accueil

Notre-Dame de Chrétienté - pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame de Paris à Notre-Dame de Chartres

     
 

jeudi 18 mai 2017

Le Chapitre Saint Gilles, un nouveau chapitre familial pour les handicapés

Une icone pour Saint GillesLe Pèlerinage de Chartres accueille cette année un nouveau chapitre, le Chapitre Saint Gilles, dédié aux personnes handicapées mentales. L’objectif est de proposer une structure aux jeunes handicapées adapté avec un itinéraire, une logistique, et une spiritualité légèrement différente.

Les jeunes souhaitant marcher au sein du chapitre St Gilles seront accompagnés d’un membre de leur famille, leur « Berger » qui pourront les accompagner tout au long de la marche vers Chartres.

Intégré aux Chapitres Familles de la région Centre, voici l’itinéraire du chapitre pour les trois jours de marche :
- Rdv Samedi 10h30 à Igny, prairie d’Amblainvilliers
- Samedi après-midi : marche de 10km sans pause
- Nuit sous la tente
- Dimanche matin : marche de 18km entrecoupée de 2 pauses de 10 min chacune
- Messe et pause déjeuner : 2h
- Dimanche après-midi : marche de 6km sans pause
- Nuit sous la tente
- Lundi matin : marche de 4km, 1 pause de 10 min
- Pause déjeuner 40 min
- Lundi après-midi : marche de 8km sans pause

Une voiture balai sera dédiée au chapitre, disponible uniquement pour les pèlerins de Saint Gilles, dans les cas où ils souhaiteraient s’arrêter.

Concernant la spiritualité, nous prierons bien entendu le rosaire en chapitre, mais les méditations reliées au thème de cette année seront adaptées aux handicapés mentaux. Fort de nos expériences au sein de l’Arche et Foi et Lumière, les enseignements en seront inspirés.

Le chapitre est limité cette année à une dizaine de couples « berger-brebis » et il nous reste encore quelques places. Alors si un membre de votre famille souhaite participer au Pèlerinage de Chartres dans une structure adaptée, rejoignez-nous!

Documents à fournir:
Certificat_Medical.docx
Fiche_Berger.docx
fiche_sanitaire.docx

Contact:
Enguerrand Savy
Chapitre Saint Gilles
07 88 06 37 07
Lui écrire




Vidéoformation NDC n°59: apparitions de Notre Dame à Fatima : rappel des faits

Entretien avec l'abbé Alexis Garnier,
aumônier général du pèlerinage de Notre Dame de Chrétienté, prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf59-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




mardi 16 mai 2017

Appel de Chartres n°210


Non confundar!


abbe-garnier.jpgChers amis pèlerins,

Lorsque la France tremblait devant l'invasion prussienne, et que s'effondrait le régime de Napoléon III, des âmes inquiètes venaient interroger la petite Bernadette, cherchant auprès de la «saintoune» une lumière au milieu de l'obscurité. Elle leur répondait paisiblement ; « Il ne faut pas trop s'arrêter à la main des hommes».

Notre temps est celui des espoirs déçus. Et donc celui de l'Espérance relevée.
Paradoxe ? Jolie formule ? Non. C'est le prolongement dans la vie de l'Eglise et de nos âmes du Mystère de Jésus. Mais cette profondeur du mystère de bonté et d'iniquité nous étonne, nous déconcerte, nous effraie.
Au bout des attentes messianiques, des enthousiasmes, des tentatives de couronnement terrestre, il y eut le retournement des foules, la couronne d'épines et la condamnation à mort.
Au bout des enthousiasmes, des protestations de fidélité, il y eut les lâchetés et les abandons.
Au bout des rayons de transfiguration, il y eut l'heure de la Puissance des ténèbres, l'obscurité dans l'âme de Jésus et dans les cieux à la sixième heure. Après le Thabor, il y eut Gethsemani et le Golgotha.
« Ce que nous prenons pour la fin n'est que le commencement (1) ». Etait-ce la fin ? Non.
Et l'âme de Jésus en croix, plongée en déréliction, chantait déjà en sa partie haute le salut accompli, l'Esperance affermie. Le prélude de la résurrection.

Quelle est donc la vraie hauteur de l'Espérance ?
L'espérance porte sur un bien, et sur le secours qui permet de l'obtenir. Le principal de l’espérance est la béatitude, Bien ultime, et la toute-puissance divine, la miséricorde divine secourable. L'Espérance est permise, ensuite, du côté des homme ou des créatures, des événements, des œuvres, des institutions. Parce que tout cela nous aide à rechercher les biens ordonnés à la béatitude (2).
Donc la hauteur définitive de l’espérance est celle de Dieu. « In Te Domine speravi ».

Amis pèlerins, à quelle hauteur d'espérance vivons-nous ?
C'est la question de Jésus aux Apôtres abattus, aux lendemains de résurrection. C'est la question que nous posent les douloureux événements qui secouent la vie de l'Eglise, de nos pays, de nos familles, de nos communautés. Est-ce que notre espérance n'est pas à ce point tournée vers des biens temporels, des succès terrestres, que nous la voyons ensuite affaissée, effondrée avec l'échec ou la déconvenue à vue humaine ? Alors « l'espoir vaincu pleure (3) »... Et peut-être méritons-nous le sage conseil de la petite bigourdane ; « Il ne faut pas trop s'arrêter à la main des hommes ».

Avec Notre Dame, à bonne hauteur d'espérance.
L'Espérance plantée en nos âmes et relevée...
C'est la grâce de Notre Dame !
C'est celle du pèlerinage !
C'est celle du temps pascal !
Etre affermis dans cette Espérance qui ne déçoit pas. « Spes non confundit (4) »

« In te Domine, speravi, non confundar in aeternum (5) »
L'Esperance est une toute petite fille, souriante et paisible, qui nous attend.
Elle nous attend !
… Au bout de nos attentes et de nos espoirs humains
… au bout de nos déceptions et de nos abattements d'âme.
Alors, chers amis pèlerins, soyez plus que jamais des porteurs, des éveilleurs de cette Espérance qui ne déçoit pas. Et pour cela, venez prier, marcher (pour ceux qui le peuvent), servir, offrir, aimer durant ces 3 jours de Pentecôte prochaine. Venez tremper vos âmes dans ce flot d'espérance vraie qui coule du Coeur ouvert du Seigneur, passant par les mains et le Coeur immaculé de Marie. Et vous serez plus forts pour les défis et les luttes de ce temps... Plus fort pour vous engager au service de l'Eglise, du pays, de la famille, de l'école, du scoutisme, … et de tant d'autres œuvres de résistance.

