20170914CardinalSarahv1.jpgLe jeudi 14 septembre, fête de l’Exaltation de la Sainte Croix, s’est déroulé à Rome, dans l’auditorium de l’Université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, un congrès sur le thème : « Le motu proprio Summorum Pontificum de Benoît XVI, une nouvelle jeunesse pour l’Eglise », organisé par le Cœtus internationalis Summorum Pontificum. Extrait du compte-rendu de l'abbé Angelo Citati (FSSPX).

"(...) Les travaux de l’après-midi ont débuté par une conférence du cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation pour le Culte divin, sur « le silence et le primat de Dieu dans la sainte liturgie ». Le cardinal a montré, entre autres, l’importance d’être tourné ad Deum dans la célébration de la messe, choix qui se révèle aussi « pastoralement plus avantageux », et l’importance des détails dans la liturgie. Il a ensuite mis en avant les bienfaits du motu proprio Summorum Pontificum, dont le principal effet a été de veiller à « mettre fin aux divisions dans l’Eglise qui ont été causées par la réforme liturgique ». Il a également précisé sa pensée au sujet de la création d’un rite unique qui serait la synthèse de l’ancien et du nouveau, et au sujet de l’enrichissement mutuel des deux rites. Parvenir un jour à avoir une seule forme du rite romain, a-t-il dit, est sans doute souhaitable, mais il faut absolument éviter l’erreur que l’on fit lors de la réforme liturgique postconciliaire, à savoir l’imposition d’en haut d’une réforme artificielle : ce processus d’unification devrait donc être quelque chose de lent et de spontané, et n’apparaît en aucune manière dans l’agenda de la Congrégation pour le Culte divin. Quant à l’enrichissement des deux rites, il a déclaré que, selon son avis personnel, on devrait intégrer dans le nouveau rite l’offertoire et le canon romain récité à voix basse de l’ancien, tandis que celui-ci pourrait être enrichi par un lectionnaire plus vaste.

Le cardinal a conclu son intervention par trois vibrants appels. Tout d’abord, un appel à ceux qui sont opposés à la liturgie ancienne: « Allez visiter les communautés qui célèbrent cette liturgie, et vous verrez. Vous y verrez beaucoup de jeunes. Vous pourrez constater qu’il ne s’agit pas de nostalgiques ». Ensuite un appel aux évêques: « Je vous en supplie, ouvrez vos cœurs. L’usus antiquior de la liturgie romaine devrait être considéré comme une chose normale dans l’Eglise du XXIe siècle. Même s’il devait rester numériquement inférieur, il ne le sera jamais qualitativement ». Et pour conclure, un appel aux traditionalistes eux-mêmes : « On vous appelle souvent catholiques traditionalistes. Ne vous faites pas appeler ainsi. Vous êtes catholiques, et c’est tout. Vous ne devez pas être un groupe spécial à placer dans un ghetto ou sur l’étagère d’une bibliothèque. Un des fruits du motu proprio doit être précisément de sortir de cette logique du ghetto. Si vous ne l’avez pas fait il y a dix ans, faites-le maintenant : quittez les chaînes du ghetto ! »