Bienheureuse Elisabeth de la Trinité

Nous venons de Dieu et nous retournons vers Dieu ; notre véritable vocation, notre fin, n’est pas uniquement dans un parfait développement de notre nature humaine, accompagné d’une teinte surnaturelle qui nous ferait enfant de Dieu mais de loin, et serait destiné à assurer un certain équilibre, un certain bonheur à notre nature humaine. Non : la vocation divine que Dieu nous a donnée, de par la grâce et la filiation divine qu’elle nous assure, c’est de retourner en Dieu.
C’est là notre fin, c’est là le bonheur du Ciel : non pas seulement voir Dieu de loin, mais être Dieu par participation, faire les opérations de connaissance et d’amour qui sont les opérations du Verbe et, de cette façon, partager le bonheur et la vie du Verbe. En d’autres termes : entrer avec lui comme acteur et non pas seulement comme spectateur, dans le rythme de la vie trinitaire, partager le bonheur de Dieu lui-même, en partageant celui du Verbe incarné.

Père Marie-Eugène de l’Enfant-Jésus
Partager la vie de Dieu

Prenons garde ! La vie ne nous est donnée que pour des choses très solennelles et très saintes, la vie ne nous est donnée que pour avancer sans cesse du côté de Dieu

Dom Romain Banquet

« Un chrétien est un tabernacle du Dieu vivant. Il m’a créée, il m’a choisie, il est venu habiter en moi, parce qu’il avait besoin de moi. Maintenant que vous avez appris combien Dieu vous aime d’amour, quoi de plus naturel pour vous que de passer le reste de votre vie à rayonner de cet amour ? »

Mère Térésa
La joie du don

L’âme est comme une cire qui attend un sceau. Elle n’a, par elle-même, aucune identité particulière. Son destin est d’être adoucie et préparée, en cette vie, par la volonté de ressemblance avec Dieu, dans le Christ.
C’est, entre autres choses, ce que signifie être jugé par le Christ.
La cire qui a été fondue par la volonté de Dieu recevra facilement le sceau de son identité, de ce qu’elle était vraiment destinée à être. Mais le sceau ne s’imprimera pas sur la cire qui est dure, sèche, friable et sans amour ; car il la réduira en poudre.

Thomas Merton
Nouvelles semences de contemplation

« Dès avant ma naissance, le Seigneur m’a appelé. J’étais encore dans le sein de ma mère lorsqu’Il a choisi mon nom »

Isaïe, 49

Le Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus Christ « nous a choisi en Lui dès avant la création du monde, pour être saints et immaculés en sa présence dans l’amour, nous ayant prédestinés à être pour Lui des fils adoptifs par Jésus Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de gloire de sa grâce… »

Saint Paul
EP, I, 4-6

L’homme est créé pour louer, honorer et servir Dieu, Notre Seigneur, et par ce moyen sauver son âme.
Et les autres choses, sur la face de la terre, ont été créées pour l’homme, et pour qu’elles l’aident dans la poursuite de la fin pour laquelle il a été créé.
D’où il suit que l’homme doit faire usage de ces choses autant qu’elles l’aident à poursuivre sa fin ; et qu’il doit s’en défaire autant qu’elles l’en empêchent.

Saint Ignace de Loyola
Principe et fondement des Exercices

Vocation des nations

Permettez-moi de vous poser tout à trac une question grave : aimez-vous la France, votre pays ? Vous me demanderez à votre tour : qu’est-ce que mon pays ? Eh bien, je vous réponds :mon pays, c’est ce qui me fait être ; c’est ma source, mon origine, la somme des biens accumulés qui ont donné naissance à ce qu’il y a de meilleur en moi. Il n’y a pas de génération spontanée, et chacun de nous peut se dire qu’il est le résultat d’une addition, ou mieux l’héritier et le gardien d’un grand patrimoine.

Un moine
Lettre aux 18-20 ans de l’an 2000

« Vous ne tiendrez pas le Royaume de France de Dieu, le Roi du ciel…. Mais le tiendra Charles, vrai héritier, car Dieu le Roi du Ciel le veut. »

Sainte Jeanne d’Arc
Lettre aux anglais le 29 avril 1429, avant le siège d’Orléans

« Prince de Bourgogne, je vous fais assavoir, de par le Roi du Ciel, mon droicturier et souverain Seigneur, pour votre bien et votre honneur et sur votre vie, que vous ne gaignerez poinct bataille à l’encontre des loyaulx Françoys, et que tous ceulx qui guerroyent contre le dict sainct Royaulme de France guerroyent contre le Roy Jésus, Roy du Ciel et de tout le monde ; s’il vous plaist de guerroyer, allez sur le Sarrasin. »

Sainte Jeanne d’Arc
Lettre au duc de Bourgogne, le 17 juillet 1429, jour du sacre de Charles VII

Apprenez , mon Fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Église romaine qui est la seule véritable Église du Christ …
Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes, il embrassera les limites de l’empire romain et il soumettra tous les peuples à son sceptre… Il durera jusqu’à la fin des temps !
Il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la foi romaine, mais il sera rudement châtié toutes les fois où il sera infidèle à sa vocation.