Dans cette attente, je vous assure de ma prière à toutes vos intentions.
« In Te Domine... En Vous, Seigneur, j'ai mis mon espérance, je ne serai pas déçu pour l'éternité » !

Abbé Alexis Garnier,
Aumônier Général de Notre-Dame de Chrétienté.


___
(1) Victor HUGO, Les Contemplations - A Villequier.
(2) Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique, II-II, qu 17, a 4.
(3) Charles BAUDELAIRE, Spleen, LXXVIII.
(4) Romains, V, 5.
(5) Psaume 70, 1 (Vulgate).




Lundi 15 mai 2017

Amis pèlerins, les chapitres familles sont désormais complets. Nous vous invitons à vous inscrire dans les chapitres adultes. Les chapitres enfants et les chapitres pastoureaux peuvent également accueillir vos enfants.



informations pratiques






vendredi 12 mai 2017

Vidéoformation NDC n°58: L'Assomption de la Très Sainte Vierge Marie

Entretien avec l'abbé Paul Giard,
prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf58-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




mercredi 10 mai 2017

Pèlerinage de Pentecôte 2017 : 3, 4 et 5 juin » ne tardez pas à vous inscrire!


Pèlerinage de Pentecôte 2017 : 3, 4 et 5 juin


Consignes pour les inscriptions:

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire le pèlerinage de Chrétienté !
L'organisation du pèlerinage, les contraintes logistiques et de sécurité, les impératifs d'encadrement, représentent une charge de travail très importante pour les centaines de bénévoles de Notre-Dame de Chrétienté qui se dévouent toute l'année.
Vous pouvez nous aider, en vous inscrivant sur cette page le plus tôt possible à partir du dimanche des Rameaux, le 9 avril 2017.
Pour les pèlerins des chapitres FAMILLES, ENFANTS, PASTOUREAUX, nous vous demandons de vous inscrire avant le 25 mai 2017, le nombre de places étant limité.
Passé ce délai, nous ne serons pas en mesure de vous assurer une place dans ces chapitres.

Toutes les informations pratiques sur cette page.




jeudi 04 mai 2017

Vous êtes loin, vous ne pouvez pas marcher, rejoignez les pèlerins Anges Gardiens!

6a00d83451619c69e201bb08e58ee5970d.jpgQuelle que soit la raison pour laquelle vous ne pouvez être présents, il vous est possible de soutenir les pèlerins marcheurs en devenant pèlerins Anges Gardiens.

Pour cela n'hésitez pas à vous inscrire sur cette page.


Rejoignez nous! Chaque année, nous recevons des messages de pèlerins enthousiasmés par cette initiative, ses fruits et la possibilité de s'associer au pèlerinage. Vous trouverez quelques fioretti sur cette page.




mercredi 03 mai 2017

Texte de discernement de Mgr Aillet à la veille du second tour de l'élection présidentielle

20170502MgrAillet.jpg Texte de discernement de Mgr Aillet à la veille du second tour des présidentielles

Les résultats du premier tour des élections présidentielles présentent un scénario inédit, avec l’effacement des partis classiques de gouvernement, tant à droite qu’à gauche, et l’émergence de candidats atypiques. Des deux finalistes, qui ont rassemblé chacun moins d’un quart des suffrages exprimés, sortira le futur Président ou la future Présidente de la République. Je n’ai pas à commenter ces résultats : la démocratie a fonctionné et nul ne saurait remettre en cause la liberté de vote des citoyens français.

1. Voter en conscience

L’évêque que je suis ne donnera évidemment aucune consigne ou indication de vote avant le second tour. Sinon, j’entrerais dans une bataille politique qui n’est pas de la compétence de l’Eglise. Donner des consignes de vote, ce serait même dénier aux fidèles catholiques l’aptitude à se déterminer par eux-mêmes et à assumer de manière responsable leur droit civique, voire se substituer à leur conscience. Sans compter le risque que je prendrais de diviser les catholiques dont je dois reconnaître la diversité des opinions. En revanche, comme Pasteur, je dois encourager les catholiques à accomplir leur devoir de citoyen en conscience : qu’ils décident de voter ou de s’abstenir, que ce soit toujours en conscience. Il s’agit donc pour moi d’exhorter les fidèles à faire œuvre de discernement, c’est-à-dire de choix mûrement réfléchi. Et pour être vraiment libre, le choix doit s’affranchir de toute pression, mot d’ordre, harcèlement de l’image ou du slogan, et exige de prendre du recul et de la hauteur.

2. Discerner en vue du Bien commun

Si le choix porte sur les moyens, il s’élabore toujours en vue d’une fin. Or la fin dernière de la société politique, c’est le Bien commun qui ne se réduit ni à l’intérêt général, lequel n’est autre que le bien-être matériel, ni à la somme des intérêts particuliers qui sont précisément trop particuliers pour être partageables avec tous. Le Bien commun, c’est le Bien que tous peuvent rechercher en commun, car seul il garantit la dignité et l’épanouissement intégral de toute personne humaine, sans exception, à commencer par la plus fragile et la plus vulnérable. En ce sens, le Bien commun est le plus puissant facteur de cohésion et de paix sociales. A la suite de saint Jean XXIII, le Concile Vatican II l’a défini comme « l’ensemble des conditions sociales qui permettent tant aux groupes qu’à chacun de leurs membres d’atteindre leur perfection d’une façon plus totale et plus aisée » (Gaudium et spes n. 26). Il se décline en un ensemble de biens fondamentaux qui jouent le rôle de principes dans le discernement politique.

