herve-rolland2012.jpgSPE GAUDENTES


La concision de la langue latine étonnera toujours.
En deux simples mots, Saint-Paul dresse le portrait-type idéal des Chrétiens dans son épître aux Romains (12, 12 : facile à retenir !) : spe gaudentes.

Espérance et joie. Joyeux dans l’espérance, espérance joyeuse…à chacun son expression. La Bible Crampon donne un joli texte en français à la fois plus long et plus lyrique : « Soyez pleins de la joie que donne l’espérance ».

Franchement, ne boudons pas notre plaisir pour une fois, c’est l’image que nos chapitres projettent à chaque Pentecôte, sur les routes de Chartres, comme nous le disent de nombreux observateurs extérieurs. Certes, l’âge moyen des pèlerins (21 ans !) et leur nombre croissant qui gonfle les chapitres en sont la raison. Le prochain pèlerinage ne dérogera pas à la règle.

C’est très important qu’il en soit ainsi car notre marche est missionnaire, pour chacun d’entre nous et pour tous ceux que nous croisons. Combien ont grandi, fortifié leur foi, affermi leur vocation, choisi leur état de vie, sur les routes de Chartres, souvent en revenant partager à nouveau ce qu’ils y avaient vécu une première fois.

Cette espérance joyeuse du « pélé de Chartres » et ce goût inimitable de revenez-y, malgré les fatigues, nous, anciens pèlerins, les connaissons tous.

Pourtant, joie et espérance ne sont pas données à tout le monde, ce sont deux biens précieux, au point que le Pape François, dans son adresse aux prêtres de Rome, le 3 mars 2017, n’a pas hésité à justement nous mettre en garde : ‘Le démon cherche à nous voler la joie et l’espérance’. Paroles fortes.

Nous les voler…. pourquoi ? Osons le dire, parce qu’ils nous sont propres à nous, Catholiques : nous seuls pouvons affirmer que nous possédons le secret de la vraie joie, humaine et surnaturelle en même temps, parce que portée par la vertu théologale de l’espérance.

Bien sûr et heureusement, beaucoup d’êtres connaissent des moments de joie naturelle, beaucoup cultivent des espoirs, même si ce n’est pas simple. Soyons réalistes : nous vivons dans un monde difficile où vacillent les valeurs fondamentales de l’humanité, où chaque année apporte son lot de menaces, contre la Vie et la Dignité de l’homme. Les mots lourds s’entrechoquent : avortement, manipulations biologiques, euthanasie, marchandisation du corps, transhumanisme, théorie du genre et tous ses avatars, esclavage, terrorisme, etc.

Mais justement, dans ce monde déprimé où l’ivraie côtoiera toujours le bon grain, qui d’autre que nous peut rappeler ouvertement et affirmer chaque jour qu’il y aura toujours, jusqu’à la fin du monde, des croyants joyeux, ‘Spe gaudentes’ ?

Car nous Catholiques savons que, quoiqu’il arrive, le Christ fera aboutir son dessein pour l’humanité.

Rendez-vous à Notre-Dame de Paris, le samedi 19 mai.

Hervé Rolland
Délégué Général NDC