Saint Remi à Clovis lors du baptême de 496

« La force des sociétés est dans la reconnaissance pleine et entière de la royauté sociale de Notre-Seigneur et dans l’acceptation sans réserve de la suprématie doctrinale de son Eglise »

Saint Pie X
22 octobre 1913

A l’égard de l’universalité de l’empire du Christ, il n’y a lieu de faire aucune différence entre les individus, les familles et les Etats, car les hommes ne sont pas moins soumis à l’autorité du Christ dans leur vie collective que dans leur vie privée.

Pie XI
Quas Primas

Les chefs d’Etat ne sauraient donc refuser de rendre, en leur nom personnel et avec tout leur peuple, des hommages publics de respect et de soumission à la souveraineté du Christ; tout en sauvegardant leur autorité, ils travaillent ainsi à promouvoir et à développer la prospérité nationale.
(…)
Aux Etats, la célébration annuelle de la fête (du Christ-Roi) rappellera que les magistrats et les gouvernants sont tenus, tout comme les citoyens, de rendre au Christ un culte public et de Lui obéir; elle évoquera devant eux la pensée de ce dernier jugement où le Christ, non seulement expulsé de la vie publique mais encore négligé ou ignoré avec dédain, vengera sévèrement de telles injustices, car sa royauté exige que l’Etat tout entier se règle sur les commandements de Dieu et les principes chrétiens.

Pie XI
Quas Primas

« C’est embêtant, dit Dieu. Quand il n’y aura plus ces Français, il y a des choses que je fais, il n’y aura plus personne pour les comprendre ».

Peguy
Le mystère des Saints Innocents

La vocation de la France est de montrer au monde comment on regarde à l’intérieur des choses et à l’intérieur de soi même pour trouver l’ordre de la Création, comment le rôle de l’Homme n’est point de jouir des choses, mais de leur donner leur sens.

André Charlier
Que faut il dire aux hommes

On peut trouver étrange qu’un peuple, qu’une nation ait une vocation. Pourtant l’histoire est là pour prouver que cela est, et cela n’est douteux que pour la sottise des historiens scientifiques modernes. Il suffit de rappeler l’exemple du peuple juif. Le peuple juif est là pour nous montrer combien se paie l’infidélité à la vocation.
La vocation personnelle d’un homme est un appel à la sainteté, qui seule lui permet de réaliser tout ce qu’il est. La vocation d’un peuple est une invitation à réaliser les desseins de Dieu pour le salut des hommes. Il n’est pas fréquent qu’une nation ait une mission particulière bien déterminée ; le cas du peuple juif est un cas unique, portant visiblement le sceau divin.

André Charlier
Que faut il dire aux hommes

Je pense au drame du peuple juif, qui eut le privilège unique d’avoir par la parole de Dieu même la vision fulgurante de sa vocation et dont l’aveuglement volontaire, dont la résistance, demeurent comme le modèle des nôtres.
Je pense aussi au drame de la France, quand elle reçut par l’intermédiaire d’une simple bergère la révélation de sa vocation : « Gentil dauphin, j’ai nom Jeanne la Pucelle, et vous mande le Roi des Cieux que vous serez sacré et couronné à Reims, et serez lieutenant du Roi des Cieux, qui est Roi de France. » Elle avait dit auparavant à Baudricourt : « Le royaume n’appartient pas au Dauphin, mais à Messire. »

André Charlier
Que faut il dire aux hommes

La France a longtemps tenu à son titre de fille aînée de l’Eglise ; elle y tient encore, sinon officiellement, du moins dans le cœur des chrétiens. Cela peut parfois paraître une prétention insupportable. Il faut y voir simplement la conscience profonde de notre vocation.
Dans l’ordre de l’esprit, notre vocation est de sauver les formes supérieures de la civilisation, c’est à dire de maintenir l’exigence d’une certaine qualité. Dans l’ordre de la foi notre vocation est analogue.
Il y a d’autres nations chrétiennes que la France, et qui peut être ont plus de mérites que la France. Mais il y a des degrés dans la vie spirituelle, la foi peut avoir plus ou moins de plénitude et de richesse.
Il me paraît qu’il appartient à la France de sauver dans le monde une certaine qualité de la Foi.

André Charlier
Que faut il dire aux hommes