3. Connaître les principes non négociables et la Doctrine sociale de l’Eglise

Pour bien discerner en politique, il faut donc d’abord une connaissance claire de ces grands principes que le Cardinal Ratzinger, à la demande de saint Jean Paul II, a encore appelés des « principes non négociables » : la protection de la vie à toutes les étapes de son développement, de sa conception à sa mort naturelle ; la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille fondée sur l’union stable d’un homme et d’une femme ouverts à la vie ; la protection du droit des parents d’éduquer leurs enfants ; mais encore la promotion du Bien commun sous toutes ses formes : la protection sociale des mineurs et des victimes des formes modernes d’esclavage (drogue, prostitution, pornographie…) ; le droit à la liberté religieuse dans les limites de l’ordre public ; le développement d’une économie qui soit au service de la personne et du Bien commun dans le respect de la justice sociale, du principe de solidarité humaine et de subsidiarité, en refusant de donner « sa confiance aux forces aveugles et à la main invisible du marché » (Pape François) ; la sauvegarde de la paix ; le droit d’émigrer régulé par la protection du droit de ne pas émigrer et le devoir de s’intégrer… On y reconnaîtra des éléments fondamentaux de la Doctrine sociale de l’Eglise qui, pour un catholique, n’est pas facultative dans ses principes, même si dans son application, elle appartient au champ du jugement prudentiel. Elle éclaire le discernement des citoyens catholiques. Ces grands principes ne sont pas pour autant d’ordre confessionnel, car ils sont inscrits dans le cœur de l’homme par nature, même s’ils sont confirmés par la Révélation judéo-chrétienne et l’enseignement constant de l’Eglise.

4. Le droit à une information juste et indépendante

Pour bien discerner, il faut aussi avoir une connaissance claire des singularités de l’action dans lesquelles on est appelé à appliquer ces grands principes, ce qui nécessite une information vraie et la plus exhaustive possible, non seulement de la situation réelle de la société française, mais encore des solutions préconisées dans leurs programmes par les candidats qui briguent les suffrages de leurs concitoyens.
En cela, la responsabilité des journalistes et des medias est redoutable. Une saine démocratie exige une information juste. Le Pape saint Jean Paul II affirmait en son temps que « la liberté des hommes peut être entravée du fait de la manipulation par les medias qui imposent au moyen d’une insistance bien orchestrée, des modes et des mouvements d’opinion, sans qu’il soit possible de soumettre à une critique attentive les prémisses sur lesquels ils sont fondés » (Centesimus annus, 1991, n. 41). Le Pape François a, de son côté, fustigé à plusieurs reprises les péchés dont peuvent se rendre coupables les journalistes : « La désinformation est probablement le plus grand mal qu’un media puisse infliger, parce qu’elle oriente l’opinion dans une seule direction, en omettant une partie de la vérité » (7 décembre 2016). Une autre fois, il précisait : « Je considère que les péchés les plus graves que commettent les medias sont ceux qui concernent les contre-vérités et les mensonges, et ils sont trois : la calomnie et la diffamation sont graves, mais le plus grave est la désinformation La désinformation, c’est ne dire que la moitié des choses, celles qui me conviennent, et ne pas dire l’autre moitié : de sorte que celui qui regarde la Tv ou écoute la radio ne peut bien juger les choses parce qu’il n’a pas tous les éléments, car ils ne lui ont pas été livrés » (22 mars 2014). Sans compter l’influence des lobbies qui peuvent même se servir des medias pour influencer les citoyens : combien de grands medias sont-ils entre les mains de lobbies dont les intérêts financiers, partisans ou idéologiques, l’emportent sur le Bien commun ? Dans le même ordre d’idée, saint Jean Paul II rappelait que « L’Eglise ne peut approuver la constitution de groupes dirigeants restreints qui usurpent le pouvoir de l’Etat au profit de leurs intérêts particuliers ou à des fins idéologiques » (Centesimus annus n. 46).

5. La vertu de Prudence et le don de Conseil

Comme on le voit, le choix d’un candidat ou d’un autre est d’abord affaire de discernement. C’est l’activité propre de la raison pratique, qu’on a appelée plus haut la conscience. Et la raison pratique est affermie, perfectionnée et stabilisée par la vertu de Prudence qui, pour être d’abord la vertu du gouvernement de soi-même, est encore la vertu du gouvernement de la multitude ou de la participation comme citoyen à ce gouvernement. En outre, la raison pratique a constamment besoin d’être purifiée, « car son aveuglement éthique, découlant de la tentation de l’intérêt et du pouvoir qui l’éblouissent, est un danger qu’on ne peut jamais totalement éliminer » (Benoît XVI, Deus Caritas est, n. 28). La foi et la Doctrine sociale de l’Eglise qui est née des exigences de la foi, sont les forces purificatrices dont la raison a besoin pour exercer un bon discernement.
Il n’est pas interdit non plus de prier l’Esprit Saint pour demander conseil au Seigneur. C’est par le don de Conseil, en effet, que le fidèle catholique peut saisir les vrais enjeux du Bien commun, plus que par l’influence du prêt-à-penser véhiculé par les modes du moment. Comme nous y exhorte l’Apôtre Paul : « Ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait » (Rm 12, 2).
Quel que soit le résultat des élections du 7 mai, nous n’oublierons pas pour autant que la Politique n’est pas le dernier mot de la vie des hommes. Après le 7 mai, il sera toujours urgent pour les catholiques d’annoncer l’Evangile avec la conviction « qu’il répond aux nécessités les plus profondes des personnes parce que nous avons tous été créés pour ce que l’Evangile nous propose : l’amitié avec Jésus et l’amour fraternel » (Pape François, Evangelii Gaudium n. 265). Nous devons même être convaincus que dans une société marquée par un individualisme destructeur et une dissolution sans précédent du lien social, l’imprégnation de la société par l’annonce explicite de l’Evangile est aujourd’hui le moyen privilégié pour reconstruire le tissu social. Notre responsabilité est grande, elle va bien au-delà des échéances électorales présentes, elle est déjà perçue et mise en œuvre par de nombreux disciples-missionnaires qui n’ont pas peur de s’engager en Politique et qui savent, s’ils sont encore minoritaires, que ce sont « les minorités créatives qui font l’histoire » (Benoît XVI).

Prions pour la France et entrons dans ce temps long avec la grâce de Dieu.




Quelques critères de discernement - Mgr Dominique Rey

20170502MgrRey.jpgToulon, 25 Mars 2017, par Mgr Dominique Rey.

A la veille d’élections cruciales pour notre pays… Quelques critères de discernement

La tournure prise par la campagne présidentielle illustre la crise de la politique qui traverse notre pays. La Conférence des Évêques de France nous invitait pourtant il y a quelques mois à Retrouver le sens du politique.

Engagement politique et espérance

A l’heure de l’information continue, une controverse chasse l’autre et la surenchère des petites phrases se fait souvent au détriment de l’analyse et de la réflexion. Aussi, eu égard aux courants profonds qui traversent et meuvent l’histoire, rien de tout cela n’est de nature à nous ébranler. L’écume des vagues est éphémère et négligeable lorsqu’on la considère avec un peu de recul, dans la perspective du temps long. Si l’on peut regretter que le sens de la vérité et du bien ne soient pas toujours les mobiles premiers de l’action politique, on ne doit pas non plus s’étonner que des scandales puissent arriver (Mt 18, 7). Ainsi, on n’élit rarement les plus vertueux. Il s’agit de voir celui qui est le plus capable de servir le bien commun et de diriger une communauté pour que chacun puisse y vivre en paix.
Dans ces temps difficiles où certains semblent se résoudre à une impossibilité pour les chrétiens de s’engager honnêtement, sans « se salir les mains », comme si c’était une fatalité, il faut au contraire saluer ceux qui accomplissent ce service de la politique et qui veulent tenir leur place dans le monde -politique-, sans être du monde. On pourra toujours nous reprocher de n’être pas des saints ; on ne doit pas pouvoir nous reprocher notre indifférence et notre passivité. La peur des coups ou des compromis n’est pas un motif suffisant pour déserter le champ du politique.

Légitime diversité de stratégie

On a réédité ces jours-ci la note de Simone Weil sur la suppression des partis politiques. Ils seraient pour une part responsables du climat malsain de la vie publique en favorisant les luttes pour des intérêts particuliers, l’esprit de réseau plutôt que le sens de l’intérêt général. En étant fidèle au parti plutôt qu’à la vérité, le risque serait de ne plus penser par soi-même : « Presque partout, l’opération de prendre parti, de prendre position pour ou contre, s’est substituée à l’obligation de la pensée. » Bien que la note date de 1940, il est frappant d’en constater l’actualité. Mais, s’il est légitime d’imaginer un autre système pour organiser la vie politique, il est bien sûr possible d’envisager l’engagement dans le cadre d’un parti.
La stratégie, le choix des instruments et des modes d’expression politiques ne doivent pas être érigés en absolu, d’autant qu’ils se réalisent dans des situations imparfaites et souvent en rapide mutation. Le Compendium de la Doctrine sociale est assez clair à ce sujet : « Le chrétien ne peut pas trouver un parti qui corresponde pleinement aux exigences éthiques qui naissent de la foi et de l’appartenance à l’Église : son adhésion à une formation politique ne sera jamais idéologique, mais toujours critique, afin que le parti et son projet politique soient encouragés à créer les conditions propices à la réalisation du véritable bien commun, y compris la fin spirituelle de l’homme. » (n. 73) On trouve donc chez les chrétiens un légitime pluralisme politique ; on doit veiller cependant à ne pas se diviser à propos de motifs secondaires : « Le parti le plus sage, entre chrétiens, est de ne pas se haïr pour des questions controversables. » (Bienheureux F. Ozanam)

Discerner

Que la plupart des candidats à l’élection présidentielle soient baptisés montre bien que le fait d’être chrétien ne constitue pas en soi un critère pour éclairer notre vote. Inutile de se lamenter sur l’absence du candidat idéal ou de l’homme providentiel ! Même s’il est impossible de donner des consignes de vote, quelques critères pourront aider au discernement. Il n’y a bien sûr pas de “programme politique chrétien” clé en main directement révélé par le Christ. Mais il y a une succession de principes, quelques interdictions, et des exhortations qui permettent de donner un socle solide à une société.

Personne humaine et principes non-négociables

La vision chrétienne de l’engagement politique repose sur la centralité de la personne humaine (dignité et transcendance, disait le pape à Strasbourg en 2014) et le sens du bien commun, conçu comme le « bien de tout homme et de tout l’homme. » A la veille des élections on cite souvent la Note doctrinale de la Congrégation pour la Doctrine de la foi de 2002. Elle donne des critères pour l’engagement et le comportement des chrétiens dans la vie politique. On parle habituellement de “principes non-négociables”, nécessaires à la vie démocratique. Souvent présentés comme étant au nombre de trois (le droit à et la défense de la vie humaine, le mariage conçu comme l’union stable d’un homme et d’une femme, la liberté d’enseigner), on oublie qu’ils comprennent en réalité la totalité du bien commun.
Leur liste est donc plus longue : « Il faut penser à la protection sociale des mineurs et à la libération des victimes des formes modernes d’esclavage. On ne peut exclure de cette liste le droit à la liberté religieuse et le développement dans le sens d’une économie qui soit au service de la personne et du bien commun, dans le respect de la justice sociale, du principe de solidarité humaine et de la subsidiarité, qui veut que “les droits de toutes les personnes, de toutes les familles et de tous les groupes, et que l’exercice de ces droits, soient reconnus“. Enfin, comment ne pas voir dans ces exemples le grand thème de la paix. »

L’option préférentielle pour les pauvres

Les racines évangéliques de la Doctrine sociale indiquent une priorité politique : l’option préférentielle pour les pauvres. Elle est un élément clé de tout action politique chrétienne. Un chrétien en politique ne peut pas faire l’impasse des questions de pauvreté et de misère: SDF, chômeurs, migrants, population des pays en guerre et des pays pauvres, conditions de détention des prisonniers etc. Les expressions forgées par le pape François n’ont pas pu ne pas nous frapper : « Lutter contre la culture du déchet ou bien encore contre la mondialisation de l’indifférence. »
Dans l’histoire, la France a toujours montré l’exemple de la solidarité et de la fraternité. Face aux nouveaux enjeux de pauvreté auxquels l’humanité fait face dans sa dimension planétaire, et compte tenu de la fluidité de l’information, les Français sont invité à une nouvelle « fraternité hors les murs », sans craindre de s’appauvrir.

Vigilance éthique

Nous devons être vigilants à ce que de nouvelles transgressions éthiques ne viennent fragiliser les bases de notre société. Ainsi, la protection des droits des enfants reste une priorité. Il est de notre responsabilité de protéger leurs conditions de croissance psychologique, leur stabilité affective et leur environnement familial. L’adoption plénière par un couple de même sexe n’est pas un cadre juridique protecteur pour l’enfant, qui a besoin de se savoir issu d’un père et d’une mère.
L’être humain ne peut être traité comme une marchandise: ni les enfants, ni le ventre des femmes ne peuvent faire l’objet de transactions. La GPA (gestation pour autrui) est une pratique gravement contraire à la dignité de la personne humaine et doit être fermement condamnée. « L’être humain risque d’être réduit à un simple engrenage d’un mécanisme qui le traite à la manière d’un bien de consommation à utiliser, de sorte que lorsque la vie n’est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades, des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître. »

Préserver la maison commune

Défendre et respecter notre « mère terre » fait partie des obligations graves qui doivent se traduire par des choix politiques courageux. Nous n’échapperons pas à de sérieux examens de conscience sur nos modes de vie: production, consommation, énergie, alimentation, transport… Les paroles du pape en ont étonné plus d’un: « L’heure est venue d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, mettant à disposition des ressources pour une saine croissance en d’autres parties. Benoît XVI affirmait qu’il est nécessaire que les sociétés technologiquement avancées soient disposées à favoriser des comportements plus sobres, réduisant leurs propres besoins d’énergie et améliorant les conditions de son utilisation. » (Laudato Si, 93)
L’écologie intégrale dont parle Laudato Si est une boussole fiable pour un programme politique en cohérence avec la Doctrine sociale de l’Eglise. Elle repose sur la notion de limite. Or les idéologies comme le libéralisme libertaire, le transhumanisme, l’anti-spécisme brouillent nos repères et récusent totalement les limites : limites entre l’homme et la machine, l’homme et l’animal, limites de nos désirs matériels, limites entre l’homme et la femme, entre les générations, limites entre les espaces, sacré-profane, frontières géographiques…

L’économie au service de l’homme

Dans un discours historique en 2015 à Santa Cruz, le pape François a fustigé l’économie qui tue et qui exclue. La logique du gain à n’importe quel prix pue « l’odeur de ce que Basile de Césarée appelait “le fumier du diable”; l’ambition sans retenue de l’argent qui commande… Quand le capital est érigé en idole et commande toutes les options des êtres humains, quand l’avidité pour l’argent oriente tout le système socio-économique, cela ruine la société, condamne l’homme, le transforme en esclave, détruit la fraternité entre les hommes, oppose les peuples les uns aux autres, et comme nous le voyons, met même en danger notre maison commune. »
Le pape exprime ses inquiétudes concernant la soumission du politique à la technologie et aux finances. « La politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne doit pas se soumettre aux diktats ni au paradigme d’efficacité de la technocratie. Aujourd’hui, en pensant au bien commun, nous avons impérieusement besoin que la politique et l’économie, en dialogue, se mettent résolument au service de la vie, spécialement de la vie humaine. » Un des maux politiques actuels est, pour le pape François, la renonciation du politique face aux exigences de l’économie et du marché.
A ce titre, il serait important que les chrétiens redisent plus fermement leur attachement à la préservation et à la défense du dimanche, comme jour de repos indispensable pour que le travail reste toujours subordonné au bien de la personne.

Revivifier l’Europe : des racines et du zèle

Le pape faisait part de ses rêves sur l’Europe en mai 2016 : « Je rêve d’une Europe jeune, capable d’être encore mère : une mère qui ait de la vie, parce qu’elle respecte la vie et offre l’espérance de vie… Je rêve d’une Europe qui écoute et valorise les personnes malades et âgées, pour qu’elles ne soient pas réduites à des objets de rejet improductifs. Je rêve d’une Europe où être migrant ne soit pas un délit, mais plutôt une invitation à un plus grand engagement dans la dignité de l’être humain tout entier. »

Immigration et identité

Il relie ainsi très clairement la question de l’accueil des migrants à celle de l’identité : il sera d’autant plus difficile de se montrer accueillant si l’on oublie ses racines chrétiennes. « L’Europe sera en mesure de faire face aux problématiques liées à l’immigration si elle sait proposer avec clarté sa propre identité culturelle et mettre en acte des législations adéquates qui sachent en même temps protéger les droits des citoyens européens et garantir l’accueil des migrants. » Ou encore : « A l’origine de la civilisation européenne se trouve le christianisme, sans lequel les valeurs occidentales de dignité, de liberté, et de justice deviennent complètement incompréhensibles… Dans notre monde multiculturel, ces valeurs continueront à trouver plein droit de cité si elles savent maintenir leur lien vital avec la racine qui les a fait naître. » (60° anniversaire du Traité de Rome, 25 mars 2017)

Laïcité

A l’heure où les questions concernant les relations entre le religieux et le politique se posent de manière cruciale, il convient d’avoir une conception juste et commune de la laïcité. La neutralité de l’État n’est pas la neutralisation du religieux. Le respect de la liberté de conscience des individus oblige à les traiter de façon égale quelle que soit leur religion. L’autonomie de la sphère temporelle n’implique pas l’exclusion de la sphère religieuse. « La laïcité de l’État est un cadre juridique qui doit permettre à tous, croyants de toutes religions et non-croyants, de vivre ensemble. » Cela n’implique pas la relégation du religieux de la sphère publique vers le seul domaine privé où il devrait rester caché.
Le pape François a dénoncé le laïcisme français qui considère parfois les religions comme des sous-cultures, estimant que le christianisme doit pouvoir contribuer à la croissance de l’Europe. « Une Europe capable de mettre à profit ses propres racines religieuses, sachant en recueillir la richesse et les potentialités, peut être plus facilement immunisée contre les nombreux extrémismes qui déferlent dans le monde d’aujourd’hui, et aussi contre le grand vide d’idées auquel nous assistons en Occident, parce que c’est l’oubli de Dieu, et non pas sa glorification, qui engendre la violence ».




mardi 02 mai 2017

Á quoi sert la politique ?


rc-ua2017.jpgCe sera le thème de la prochaine Université d'été de nos amis de Renaissance Catholique, du 13 au 16 juillet 2017 au Carrousel de Baronville. Toutes les informations dans ce document .

Inscriptions en ligne sur cette page.




Vidéoformation NDC n°57: La Maternité divine de la Très Sainte Vierge Marie

Entretien avec Monseigneur Rudolf Michael Schmitz,
vicaire général de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf57-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




Lundi 01 mai 2017

Rappel à Dieu de M. Georges van Erck

Georges-van-Erck.jpgM. Georges van Erck est décédé ce vendredi-saint 14 avril 2017. Sa longue maladie a trouvé son terme le jour anniversaire de la mort du Sauveur, dans un beau symbole qui l’unit de manière visible à la mort du Christ et lui laisse espérer la joie de la Résurrection pascale. Muni des sacrements de l’Eglise, il est parti dans la paix pour les demeures éternelles.

Monsieur Georges van Erck a été de longues années responsable de l’équipe liturgique du pèlerinage de Notre-Dame de Chrétienté. Pendant ces trois jours de marche, il a ainsi participé de près à la beauté de la liturgie, sachant rendre service à tous, et veiller aux imprévus, depuis les messes matinales à Notre-Dame de Paris ou sous les tentes humides, en passant par les valises liturgiques perdues ou oubliées, la pluie, la boue, le vent, le froid ou le soleil, éléments souvent peu compatibles avec le déploiement du culte, en accompagnant les inopportuns grincheux inévitables, pour arriver finalement aux cérémonies splendides de la messe finale dans la cathédrale de Chartres qui annonçait un repos bien mérité.

Si les anecdotes vives ou sympathiques resteront à ceux qui l’ont jadis côtoyé dans ce service, tous les pèlerins, anciens et nouveaux, auront à coeur de prier pour le repos de son âme dans la communion des saints, afin que son pèlerinage terrestre arrive désormais à son terme céleste. Monsieur Georges van Erck était chevalier en obédience de l’Ordre de Malte ; il avait le sens du service et de dévouement. Nos prières l’accompagnent, afin qu’il repose en paix dans sa nouvelle patrie, et continue à servir avec dévouement et fidélité son divin Maître.

Abbé Jacques Olivier, FSSP




vendredi 28 avril 2017

Activités de l'été des chapitres du pèlerinage


Dans la continuité du pèlerinage, certains chapitres proposent des activités tout au long de l'année.

Voici un tableau récapitulatif des activités de l'été 2017:

Chapitre Origine Tranche d'âge Type d'activité et lieu Dates Renseignements
Sainte Madeleine
Rhône-Alpes Sud-Est
15-20 ans
Séjour itinérant de Porto à Fatima
7-24 août 2017
Etienne Prost
Tél. 06 62 22 66 80

Site: chapitre-sainte-madeleine.fr
Saint Lazare
Paris Versailles Rennes
16-22 ans
Camp itinérant au Portugal
31 juillet-21 août 2017
Marin Tollet
Tél. 06 51 00 04 18

Site : www.chapitresaintlazare.com
Saint Martin
Ile de France
18-25 ans
de Sisteron à la Sainte Baume
28 juillet-17 août 2017
Vianney
Tél. 06 14 64 77 84
Site: www.chapitresaintmartin.com
Missio
France entière
16-23 ans
Camp au Portugal
31 juillet-21 août 2017
Marc Villepelet : 06 29 01 59 25

Site: www.missionet.fr
Saint-Gatien
Tours, Angers, Nantes, Paris
18-28 ans
Lac Léman -> sanctuaire de Flueli
5-18 août 2017

Site: www.chapitresaintgatien.fr
Marie Reine Immaculée En avance
Région parisienne, toute la France
18-24 ans
St Jacques de Compostelle-Fatima-Lisbonne à vélo
14-29 août 2017

Site: www.enavance.org
Route Saint-Pierre
toute la France
18-28 ans
Castille: d'Avila à Tolède
31 juillet - 11 août 2017

Site: routesaintpierre.blogspot.co.id


montsaintmichel08_78.jpg

Camp marche et chantier avec la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier

# dates : du 10 au 22 juillet 2017

# participants : douze garçons de 16 à 18 ans, désireux de vivre ensemble deux semaines d’effort physique, d’esprit de service et d’amitié chrétienne.

# déroulement : cinq jours de marche dans la splendide partie méridionale de l’Auvergne : de la Cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay à l’Abbaye Notre-Dame de Randol. À l’Abbaye, sous la direction d’un compagnon du devoir et des moines, nous prêterons main forte, six jours durant, au chantier de restauration du village médiéval de Randol

# axe spirituel : messe quotidienne (rit traditionnel), vie de prière et causeries de formation humaine et spirituelle. Le camp est placé sous le patronage du dominicain espagnol saint Vincent Ferrier. Ce marcheur de Dieu a sillonné l’Europe du 15e siècle pour prêcher l’Évangile. Comme nous et avant nous, il a pris la route pour servir le Christ.

# prix : 150 € (logement, nourriture et assurance compris). Réduction possible de 40 € en cas de difficulté. Chèques vacances et bons CAF acceptés.

# transport : possibilité de transport aller-retour en minibus depuis Le Mans et Tours (participation aux frais : 50 €).

# précisions : le camp aura lieu dans des conditions qui peuvent parfois manquer de confort mais qui feront aussi son charme (6 heures de marche par jour avec des dénivelés, chacun porte son sac, logement sous tente; travaux sérieux de restauration au village de Randol pendant la deuxième semaine). La volonté de se dépenser et une bonne condition physique des participants sont indispensables.

Plus d’information et vidéo de présentation sur cette page.




vendredi 21 avril 2017

A la veille des élections : Prière pour la France du Cardinal Pacelli (pape Pie XII)

20170421CardinalPacelli1937.jpgÔ Mère céleste, Notre-Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes de votre prédilection, implorez pour elle votre Divin Fils : ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur, aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée, aidez-la à s’abreuver aux sources où elle puisait jadis cette vigueur surnaturelle, faute de laquelle les plus généreux efforts demeurent fatalement stériles, ou tout au moins bien peu féconds : qu’elle s’unisse à tous les gens de bien des autres peuples, parvienne à s’établir ici-bas dans la justice et dans la paix, en sorte que, de l’harmonie entre la patrie de la terre et la patrie du Ciel, naisse la véritable prospérité des individus et de la société toute entière.

Regina pacis ! Oh ! Oui! En ces jours où l’horizon est tout chargé de nuages qui assombrissent les coeurs les plus trempés et les plus confiants, soyez vraiment, au milieu de ce peuple qui est vôtre, la Reine de la paix ; écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde ; faites comprendre au monde, où tant d’âmes droites s’évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui seul assurera le succès de leurs efforts : établir au centre de ce temple le trône royal de votre Divin Fils, et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l’amour s’unissent en un chaste baiser, justitia et pax osculatae sunt (justice et paix s’embrassent). Et que par vous la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le règne du Christ, Prince de la Paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

Amen




jeudi 20 avril 2017

Vidéoformation NDC n°56: La Virginité de la Très Sainte Vierge Marie

Entretien avec Monseigneur Rudolf Michael Schmitz,
vicaire général de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf56-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo




vendredi 14 avril 2017

Appel de Chartres n°209


Message privé aux pèlerins français…


herve-rolland2012.jpgChers pèlerins (et candidats-pèlerins) français, permettez-moi de vous adresser un message direct !

Comme nous sommes dans la joie de Pâques, dans l’immensité de la Résurrection de Notre Seigneur, il m’est facile de vous proposer un programme simple : prolonger cette joie, et l’accompagner de l’envie et de la fierté. Pourquoi ces trois priorités ? Parce que ce sont celles qui nous manquent le plus en ce moment.

La joie tout d’abord,
afin que nous, Français, puissions lutter contre notre penchant favori : râler… Les Français ne font presque plus que cela ! Bien entendu, les motifs pour se plaindre sont nombreux et ces derniers mois ont vu se multiplier les mauvaises nouvelles, jusqu’à l’horreur d’un prêtre assassiné à l’autel. On peut aussi évoquer les attaques continuelles contre la Vie, la Famille, l’école, l’autorité, dénoncer la paralysie de certains responsables politiques, détailler les difficultés économiques, bref, on peut multiplier les raisons d’être inquiet.

Pourquoi râle-t-on ? Parce qu’on a peur, tout simplement. Voilà pourquoi on trouve si facilement des ‘camarades de râlerie’, grande spécialité française. Avec eux, on partage ses frustrations et on essaie de vider sa peur. Râler nous met en sécurité, surtout râler à plusieurs. Arrêter de râler, c’est changer d’état d’esprit, c’est reprendre sa vie en main. Oui, le monde est anxiogène, mais a-t-il vraiment existé un âge d’or où ‘c’était mieux avant ?’. Nos frères chrétiens durement persécutés aujourd’hui dans tant de pays (on parle de 215 millions d’entre eux !) ne subissent-ils pas un sort bien plus grave que le nôtre ?

Cette attitude de peureux et de geignards ne convient à des chrétiens : Jean-Paul II a été clair. Lui qui affronta directement la tyrannie, en fit son premier message de Pape élu: ‘N’ayez pas peur’.

Retrouvons l’envie.
L’envie de dire au monde, à nos contemporains qu’il y a aussi une Bonne Nouvelle, que Dieu nous attend dans l’éternité, qui commence aujourd’hui. Que sa Mère, la Sainte Vierge, tant de fois apparue sur notre terre de France, nous regarde et parle pour nous à son Fils. Elle qui de son ‘Fiat’ librement donné, a changé l’histoire de l’humanité. C’est elle, la Mère de Dieu, que nous prierons sur les routes de Chartres en juin.
Si nous n’annonçons pas l’Evangile, avec joie, si nous n’en avons pas envie, qui le fera ?

Nous avons envie que les choses changent ? Alors, ayons envie de partager le bonheur d’être catholiques. Pour cela, mobilisons-nous, préparons notre pèlerinage, invitons-y nos amis, des camarades d’école, d’université, de travail. Dites-leur « Venez et voyez ».

Enfin, la fierté.
On nous observe, on nous regarde passer sur les routes. Lisez les témoignages de Français convertis à l’Islam : pour la plupart d’entre eux, c’est la fierté affichée par les Musulmans qui a été déterminante. Et nous, qui portons l’amour du Christ, Dieu fait homme, celui qui est la Voie, la Vérité, la Vie, montrons-nous une telle fierté ?

Français, notre patrie est ‘fille aînée de l’Eglise’, elle lui a donné tant de saints. Notre fierté, partageons-la ! A chaque Pentecôte, nous déployons nos étendards, nos croix, nos bannières, nous prions et nous chantons : parce que nous sommes heureux et fiers d’appartenir au Christ et à son Eglise, et de l’annoncer haut et fort. Et fiers d’être Français, le ‘pays que Dieu aime’.

Oui, ‘Vive le Christ qui aime les Francs’, proclame déjà la loi de Clovis.

Français, rendez-vous samedi 3 juin 6h30 à ND de Paris, avec tous ceux que vous aurez invités.

Ps : chers pèlerins étrangers qui lisez cette tribune, vous serez là aussi et nous nous réjouissons de vous retrouver !

Hervé Rolland
Délégué Général NDC




mercredi 12 avril 2017

Message de notre Aumonier Général à l'approche de Pâques


Resurrectionis consortia mereamur!


ndc2016102.jpgChers pèlerins,

Les inscriptions sont lancées! Je vous encourage à faire la vôtre dès maintenant, tant pour profiter des conditions avantageuses que pour faciliter la tâche des "Marthe" du pèlerinage.

Je vous souhaite une belle montée vers Pâques. 

Quelle belle chose que de suivre pas à pas le Seigneur, "en temps réel", au fil de la liturgie qui déploie devant nos yeux émerveillés le grand mystère de Rédemption, et nous plonge dans les abîmes de l'amour miséricordieux infini! 

Je vous encourage à "dégager" autant que faire se peut les saints jours, afin de pouvoir participer aux beaux offices de l'Eglise, et de préparer une bonne communion pascale par une belle confession. 

Nous nous agenouillons et nous courbons sous le poids de nos misères, afin d'être debouts au pied de l'autel dans la lumière de Pâques. Ayons à coeur de vivre intérieurement ces attitudes liturgiques.

Communier, c'est recevoir le Christ tout entier, vivant et glorieux. 

Se confesser, c'est reconnaitre que l'on est tombé spirituellement, et se laisser relever par la main invisible de Dieu; sa grâce actuelle, sa miséricorde "tendue" vers nous, appliquée à nous dans l'absolution.

A Pâques, nous devons tous "ressusciter" intérieurement avec le Seigneur. "Resurrectionis consortia mereamur - Puissions-nous mériter de participer à la Sainte Résurrection du Seigneur". L'oraison du Dimanche des Rameaux nous dit l'essentiel en 3 mots.

Enfin, je vous annonce que vos prières pour le petit Stanislas Trochu et sa famille ont été entendues; son "relèvement" se poursuit lentement, il reprend peu à peu conscience et commence une rééducation encourageante. Deo gratias!

Que Dieu vous bénisse, en union de prière avec les pèlerins d'hier, aujourd'hui et demain, chaque premier dimanche du mois à la Messe,

Abbé Alexis Garnier
Aumonier General
Notre Dame de Chrétienté




Lundi 10 avril 2017

1er et 2 avril - Récollection des régions Provence-Languedoc et Rhône-Alpes

20170411RecollectionBarroux2.jpgSamedi 1er et dimanche 2 avril, une trentaine d'encadrants des chapitres adultes et familles des régions Provence-Languedoc et Rhône-Alpes se retrouvaient à l'Abbaye Notre-Dame de l'Annonciation du Barroux, pour la traditionnelle récollection de préparation au pèlerinage de Chartres.
Le directeur des Pèlerins et son adjoint pour les chapitres de province avaient fait le déplacement pour nous encourager et montrer le soin qu'ils apportent à entretenir notre réseau d'amitié.
Nous avons pu appréhender le - magnifique ! -thème du pèlerinage "Sainte-Marie, Mère de Dieu", grâce aux instructions de nos deux aumôniers de région, le Père Hilaire, de l'Abbaye Lagrasse, et l'Abbé Toulza, de la Fraternité Saint-Pierre.
Les deux chefs de régions ont pu, quant à eux, former les chefs de chapitre et adjoints sur la gestion plus technique des trois jours du Pèlerinage.
Dans une "ambiance pèlerine", amitié chrétienne et convivialité furent de bons ingrédients pour nous former et pour prier dans un cadre porteur malgré une météo moins heureuse... Téléphone coupés et cigarettes au placards, tous étaient plus disponibles à l'écoute des instructions !
A présent, en route vers le pélé, vivement le 3 juin !
Amitiés et union de prières.

Prouvençau e catouli, nosto fe, nosto fe n’a pas fali




samedi 08 avril 2017

Chartres 2017: les inscriptions sont ouvertes!


Chers amis pèlerins,

affiche2017_300.jpgNous avons le plaisir de vous annoncer que les inscriptions en ligne pour notre 35e pèlerinage de Pentecôte les 3, 4 et 5 juin 2017 sont ouvertes.

Le pèlerinage aura pour thème : Sainte Marie, Mère de Dieu.

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire le pèlerinage de Chrétienté! L'organisation du pèlerinage, les contraintes de logistique et de sécurité, les impératifs d'encadrement, représentent une charge de travail très importante pour les centaines de bénévoles de Notre-Dame de Chrétienté qui se dévouent toute l'année.

Vous pouvez nous aider, en vous inscrivant, à partir du dimanche des Rameaux dès le 9 avril 2017 sur cette page.

Pour les pèlerins des chapitres FAMILLES, ENFANTS, PASTOUREAUX, nous vous demandons de vous inscrire avant le 25 mai 2017, le nombre de places étant limité. Passé ce délai, nous ne serons pas en mesure de vous garantir une place dans ces chapitres.

Nous vous invitons, dans un esprit missionnaire auquel nous appelle le pape François, à convaincre vos amis de venir prier et marcher cette année sur la route de Chartres, en particulier ceux qui n’ont jamais fait le pèlerinage.

Vous avez jusqu’au 7 mai inclus pour bénéficier d’un tarif préférentiel.


Par ailleurs, nous recherchons des bonnes volontés pour renforcer les équipes des services (équipes mobiles, chauffeurs avec ou sans véhicules pour le transport des pèlerins, service d'ordre, équipes installations…). Pour plus d’explications, consultez cette page. N’oubliez pas d’indiquer le service que vous souhaitez rejoindre lors de votre inscription en ligne.

Nous avons également besoin de cheftaines (jeunes filles âgées d’au moins 15 ans) pour encadrer les chapitres enfants, et de jeunes adultes pour encadrer les chapitres pastoureaux.

  • Pour proposer votre aide au responsable des chapitres enfants, cliquez ici.
  • Pour proposer votre aide au responsable des chapitres pastoureaux, cliquez ici.


Merci d’avance pour votre contribution à la réussite de ce 35e pèlerinage !




mercredi 05 avril 2017

Vidéoformation NDC n°55: L'Immaculée Conception

Entretien avec l'abbé Paul Giard,
prêtre de la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre.


Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté avec sa "fiche résumé" accompagnée d’une bibliographie pour aller plus loin.

Fiche résumé:

vf55-video-mini.jpg » lien direct vers la vidéo

- page 1 de 73